Pot Pourri Politique d'Albert Soued. N°65

Publié le 24 Octobre 2012

POT POURRI POLITIQUE sans PERIODICITE ni PRIORITE

 

Albert Soued et www.nuitdorient.com – N° 65 - le 24 octobre  2012

 

 

Arabie saoudite

- L'Unesco, agence de l'Onu chargée de l'éducation, principalement financée par l'Arabie, édite des livres scolaires dans le monde entier. Or l'Arabie est connue pour publier des livres qui incitent à la haine et à l'agression des Juifs, des Chrétiens et des non croyants. On enseigne à ses élèves qu'"adhérer à l'Islam est le seul chemin menant au Paradis et échapper à l'enfer", "les fausses religions sont le Judaïsme et la Chrétienté"

Une récente réunion à Paris, totalement financée par l'Arabie, a examiné "les moyens de refléter la diversité culturelle et religieuse, tout en évitant les stéréotypes sexistes". L'Unesco vient de recevoir un "chèque de secours" de 20 millions $ de l'Arabie. Une manière de rendre légitime son enseignement sectaire et haineux

- Les shiites de l'Arabie orientale représentent 10/15% de la population et sont assis sur la majorité des réserves pétrolières du pays. Ils ont toujours été considérés comme des hérétiques et traités comme des citoyens de seconde zone. Mais depuis que l'Iran

s'impose comme puissance régionale, ils ont relevé la tête. Récemment il y eut des troubles dans la région orientale d'Awamiya et une quinzaine de civils tués ainsi que deux officiers de police, suite à des émeutes menées par des femmes voilées.

 

Qatar

Se fondant sur une récente étude sur le taux d'utilisation des réseaux sociaux, la chaîne Al-Arabiya estime que des medias tels que Twitter ou Facebook ont rendu les internautes arabes "plus ouverts et plus tolérants aux opinions des autres". L'étude menée par l'école du gouvernement de Doubaï a couvert 8 pays arabes (Bahreïn, Arabie saoudite, Egypte, Jordanie, Liban, Oman, Koweït et les Emirats arabes unis). Selon ce rapport, 65% des sondés à Bahreïn ont estimé "être plus ouverts et plus tolérants aux opinions des autres", grâce à l'utilisation de ces médias. En Jordanie, ce taux se montait à 59%, en Egypte et à Oman à 58%, au Koweït à 52 %, au Liban à 49%, et en Arabie et aux E.A.U (émirats arabes unis) à 47%. 

Egypte

- Elu président de l'aile politique des Frères Musulmans, Al-Katatny a annoncé que cette victoire est le 1er pas sur la route del'installation de la sharia'h dans le pays.

Le président de la Confrérie Mohamed Badie a, lui, appelé à libérer Jérusalem par le Jihad, devoir de tout Musulman, précisant que la conquête ne se fera pas par voie pacifique, à travers des négociations ou les Nations Unies

- Le président égyptien Mohamed Morsi a participé vendredi à des prières, à la mosquée Tenaim de la province de MarsaMatrouh, au cours desquelles le prédicateur a exhorté Allah à "détruire les juifs et leurs partisans". Dans une séquence vidéo retransmise à la télévision égyptienne, on peut voir M. Morsi répondre un fervent "Amen" à l'appel lancé par le prédicateurFoutouh Abd Al-Nabi Mansour à Allah à "absoudre les musulmans de leurs fautes et à détruire les juifs et leurs partisans, à les disperser, à les mettre en morceaux".

- Des émeutes de moyenne envergure ont lieu place al Tahrir, menées par les déçus du "printemps arabe" pour protester contre des articles de la Nouvelle Constitution, rédigée principalement par des Frères Musulmans et qui met en danger les droits des femmes et des minorités. Le nouveau régime se trouve également confronté à un système judiciaire récalcitrant où de nombreux juges sont encore "libéraux", qui refusent le renvoi par Mohamed Morsi du procureur général, nommé par Moubarak.

 

Jordanie

Un complot visant à détruire un centre commercial et à assassiner une série d'étrangers à Amman a été déjoué. La situation dans ce pays est de plus en plus instable, du fait de la défection de certaines tribus à l'égard du régime, vu leur radicalisation religieuse de plus en plus grande, sous l'influence des Frères Musulmans et d'al Qaeda.

 

Syrie

On approche des 35 000 morts dans cette guerre civile et Bashar a battu son père Hafez qui n'a tué que 20 000 Frères Musulmans à Hama. Ajoutez à cela, 1,5 million de gens déplacés sans toit et 300 000 réfugiés à l'étranger. Grâce à la politique de l'administration Obama, les Etats-Unis sont dans une situation de ce qu'on appelle "lose-lose", c'est-à-dire perdants dans tous les cas. L'Amérique laisse faire l'Arabie, le Qatar et la Turquie qui fournissent l'argent et les armes aux Frères Musulmans et aux rebelles jihadistes (al Qaeda), les plus entreprenants parmi les opposants au régime des Assad. L'Armée Syrienne Libre menée par Riad al Assad, un libéral, se sent frustrée de ne pas être aidée par les Américains. L'Occident lui conseille de rallier le Conseil National Syrien dominé par les Frères Musulmans.

En impasse totale, cette guerre civile très dure peut déboucher sur une guerre régionale incontrôlée et incontrôlable, étant donné les très nombreux conflits locaux qui peuvent s'y greffer.

 

Turquie

Une crise économique sérieuse étant imminente dans son pays, le 1er ministre Recep Tayyip Erdogan s'agite et montre ses muscles autour de la Syrie en arraisonnant des avions à destination de Damas, en lui envoyant des obus d'artillerie et en occupant des zones frontalières. Il est vrai que depuis la chute de l'empire ottoman, la Turquie et la Syrie ont souvent été en désaccord, sur l'annexion de la région d'Antioche, le partage des eaux, l'attitude vis-à-vis du séparatisme kurde et ont failli se faire la guerre en 1998.

Avec la guerre civile sunna/shia'h en Syrie, la Turquie sert de refuge aux rebelles sunnites et les aide et Assad, en riposte, soutient les séparatistes kurdes du PKK en Turquie. Erdogan prend des risque sérieux dans son agitation, du fait que 20% des Turcs sont des Alévis, une secte shiite voisine des alaouites, qui sont mécontents de son engagement dans la guerre civile syrienne contre les Assad.

Mais en provoquant la Syrie, Erdogan vise l'Iran qui a pris une trop grande influence dans l'Irak voisin et des ambitions hégémoniques seraient derrière cette agitation.

 

Israël

Le ministre des Affaires Stratégiques Moshé Yaalon a confirmé les rumeurs de pourparlers secrets entre les Etats-Unis et l'Iran sur l'énergie nucléaire, néanmoins sans aucun résultat tangible. Cet échec s'ajoute aux divers échecs de la politique étrangère américaine au Moyen Orient.

 

Etats-Unis

- Les services du renseignement menés par David S Cohen ont mis une rançon de
12 millions de $  pour la capture de Mohsen al Faddli et A'del Radi Saqr al Wahabi al Harbi, deux terroristes d'al Qaeda basés en Iran et sponsorisés par ce pays, montrant la collusion entre ces deux terrorismes. Cette collusion s'est manifestée à 5 reprises depuis juillet 2011, notamment dans les attaques meurtrières de l'armée américaine en Irak et en Afghanistan. Certains à Washington se demandent si cette collusion n'est pas déjà une déclaration de guerre de l'Iran contre l'Amérique.
De plus, contrairement à ce que dit l'administrationObama, al Qaeda s'est renforcée depuis l'exécution de Ben Laden, au lieu de s'affaiblir, sous la direction du médecin égyptienAyman al Zawahiri.

 

France

Yvan Rioufol a résumé la situation dans le Figaro: Cela fait des années que des représentants de la communauté juive mettent en garde contre la montée de la judéophobie dans les cités, annonciatrice de rejets anti-Français.

Eh bien! Nous y voilà.

L’opinion médiatique découvre, abasourdie, ce qui se sait et s’écrit dans l’indifférence des "antiracistes", depuis près de vingt ans:

oui, il existe un islamisme de France;

oui, il est porteur d’un nouvel antisémitisme;

oui, il peut dériver vers le terrorisme;

oui, il a des liens avec le grand banditisme.

 

Cette réalité a été confirmée avec le défèrement, hier, de sept suspects, tous indigènes et majoritairement convertis, qui projetaient des attentats antijuifs dans leur djihad contre la France.

S’il existe un risque de néofascisme, il germe dans les ghettos qui contestent l’autorité de l’État.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article