Politique: l'UMP et les retombées d'une élection interne.

Publié le 22 Novembre 2010

Marianne se gausse, Marianne se réjouit. Les élections internes à l’UMP ont laissé quelques bleus à l’âme de beaucoup de militants. De là à s’en féliciter ? Pourquoi pas pour un hebdomadaire de la gauche quasi de l’extrême. Après tout, ce n’est pas Mariane qui a créé l’évenement mais bien l’UMP lui-même. Voici ce qu’en dit Marianne du débarquement de Patrick Devedjian.

 

           D’un calme olympien, l'ex-ministre de la Relance qui dit ne ressentir « aucune amertume » d'avoir été débarqué du nouveau gouvernement a longuement regretté au micro de Jean-Michel Aphatie les «méthodes qui portent atteinte à l'image de [sa] famille politique». En ligne de mire : Sarkozy père et fils qui seraient intervenus, selon lui, en faveur de Jean-Jacques Guillet, maire UMP de Chaville et vainqueur de l'élection interne pour la présidence de l'UMP dans les Hauts-de-Seine le 15 novembre dernier. (...)

L'ancien activiste d'extrême-droite se veut aujourd'hui doux comme un agneau victime de la perversité de ses adversaires politiques. 

Grand prince, Devedjian assure ensuite que sa « défaite n'a pas d'importance, on s'en remet très bien ». On s'attendrait presque à l'entendre ajouter qu'il a une pensée émue pour les militants UMP du 92 soudain orphelins mais le candidat malheureux préfère quand même développer ses accusations : « Plusieurs témoins m'ont rapporté qu'il [Nicolas Sarkozy] est intervenu ». On ne se refait pas, pourquoi se priver d'une petite pique bien placée ?

« C'est une rupture entre vous et lui ? », s'inquiète Jean-Michel Aphatie. «Honnêtement, je ne sais pas.» 

 

Ce n’est jamais très agréable de se faire débarquer sans prévenance aucune ! Surtout quand ce n’est pas la première fois. On se pose des questions, on ne comprends pas trop la mécanique qui peut justifier un tel débarquement alors qu’il vous a semblé de ne pas avoir failli ! Rien n’y fait, vous demandez, vous interrogez et en réponse c’est le silence ou un grand sourire vous expliquant que peut-être c’est de la parano. Certes, il y a bien les regards des autres, vos anciens compagnons à défaut d’amis. Ceux qui vous sollicitaient autrefois. Des regards de chiens battus, avec une vraie tristesse  pour les uns. Pour les autres, les hyènes qui vous signifient avec une satisfaction à peine voilée, que tout cela était prévu. Les téléphones ont donc chauffé, les sollicitations se sont faites insistantes. Beaucoup n’ont pas apprécié. Mais une majorité de béni oui-oui ont fait là, ou on leur a dit de faire. Comme d’habitude. On a la démocratie que l’on mérite n'est-ce pas. 

En politique, ce n’est pas le courage qui est la vertu première et c’est bien ce qui manque le plus en ce moment au même titre qu’une certaine idée de la fidélité à la France comme à l'amitié. On a l'honneur à géométrie variable en politique. Tout cela, Patrick Devedjian le sait bien. Ce n’est pas un enfant de cœur même si aujourd’hui, c’est lui qui se trouve dans la jeu de la chaise musicale dans la position de celui qui n’a plus de chaise.

Entre les magouilles électorales du PS compte tenu de l’élection contestée de Martine Aubry-Brochen, les petits arrangements entre amis, en interne à l’UMP pour virer les gêneurs et les coups de pied en vache comme dans d’autres partis, l’image de la politique justement est largement discréditée dans l’opinion. Dans ce cas, il ne faut pas s’étonner d’une montée en flèche des extrêmes et du « populisme » comme ils disent. Pourquoi voulez-vous qu’il en soit autrement.

Gérard Brazon  

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis CLAUDE 23/11/2010 16:45



je ne sait qui et pourquoi P.Devedgian a ete viré...je ne sait pourquoi certains ont été virer aux assises internes de l'UMP mais ce que je sait et j'ai vu c'est lors de l'émission mots croisés
hiers soir la lamentable prestation de JFCoppé qui a éte nul devant chacuns des protagonistes n'ayant méme pas pu faire taire la bafouilleuse Duflo ( je crois) et lamentable devant Marine Le Pen
a qui il a osé opposé les erreurs de son pére!!!affligeant