Populiste: C'est grave docteur?

Publié le 13 Janvier 2011

            77% des européens ne font pas confiance aux partis politiques selon eurobaromètre de TNS sofres. L'Europe peut-elle vaincre la montée du populisme nous pose comme question les débats du MONDE?

             Etonnant cette interrogation venant d'un journal politiquement correct. Quelle audace!

             Bien sûr que l'Europe pourrait vaincre le "populisme"! A condition de ne pas "diaboliser" les peuples en les stigmatisant, en les classifiant dans une catégorie jugée comme fascisante, extrémiste de droite si ce n'est néonazi...

A force de vouloir classifier en, assez bon,  bon, ou trop cons, les électeurs finissent par se lasser. D’autant qu’en matière d’interventions sur le cours de l’Europe, l'électeur se trouve plutôt limité ! Et quand ils votent, grâce à des référendums mais qu’ils sont contraires aux désirs de Bruxelles, on fait autrement!  Pas grave un référendum, c'est quoi le choix d'un peuple? On peut le bafoué.

Electeurs européens ? Qui peut croire à cette fable hormis les « idiots utiles de Bruxelles ». Les électeurs, les européens refusent cette classification imbécile qui considère que tous les électeurs souverainistes, nationalistes, patriotes, attachés à leurs drapeaux, refusant l'immigration sans fin, le repeuplement et  l'islamisation réelle sont de pauvres idiots qui n'ont rien compris alors que les autres, les adorateurs d'une Europe sans frontières, ouverte au monde et à la concurrence sont des braves européens bien à la peine devant ce refus des populistes !

Il se trouve que beaucoup de ces populistes sont des braves gens qui n’ont tout simplement pas envie que leur pays ne soit plus leur pays. Je sais c'est bête!

Ils ont envie de marcher dans leurs rues et de rencontrer d’autres citoyens comme eux, heureux de vivre et partageant le même héritage de leurs ancêtres communs.

Pardon monsieur de Bruxelles,  c’est vrai, ce n’est pas bien d’être attaché à la terre, à ces ancêtres, à son histoire, à ses héros, à ses batailles pour la liberté !

Maintenant, c’est le multiculturalisme la norme !  

- Je te donne ma Montbéliard que tu refuse pour ton couscous ! Pardon, j’avais oublié ta différence !

- Important le respect de la différence, la tienne bien sûr car la mienne tout le monde s’en fous désormais.

           - Alors quoi, tu n’aimes pas la diversité ?

           - Ben si, j’aime bien sauf quand c’est moi qui deviens l’exception, l’incongru, le bizarre dans le panorama !

            C’est comment qu’on freine chantait Alain Bashung ! Moi je sais bien qu’il n’y a pas de pédales de frein dans cette folie européenne ou on assiste à un transfèrement de population de l’Afrique à l’Europe sans contrôle !

Pas de frein sur ce mobile fou et les européens commencent à se poser des questions sur leur devenir !  

 - Il ne faut pas bougres d’imbéciles, sinon vous allez devenir populistes !

  - C'est quoi ça?

  - C’est une grave maladie qui se porte au cerveau et vous amène à vous poser des questions inutiles voire indécentes du style : pourquoi l’Europe ?

   - Et c'est pas bien?

   - Affreux vous dis-je car cela n’a pas de fin. Il vous viendra juste après, des vapeurs sur le coût de la démocratie européenne sachant que votre vote ne sert à rien. Puis les différentes subventions comme celle accordées à la machine propagandiste palestinienne, au Kosovo, aux pays voulant une part du gâteau européen comme la Turquie par exemple, et j’en passe. Bref, vous n’allez pas vous en sortir ! Etres populistes c’est l’enfer vous dis-je !


Alors tant pis, car j’ai déjà les premiers symptômes ! Je me suis rendu compte que mon vote contre la constitution européenne n’avait servi à rien !  C’est grave docteur !

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Charle Martel 13/01/2011 10:23



Bonjour,


 


Le populisme actuel,n'est il du par opposition au populisme islamique qui s'installe en Europe,et n'est ce pas le meilleur moyen de lutter contre cet islamisme.


Ne faut il pas user des memes armes que les adversaires.



Gérard Brazon 13/01/2011 10:45



Aujourd'hui, les révolutionnaire de 1789 serait taxé de "populisme".