Politique: L'identité nationale? Un besoin, une nécessité.

Publié le 28 Octobre 2009

On n’est jamais aussi bien servi que par ses amis. C’est à ce titre là qu’Alain Juppé souhaite rendre service à la majorité présidentielle. En faisant des commentaires aimables sur l’Identité nationale française !

On remarquera donc "avec quel tact" il a glissé sa réflexion en faisant référence à Ernest Renan. C’est ce même Ernest Renan qui disait : L'injustice est le principe même de la marche de cet univers ! Citation qui a dû échapper à Alain Juppé car, en terme d’injustice, sa réflexion en a toute l’apparence pour son parti politique et le Président de la République Nicolas Sarkozy!


Monsieur Ernest Renan philosophe et historien écrivit : L’homme n’est ni esclave de sa race, de sa religion, de sa langue, ni du cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagnes. Une grande agrégation d’hommes, saines d’esprit et chaude de cœur, crée une conscience morale qui s’appelle Nation.

Le propos est excellent et je me souviens l’avoir utilisé dans l’un de mes billets soulevant la difficulté qu’il y avait dans ce pays à se revendiquer patriote ou nationaliste tant les bien-pensants ont une aversion forte pour ces deux notions qu’ils assimilent à l’extrême droite ou au fascisme.

Et puisque l’on est dans les citations, c’est Ernest Renan qui a dit aussi  une patrie se compose des morts qui l'ont fondée aussi bien des vivants qui la continuent.

Qu’est-ce donc que l’identité nationale que simplement se souvenir de nos morts pour la France. Une France qui n’est pas née depuis 1945 à partir de la Libération mais bien au-delà ! Elle est issue des Rois de France qui l’ont en majeure partie constitués, des Empires qui en firent en partie sa grandeur et des Républiques qui gèrent encore aujourd’hui à la fois l’héritage, mais aussi essayent d’anticiper l’avenir!

 

Certes l'appartenance d'un individu à la nation relève de la volonté de ce dernier, et non pas uniquement de sa langue ou de sa race, comme le dit Renan mais à une époque ou la France était, ni plus ni moins, ce que sont les Etats Unis aujourd’hui.

A une époque où, parler le français était la norme a minima, une fierté pour bien des savants et des intellectuels !

A une époque où devenir français était considéré comme un honneur pour tous les migrants !

Il faut être bien simpliste ou de gauche pour ne pas entrevoir cette différence de mentalité et d’époque !

 

Si la question de l’identité Nationale se pose c’est tout simplement parce qu’elle n’est plus revendiqué par une large partie de l’opinion. Avant 2007 et les déclarations de Nicolas Sarkozy, le drapeau français n’était plus toléré, l’hymne national non plus hormis dans les matchs de Foot et encore. L’on voyait flotter dans les stades des drapeaux de pays étrangers tandis qu’était sifflé la Marseillaise.


L’identité nationale française n’est pas revendiquée par une jeunesse
à qui l’on n’a pas appris la fierté d’appartenir à la grande communauté française ! A qui l’on enseignait, par idéologie le plus souvent, l’esclavage, la colonisation et la honte d’être français plutôt que l’apport apportée au monde par notre civilisation .
Bien sûr que cet apport ne fût pas toujours sublime de générosité et d’abnégations. Certes, la France fût guerrière, occupante, colonisatrice. Comme bien d’autres pays d’ailleurs, ce qui n’excuse rien ! Mais les pays, les peuples apprennent en marchant. Ce qui était possible, imaginable hier ne le serait plus aujourd’hui ! Faut-il pour cela, affubler la France d’un cilice permanent afin qu’elle se mortifie chaque jour ? 
 

Bien sûr que cet apport ne fût pas toujours sublime de générosité et d’abnégations.

Nous devons retrouver la fierté de notre pays, devenir ou redevenir patriote et revendiquer notre identité nationale. En cela, qu’importe la couleur et les origines ! Du sang de blancs, d’africains, d’asiatiques et d’arabes a abreuvé les sillons de cette terre ! Tous ces morts pour la France sont français. Tous ceux qui veulent êtres français doivent pouvoir l’être à condition qu’ils acceptent d’aimer ce pays et son histoire non pas, à la carte, mais dans sa globalité !  C’est aussi cela l’identité nationale ! Le reste c’est de la politique.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

zebuloneuf 29/10/2009 19:26


Un vrai bonheur de vous lire monsieur Brazon. Bien sûr notre pays a eu comme tant d'autres des heures peu glorieuses et peu valorisantes mais on devrait faire la liste des grands hommes de
France, de ceux qui ont non seulement apporté leur génie à leur pays mais au monde entier. Nos grands savants (Descartes, Pasteur...), nos grands artistes (les impressionnistes, les Berlioz,
Ravel, Satie..), nos grands hommes de lettres mais  la liste serait trop longue.
Et les "belles âmes", les bienpensants des ligues de l'antiracisme dévoyé et à sens unique voudraient nous empêcher d'être fiers de ces hommes là? Qu'ils aillent au diable. Je suis patriote et
 fier de mon pays.