Pour en finir avec Stéphane Hessel

Publié le 7 Mars 2013

 

Stéphane Hessel, un petit homme de rien célébré par un gouvernement de pas grand chose

url

Jeudi 7 mars, à partir de 10h en direct des Invalides, France 2 retransmettra l’hommage national à Stéphane Hessel, en présence du président de la République François Hollande.

Jacques Chirac a rendu les hommages à un terroriste, zobi Arafat, Hollande n’avait qu’un imposteur sous la main.

Une émission spéciale de la rédaction présentée par Marie Drucker, entourée de nombreux invités ayant connu Stéphane Hessel suivra la retransmission.

Voici ce que ni les nombreux invités ni France 2, ni François Hollande ne diront de lui :

Sur l’imposture de sa participation à la déclaration des Droits de l’homme, Claude Moisy, journaliste, ancien PDG de l’AFP écrivait hier 5 mars 2013 dans le Monde (1) : « Nous n’avons pas de raison d’être fiers de la façon dont notre profession vient de célébrer la mémoire de Stéphane Hessel. »

Voilà une honnête et courageuse entrée en matière. C’est la minute d’honnêteté du journal has been.

Claude Moisy : « Sa mort a malheureusement été l’occasion d’un nouvel accès de frénésie moutonnière des médias pour graver dans le marbre de l’Histoire une légende sans fondement trop facilement acceptée. »

Claude Moisy : « Quasiment tous les médias ont aveuglément évoqué le rôle de coauteur de la Déclaration des droits de l’homme attaché à son nom. Le seul ennui est que ce rôle n’a pas existé. Il ne s’agit pas ici de ratiociner ou de jouer sur les mots. Peut-être pas auteur, concède-t-on parfois, mais au moins contributeur ou collaborateur des auteurs. Non.

La réalité est que pendant son séjour aux Nations unies, de 1946 à 1948, Stéphane Hessel n’a pris aucune part à la rédaction de la Déclaration qui eut lieu à ce moment-là. »

url-1

Claude Moisy : « Au risque d’être taxé de mesquinerie, je crois nécessaire de dénoncer cette légende »

Claude Moisy : « tout le monde peut aujourd’hui accéder par Internet à des centaines de documents officiels sur la genèse de la Déclaration universelle des droits de l’homme, sur son comité de rédaction, sur ses débats et les conditions de son adoption. Aucun document de l’époque ne mentionne le nom de Stéphane Hessel. »

Claude Moisy : « Et pour cause : il est alors le modeste chef de cabinet de l’un des huit secrétaires généraux adjoints de l’ONU, le Français Henri Laugier, chargé des affaires économiques et sociales, qui ne faisait pas partie du comité chargé de rédiger la Déclaration. » (Gudrun Eussner (2) précise qu’Hessel était le secrétaire de la Troisième Commission des questions sociales, humanitaires et culturelles)

Claude Moisy : « d’innombrables articles de presse évoquent le rôle de Stéphane Hessel «  au côté » de René Cassin qui fut réellement, lui, l’un des principaux auteurs de la Déclaration. D’autres le placent carrément « à la droite » d’Eleanor Roosevelt, l’épouse du président des Etats-Unis, qui présidait le comité de rédaction. Ces deux proximités sont aussi dénuées de fondement l’une que l’autre : Stéphane Hessel n’a jamais siégé aux côtés ni de l’un ni de l’autre aux réunions du comité. »

Claude Moisy : « Interviewé le 10 décembre 2008 sur un site de l’ONU, il a déclaré :  » J’étais en contact permanent avec l’équipe qui a rédigé la Déclaration. J’assistais aux séances et j’écoutais ce qu’on disait, mais je n’ai pas rédigé la Déclaration… J’ai été témoin de cette période exceptionnelle. »Autrement dit, témoin mais pas acteur. »

4e de couv. Indignez-vous

4e de couv. Indignez-vous

Claude Moisy : « le 3 janvier 2011, dans un entretien avec Politis.  » C’est l’occasion pour moi de revenir sur deux idées fausses. La première est que j’aurais fait partie du Comité national de la Résistance. (…) L’autre erreur est de m’accorder le rôle de corédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme. (…) J’ai assisté à sa rédaction de très près et de bout en bout. Mais de là à prétendre que j’en aurais été le corédacteur ! »

Claude Moisy : dans « un entretien avec Simon Boquet publié en 2012 par la revue Texto …il récuse une fois de plus ce titre de coauteur de la Déclaration pour parler seulement de « ce travail auquel j’ai été très modestement associé ». »

Et malgré ces aveux, Hessel pratiquait un double langage que les menteurs connaissent bien…

Gudrun Eussner : « dans L’Indignez-vous !, page 15 : « Les droits de l’homme et l’état de la planète. J’ai eu la chance après la Libération d’être associé à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l´homme adoptée par l´Organisation des Nations unies, le 10 décembre 1948, à Paris, au Palais de Chaillot. C´est au titre de chef de cabinet de Henri Laugier, secrétaire général adjoint de l´ONU, et secrétaire de la Commission des Droits de l´homme que j´ai, avec d´autres, été amené à participer à la rédaction de cette déclaration. »

Gudrun Eussner : « Les Nations unies, qui sont les plus compétents dans ce domaine, comptent onze auteurs (de la Déclaration des Droits de l’homme) : Eleanor Roosevelt (United States of America), René Cassin (France), Charles Malik (Lebanon), Peng Chun Chang (China), Hernan Santa Cruz (Chile), Alexandre Bogomolov/Alexei Pavlov, (Soviet Union), Lord Dukeston/Geoffrey Wilson (United Kingdom) William Hodgson (Australia), and John Humphrey (Canada). (3) »

Pas de Stéphane Hessel, même pas en mirage…

Et l’imposteur qui tantôt nie tantôt avoue son mensonge, a ramassé sans broncher le prix UNESCO/Bilbao 2008 en raison de « Sa contribution personnelle dans l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme : « en 1948, il a participé à la rédaction de la Déclaration des droits de l’homme. » (4)

Claude Moisy : « Tout le monde a pu les lire, mais pratiquement personne n’en a tenu compte. Trop compliqué de corriger les erreurs, peut-être ? »

Dans Slate, Hervé Bentégeat (5) est perplexe :

« Ils veulent tous faire entrer Stéphane Hessel au Panthéon, et pourtant, ils ne l’aimaient pas » !

Et de constater : « si Stéphane Hessel était un grand penseur, un humaniste visionnaire, une conscience universelle, comme ne cessent de le répéter les politiques à coups de trémolos, comment se fait-il qu’il ait fallu attendre ses 90 ans pour s’en rendre compte ? »

A l’appui de cet argument décalé, il retrace la carrière du petit rond de cuir :

Hervé Bentégeat : « pendant un demi-siècle, tout au long d’une carrière qui s’annonçait plus que prometteuse, il a été soigneusement placardé. Par la droite comme par la gauche. »

Hervé Bentégeat : « Normalien, résistant, torturé, déporté, avec un tel palmarès, il était programmé, au lendemain de la guerre, pour devenir ministre. »

Pourtant, il sera relégué «  dans des emplois subalternes:

  • représentant de la France aux institutions internationales sur les droits de l’homme et les questions sociales (à 35 ans);
  • directeur de la coopération à l’Education nationale (à 45 ans);
  • chargé de la coopération à l’ambassade d’Alger (à 50 ans);
  • chargé de mission à l’Office nationale pour la promotion culturelle des immigrés (à 60 ans)

… Pas bien brillant. »

Hervé Bentégeat : « Giscard et Mitterrand, qui l’avaient croisé et reconnaissaient quand même son courage et son intelligence, lui avaient octroyé sur le tard un hochet:

  • un poste, puis un rang d’ambassadeur, mais là où il ne pourrait pas faire de vagues: à l’ONU, à Genève, puis sans aucune affectation.
  • On lui donnait quelques petites missions de temps à autre: négocier avec des preneurs d’otages, s’occuper de Mayotte et des Comores…
  • L’âge de la retraite venant, on l’a nommé membre de commissions et de comités Théodule: la Haute Autorité de la communication, le Haut Conseil à l’intégration… Dans ces enceintes où tout le monde dort, il parlait, on l’écoutait poliment, et puis on passait à autre chose. »

Hervé Bentégeat : « Une carrière moyenne. Très moyenne. Qui serait restée dans l’anonymat total sans le miracle d’un petit livre »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

(1) http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/03/05/l-auteur-d-indignez-vous-victime-d-une-fabrication
(2) http://eussner.blogspot.fr/2011/08/stephane-hessel-lettre-ouverte-aux.html
(3) http://www.un.org/Pubs/CyberSchoolBus/humanrights/qna/faqudhr.asp
(4) http://unesdoc.unesco.org/images/0019/001902/190261M.pdf
(5) http://www.slate.fr/story/68831/stephane-hessel-bal-hypocrites-gauche-droite

Stéphane Hessel

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

LA GAULOISE 07/03/2013 16:25


Lorsque j ai eu fini de lire le ....bouquin....de mr hessel , je ne  sais pas pourquoi j'ai eu tout de suite envie de faire le contraire .