« Pour Allah jusqu’à la mort. Enquête sur les convertis à l’islam radical » par Paul Landau

Publié le 24 Mars 2012

Le Blog de Véronique Chemla

 Qui sont ces Américains, Européens ou Australiens convertis à l’islam radical ? Quels sont les parcours et motivations de ces djihadistes ?
C’est à ces questions cruciales que répond Paul Landau, dont on avait remarqué le précédent essai, Le Sabre et le Coran, Tariq Ramadan et les Frères musulmans à la conquête de l’Europe (2005), dans ce livre passionnant sur ces conversions « relationnelles (instrumentales et non instrumentales) ou/et rationnelles (intellectuelles, mystiques et politiques) » (Stefano Allievi).
 Une réalité difficile à cerner par l’absence de statistiques et d’études fiables
Dans ce livre passionnant, l’auteur brosse les portraits et décrit les parcours de ces islamistes, en insistant sur ce qui distingue leur engagement de celui dans des mouvements gauchistes et sur le risque qu’ils fassent des émules.
Puis Paul Landau conclut à l’impossibilité de déterminer un profil-type, tout en relevant « l’importance des liens familiaux et sociaux dans le développement des réseaux islamistes, l’absence d’éducation religieuse poussée », et des « éléments catalyseurs » telle « une grande instabilité affective, un goût de l’aventure, une tendance à la révolte contre leur éducation, contre leur environnement et l’Occident en général, le décalage entre l’image sympathique donnée d’eux par leurs proches et avocats, et le visage beaucoup moins innocent qui ressort des enquêtes policières et de leurs propres déclarations ».
L’auteur offre un panorama des convertis qui adoptent une double conversion, à l’islam d’abord, puis à l’islam radical. Un islam vécu par ces convertis prosélytes comme « une religion morale ».
Ces conversions à l’islam dans des quartiers populaires s’apparentent à une forme d’assimilation à rebours (conversions de « Français de souche »), d’acculturation à un environnement ayant changé. Les procès du gang des Barbares dirigé par Youssef Fofana ont révélé que certains membres de ce gang s’étaient convertis à l’islam.
Un mouvement de conversion « qui a redoublé d’ampleur au lendemain des attentats terroristes  islamistes du 11 septembre 2001 revendiqués par al-Qaïda.
Les lieux de prosélytisme ? La prison, la mosquée et Internet.
Ces convertis sont sélectionnés « pour le djihad ou les tâches de propagande et de logistique » lors de leur séjour dans des camps d’entraînement.
Paul Landau souligne l’importance de ces convertis pour les islamistes - al-Qaïda, le Hezbollah ou le Lashkar e-Taiba - : conseiller en communication (Adam Gadahn), islamikaze telle la Belge Muriel Degauque, taliban comme l’Américain John Walker Lindh ou l’Australien David Hicks, « anciens moudjahidine reconvertis dans l’islamo-gangstérisme » comme le Français Lionel Dumont, « émir aux yeux bleus » comme l’Allemand Christian Ganczarski, prédicateur (da’wa) tel Olivier Corel, « cibles et acteurs des filières de recrutement [assumant] des tâches de logistique et de soutien », etc.
L’auteur déplore enfin les carences de l’Occident, « un des fronts du djihad et base arrière où sont radicalisés, recrutés et parfois entraînés » ces convertis, les lois inadaptées au combat contre le djihad, la collaboration tardive entre pays, les divisions internes occidentales, l’attitude française paradoxale d’« efficacité contre le terrorisme islamiste et laxisme envers l’islamisme politique », etc.

Exemple : la France a accordé un visa   au cheikh  al-Qaradawi  et au prédicateur égyptien salafiste Mahmoud al-Masri  - tous deux exhortent à tuer les Juifs -,  pour permettre leur participation au congrès de l'UOIF (Union des organisations islamiques de France) le 6 avril 2012 au Bourget, près de Paris. « Je remercie personnellement Monsieur Claude Guéant, ministre de l'Intérieur, d'avoir été attentif à nos différentes demandes et d'avoir arbitré contre les visas accordés par le quai d'Orsay pour Messieurs Yûsuf Al-Qaradâwî  et Mahmoud al-Masri, qui sont des prédicateurs de la haine et n'ont rien à faire en France en ces temps si troublés », a déclaré Dominique Lunel, interface entre le gouvernement et la communauté juive française, le 23 mars 2012, en fin d'après-midi.
Paul Landau, Pour Allah jusqu’à la mort, enquête sur les convertis à l’islam radical . Editions du Rocher, 298 pages, 19 euros. ISBN 978 2 268 06640 0

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article