Pour faire carrière en 2014 ?Jean-Pierre Pélaez

Publié le 27 Décembre 2013

  Jean-Pierre Pélaez de Bd Voltaire

Pour faire carrière en 2014, lancer une association, ou un mouvement, ou une organisation nationale ou internationale dont le but est de défendre les malheureux, les opprimés, les exploités de toutes sortes, les victimes de la violence routière, conjugale, sociétale, du racisme, de la discrimination, les handicapés, les putes soumises, les affamés, les sans-abri, les sans-papiers, les réfugiés, les sans-le-sou, la nature, les petits oiseaux…

Ou bien adhérer à un mouvement déjà existant, se propulser le plus vite possible à la tête d’un syndicat, quel qu’il soit, de lycéens, d’étudiants, d’enseignants, d’ouvriers ou autres catégories socio-professionnelles… Dans tous les cas, et de préférence, se proclamer de gauche car c’est là que résident les valeurs humanitaires et généreuses.

Faire un grand tapage médiatique, se faire filmer à tout propos, passer à la télévision, profiter des grèves et des manifestations diverses pour vous y montrer, gueuler plus fort que les autres, en faire des tonnes et des tonnes en montrant bien l’étendue de toute cette misère, de toutes ces injustices abominables, ces inégalités qu’il est urgent de combattre sous votre bannière, en soutenant votre combat. Émouvoir, épater les gogos, décupler votre zèle ostentatoire, apparaître à leurs yeux comme l’un des héros des temps modernes, donner dans la tartufferie sans vergogne, en toute occasion dénoncer le péril fasciste qui guette notre pays, car c’est le marqueur essentiel pour votre réussite…

Par exemple, passer d’un statut héroïque de leader de la contestation étudiante à un poste d’adjoint au maire d’une grande ville ou de conseiller du ministre de l’Éducation nationale, de la présidence d’une association contre le racisme au secrétariat général d’un parti social, d’un poste de leader syndical à celui d’inspecteur de ceci ou de cela, de champion de la cause humanitaire au ministère des Affaires étrangères, et au besoin de la gauche à la droite ou vice versa, de leader syndical à député européen, d’humoriste ou d’artiste engagé à responsable d’une émission de télévision ou d’un théâtre public…

Émarger à 7000, 8000, 10000 euros mensuels, sans compter les indemnités de toutes sortes et autres avantages aux frais du contribuable. Bien se gaver, jouir sans entraves de toutes les gratifications que rapportent ces fonctions prestigieuses, aussi bien à votre portefeuille qu’à votre goût immodéré du pouvoir, de la gloriole et de la vanité sociale… Surtout, penser à traiter de populistes et de fascistes tous ceux qui, croyant encore à un certain désintéressement et un minimum de déontologie, vous le reprochent.

Vous pouvez alors oublier tous ces gens que vous deviez sortir de leur malheur, ils ne vous servent plus à rien. Heureusement pour eux, d’autres vous remplaceront dans le cursus honorum socialiste du progrès, de la bonté humaine et du bonheur universel !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

DURADUPIF 28/12/2013 18:30


Effectivement un vrai régal pour tous nos bâtelleurs de foires dont la France est championne du monde dans cette catégorie. Ils osent tout et d'ailleurs ils n'y a qu'eux qui s'expriment. A tel
point qu'on se demande si ce n'est pas eux qui gouvernent un pays qu'on appelait la France.