Politique: Le classement des politiques? Une bonne chose!

Publié le 10 Octobre 2009

Le Post-le Monde.fr ont construit un classement passionnant sur le cumul des mandats. Nos « chers » représentant du peuple ne sont pas les derniers à profiter des largesses républicaines. Toujours prompte à sauter sur l’avantage acquis du fonctionnaire, de l’agent d’un service public, des caisses de retraites des uns et des autres et du remboursement de prestations et de sécurité sociale nos représentants du peuple ne semblent pas préoccupés par l’équité !  Il suffit de connaître leur mode de vie et les avantages acquis de ces femmes et de ces hommes pour s’en rendre compte. Je pense particulièrement à leurs caisses de retraite qui ont été exemptée de réformes profondes comme celles qu’ont eu à subir les entreprises de services publics, (RATP, SNCF, EDF, etc.)  Sans parler de celle de la Sécurité Sociale.
Mais ils peuvent toujours se réfugier dans l’argument économique qui dit « qu’il vaut mieux prendre au plus grand nombre des petites sommes, que prendre beaucoup au plus petit nombre ». C’est injuste, inéquitable mais efficace !
Et puis le peuple à la mémoire courte n’est-ce pas ! Il a déjà oublié les conséquences des socialistes au pouvoir ! C’est tout dire.

Donc, le Post-le Monde.fr a construit le classement suivant ou l’on s’aperçoit que le Parti Socialiste est vraiment un parti de notable. Loin du peuple qu’il prétend défendre. Je vous laisse juge :


Le PS mieux classé que l'UMP, le Nouveau Centre champion du cumul. Le 1er octobre, les militants PS ont voté pour le mandat unique pour les parlementaires.
Une tâche qui sera difficile : 86 % des députés PS ont plus d'un mandat. Surtout, beaucoup d'entre eux sont en haut du tableau : 32 sur les 50 premiers.
Outre les maires de grandes villes déjà cités,
douze députés PS sont présidents de conseils généraux, dont François Hollande (39e), Claude Bartolone (20e) ou Arnaud Montebourg (28e), ex-chantre du non-cumul des mandats.

Si les députés UMP sont tout aussi adeptes du cumul (87 %), leurs fonctions - outre les grandes mairies - sont souvent moins cruciales à l'échelon local, à l'exception de quelques présidents de conseils généraux. Hervé Gaymard (UMP, 30e), président du Conseil général de Savoie, défend ainsi un certain cumul: "Je pense qu'il est bon d'exercer un mandat local et national en même temps."

Ce qui s'explique aisément par les récentes victoires socialistes aux régionales, cantonales et municipales. Mais cela s'est accompagné d'un cumul de plus en plus important. Notre classement se contente, pour l'instant, des députés. Or les sénateurs socialistes, réticents à limiter le cumul, sont eux aussi très concernés.

Les députés Nouveau Centre emportent sans conteste la palme du cumul dans ce classement. Sur les 24 élus du groupe, un seul (Jean-Luc Préel, Vendée) ne cumule pas. Et le groupe compte aussi deux présidents de conseils généraux : François Sauvadet, qui réagit sur Le Post (Côte d'Or, 4e) et Maurice Leroy (Loir-et-Cher, 40e).

Enfin... Il y a 77 députés qui ne cumulent pas.

 

Pour en savoir plus allez sur le classement.

http://www.lepost.fr/article/2009/10/07/1729399_deputes-qui-cumule-le-plus.html

 

Vous y trouverez tout le classement y compris ceux des élus de votre région ou de votre département. Joëlle Ceccaldi-Raynaud est classé 220 éme! Ce qui est dans la moyenne.
Bref, il suffit de chercher et de vous rendre compte que les opposants à l'UMP et en général aux majorités municipales n'ont décidément aucune leçon à nous donner!
Cela dit, il faudra bien trouver une solution au cumul des mandats! Cela passera par une réflexion sur un statut de l'élu ce serpend des mers.
Géré une ville et en assumer la responsabilité y compris devant les tribunaux mérite autre chose qu'un salaire de cadre supérieur de la fonction publique. Ceci expliquant celà. 
Quant à la durée des mandats, Nicolas Sarkozy a montré l'exemple. Ce qui est valable pour un Président de la République peut l'être pour toutes fonctions dirigeantes même si cela doit impliquer que le dirigeant atteint par l'impossibilité de prétendre à renouveler son mandat puisse évoluer sur d'autres fonctions électives et/ou directives. 
Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard Brazon 10/10/2009 17:03


C'est moi qui vous remercie de votre commentaire qui me va droit au coeur. Bien à vous.


Ali 10/10/2009 17:01


Cher Monsieur Gérard Brazon,
Quelle chance de pouvoir vous lire régulièrement.
Vos mots sont du miel pour une partie bien définie de mon cerveau.
Je bois vos écrits sans aucune modération.
Merci d'être là et d'adopter la juste posture sur les choses de la vie...
Je voulais enfin vous le dire, voilà qui est fait !
Bien à vous,
Un humble putéolien.