Politique-Religion: Eric Besson s'est-il converti à l'islam?

Publié le 25 Novembre 2010

 

              Info ou Intox? Eric Besson n'est pas ma tasse de thé! Loin de là. Pour autant, le mariage suivi d'une conversion à l'islam est un sujet très sensible pour beaucoup. Un ancien ministre de l'immigration qui se marie à 52 ans avec une petite de 24ans faisait déjà jazzer dans les chaumières françaises. Serge Reggiani avait chanté cette différence d'âge avec beaucoup de talent: Il suffirait de presque rien/ peut-être 10 ans de moins/ pour que je te dise je t'aime.

             Si en plus ce ministre, amoureux d'une jeunette, devait se convertir à la religion de son épouse. Tout simplement pour obéir à une loi islamique. Cela provoquerait certainement un véritable tollé dans la blogosphère de droite comme de gauche. Ce serait certainement "Combien de temps/Combien de temps encore/le temps qui reste" du même interprète.  

               La blogosphère de droite parce que l'islam est un sujet sensible compte tenu de l'offensive menait par les intégristes sur tout le territoire de l'Europe et des Etats-Unis ces derniers temps. La gauche pour se payer l'ancien socialiste devenu UMP.

           Alors Eric Besson est-il devenu musulman? Rachida, Rama et Fadela ne sont plus au gouvernement ! Est-ce qu'Eric Besson s'est converti pour qu'il reste des musulmans au gouvernement? Dans ce cas, quel dévouement !

           Pour autant, il semble que l'on peut se marier en France avec une Tunisienne sans pour autant devenir musulman et voir son mariage reconnu par l'état Tunisien. Il restera toujours un doute tout de même puisque chez les musulmans, un mariage n'est valide que si il y a conversion de l'époux car si un musulman peut se marier avec une non musulmane, l'inverse est impossible pour cette religion d'amour de paix et de tolérance.

Gérard Brazon

  

France : Éric Besson doit-il se convertir à l'islam ?



             Pour se prémunir des paparazzis et autres trouble-fêtes, Éric Besson avait annoncé le report de son mariage avec la jeune Tunisienne Yasmine Tordjman. Déplacée, croyait-on, à Rome, à une date indéterminée, la cérémonie a finalement eu lieu le 12 septembre, devant le maire du 7e arrondissement de Paris, Rachida Dati, dans un lieu inhabituel : le domicile de fonction du ministre français de l’Immigration.
À l’annonce du mariage, nombreux sont ceux qui s’étaient demandé si Éric Besson allait devoir se convertir à l’islam pour que son union soit enregistrée et reconnue en Tunisie, où tout mariage d’une citoyenne musulmane avec un étranger non-musulman ne peut être célébré que si le futur mari se rend devant le Grand Mufti et se convertit à l’islam en récitant la chahada (« profession de foi ») : « Il n’y a de Dieu que Dieu et Mohammed est Son messager ». Après quoi lui est délivré un certificat de conversion sans lequel les officiers d’état civil (et les notaires) ne peuvent sceller l’union.
Dans la pratique, les futurs maris étrangers acceptent le plus souvent de se prêter à ce rituel. S’agissant d’une affaire de conscience, personne ne viendra ensuite vérifier s’ils ont renoncé ou non à leur religion d’origine ou à leur athéisme. Une telle condition n’a cependant pas de base juridique claire, le Code du statut personnel de 1956 n’en faisant pas mention. Elle prend néanmoins sa source dans la coutume consacrée par une circulaire gouvernementale adressée aux maires.
Enregistrement automatique
Si le futur mari ne souhaite pas se convertir – ce qui est le cas de Besson –, le mariage ne peut être célébré en Tunisie, ni dans des consulats tunisiens, qui ne sont habilités qu’à célébrer les mariages entre nationaux. Néanmoins, si l’époux veut tout de même faire reconnaître son mariage, il lui reste la possibilité de se marier dans la mairie d’un pays étranger ayant signé avec la Tunisie une convention d’état civil. Or la France a signé une telle convention avec son ex-protectorat dans le cadre des accords sur l’autonomie interne en 1955.
En outre, une convention bilatérale datant de 1972 a prévu des dispositions permettant la reconnaissance et l’enregistrement automatiques des actes d’état civil en provenance de l’autre pays. Ces dispositions s’appliquent à l’acte de mariage de Besson, même en l’absence de conversion, estiment des juristes tunisiens.

Alya Cherif Chammari, avocate tunisienne spécialisée dans le droit privé, est formelle : « Il suffit que la mairie qui les a mariés délivre un avis de mention de mariage, et il sera automatiquement enregistré sur l’état civil tunisien de la mariée. Cela fait des années que la procédure existe. Dans la pratique, je n’ai pas eu de difficultés à le faire. J’ai eu un seul cas de refus dans les années 1980, mais je me suis adressée à la justice et j’ai obtenu gain de cause. »

Mercredi 22 Septembre 2010

LVDPG - Média Libre & Débat 24h/24

        

  

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Hamadi 07/02/2011 16:49



Bonjour,


un homme musulman n'a pas le droit de se marier avec une femme non musulmane, (c'est écrit dans le coran) et toi arrêtes de dire n'importe quoi, car tu vas voir des problèmes dans ta vie (en
disant des mensonges sur l'islam),



Gérard Brazon 07/02/2011 19:32



Parce que je suis poli, je ne me permets pas de vous tutoyer. Nous n'avons pas élever les cochons ensemble que je sache. Merci donc d'éviter ces familiarités. Je sais parfaitement qu'un musulman
ne peut se marier avec une non musulmane. Je connais cette pratique inégalitaire de votre religion et hélas, ce n'est pas la seule. Sur cet espace de liberté d'expression qu'est ce blog, vous
trouverez l'égalité des sexes en droit, ainsi qu'une défence de la laïcité. Vous avez parfaitement le droit d'être musulman, mais je vous accorde pas le droit d'estimer que je n'ai pas celui de
critiquer des lois qui sont contraires à mes principes. Des principes qui sont nos lois dans mon pays.  Sinon, vous pouvez parfaitement retrouver dans d'autres pays ou espaces ce que vous
estimez nécessaire. Je ne vous salut pas Monsieur.