Pour l’islamo-journaleux Askolovitch, s’opposer au voile des nounous est une saloperie.

Publié le 18 Mars 2013

Lazarre Zylbergleitt rappelle dans cet article pour Riposte-Laïque,  la part monstrueuse qu'on pu prendre certains juifs bolchevick dans la Révolution de 1917 et ses conséquences désastreuses pour le genre humain et les libertés fondamentales, sans oublier qu'ils furent le plus souvent récompensés par des arrestations arbitraires, des meurtres politiques et des déportations et un antisémitisme virulent de la part de l'Union Soviètique. Hitler en avait d'ailleurs fait l'objet de ses haines maladives. Celle des communistes, celles des juifs et donc, celle des "juifs communistes" qu'il soupçonnait de vouloir investir le monde.

Certes, ce commentaire n'a pas la prétention de révéler une vérité mais simplement de faire prendre conscience que les leçons de l'histoire pour certains, ne servent pas à grand chose. De même je ne dis pas que la Shoa est la résultante des prises de positions de juifs Russes pendant la révolution mais simplement que les juifs d'aujourd'hui devraient comprendre que les défenseurs de notre laïcité ne sont pas des ennemis potentiels comme voudrait le faire monsieur Askolovitch. 

Ce n'est pas parce que certains juifs pro islam veulent la révolution des moeurs, des genres, et la mort de la laîcité républicaine française, qu'ils éviteront les sourates qui les concernent in fine! D'autres avant lui ont péri de la main même qui les avait poussé à agir. C'est surtout à cette leçon que Monsieur Askolovitch devrait être attentif. Les collabos ne pas toujours là où on les imagine. 

 

Par Lazare Zylbergleitt 

Monsieur Askolovitch, devrait changer son nom et aller faire une petite enquête à L’ASE (l’aide sociale à l’enfance) de Seine-Saint-Denis.

Changer son nom, car faire une enquête dans le 93 avec un tel nom risque d’exposer à quelques soucis de la part des populations allochtones en voie d’intégration.

Mais surtout la Seine-Saint-Denis, car il pourrait enquêter sur les « nourrices à domicile » voilées, les enfants musulmans placés par l’ASE dans des familles musulmanes quand ce n’est pas du fait d’un faux abandon dans leur propre famille ce qui rapporte plusieurs centaines d’euros par mois.
Les mille et une petite combine autour du placement des enfants musulmans ainsi que ceux, qui arrivant sans-papiers à Roissy sont placés dans des foyers et l’ASE leur paye leurs « études » jusqu’à 25 ans.
 

Mais ce qui indigne le « nègre » Askolovitch c’est un amendement présenté par le sénateur radical Roger-Gérard Schwartzenberg, qui selon Askolovitch, n’a ni plus ni moins que « décidé d’en finir avec ce qui menace la paix du pays : donc, les nounous voilées — ces assistantes maternelles, qui gardent les enfants de couples en mal de crèches, et qui — sociologie des classes populaires — sont souvent musulmanes, et qui — de l’existence du sentiment religieux et de ses manifestations visibles chez les gens modestes notamment — sont parfois voilées (pas niqabisées, hein, juste voilées) »
Et diabolicum repetita « le texte de Schwartzenberg et compagnie (dire que cet ex-jeune homme fut une étoile de la gauche intellectuelle) est intéressant dans ce qu’il annonce “Lorsqu’elles bénéficient d’une aide financière publique, les personnes morales de droit privé qui accueillent des mineurs protégés au titre du présent chapitre sont soumises à une obligation de neutralité en matière religieuse.”
“Les personnes morales ne bénéficiant pas d’une aide financière publique peuvent apporter certaines restrictions à la liberté d’expression religieuse de leurs salariés au contact des mineurs.”
“Les deux alinéas précédents ne sont pas applicables aux personnes morales de droit privé se prévalant d’un caractère propre porté à la connaissance du public intéressé.”

Ri7AskolovitchPour le “nègre parisien Askolovitch » cet amendement, concerne les crèches privées, qui pourront donc interdire à leurs employées le voile, même si elles ne sont pas financées par la CAF ou une collectivité. Sauf si elles sont estampillées crèches musulmanes, précisément. Le ghetto, c’est maintenant – et cette loi qui se dit laïque porte donc le communautarisme comme la nuée l’orage.


Citant Jaurés comme le cite Askolovitch l’on pourrait dire que l’Islam porte en lui la guerre et l’extermination comme la nuée porte l’orage.
En réalité, le bon Askolovitch se croyant à l’abri de toute critique, car protégé par l’ombre portée de son père Roger Ascot, dévoile le vrai visage de la gauche.

Une gauche idéologique dont la pensée contraire à la nature et à l’histoire porte avec elle l’intolérance, l’impatience, l’intimidation.
Les bolcheviks avaient comme étendard la suppression de la propriété, du marché et le sentiment religieux, Réalités naturelles qui ne purent disparaître que par la terreur.

Le domaine normal de la loi est d’organiser la vie en société ou l’économie, si elle n’ambitionnait pas une transformation prométhéenne de l’un ou de l’autre des fondamentaux de la nature humaine, elle n’aurait pas besoin de tels moyens.

Aujourd’hui la gauche, tout comme le rêve Askolovitch met en place la police des mots, pour faire taire les « ZEKS » et comme notre territoire n’a pas l’immensité de la Russie, ce qui nous évite le « goulag » ce sont les tribunaux qui avec « la réductio ad hitlérum » feront le ‘sale boulot’.

Taubira va être obligée de construire des prisons. Mais pour en revenir au défenseur des nounous voilées, qui bien sûr n’auront aucune activité prosélyte « musulmane » comme dans les crèches et les maternelles de Gaza où les chères têtes brunes aprennent à manier les AK 17 et à hurler qu’il faut tuer tous ces porcs juifs.
Askolovitch nous rappelle la question du « genre » et les débiles interventions de madame Mazetier sur les noms « genrisés », qui nous a montrée que les socialistes veulent forcer la nature, au moyen de la loi, trafiqué le sens des mots, veiller à ce qu’une fois la loi votée, le naturel ne revienne pas au galop. C’est ce qui va arriver avec le mot racisme, il devient de plus en plus l’aune sur laquelle chacun sera jugé et condamné.
Même si les sujets ont l’air apparemment différents, je citerai ici Roland Hureaux, sur la loi du mariage homosexuel qui emprunte les mêmes circonvolutions intellectuelles que les cris d’orfraie de Monsieur Askolovitch à propos des nounous voilées et surtout est l’extrémité de la logique du discours totalitaire.


« D’abord la justice. Déjà, elle poursuit toute mise en cause publique de la stricte équivalence morale ou sociale de l’hétérosexualité et de l’homosexualité, au nom de la loi du 18 mars 2003 votée à la suite d’une fausse agression homophobe, qui s’est avérée une manipulation. C’est en partant de faux attentats (ainsi l’incendie du Reichstag du 27 février 1933 ou l’assassinat supposé de Kirov le 1er décembre 1934) que les machines totalitaires se mettent en place. Attendons-nous à ce que, si la loi est votée, la répression policière et judiciaire de tous ceux qui mettront en cause le nouveau dogme se renforce à tous les niveaux. Malheur à qui ne parlera pas la langue de bois ! ‘Il vient toujours une heure dans l’histoire où celui qui ose dire que deux et deux font quatre est puni de mort.’ (Albert Camus) ». »


La justice, et l’école. Comme la vérité sort de la bouche des enfants, c’est eux que visera en priorité la propagande officielle. Lutte contre l’homophobie renforcée et désormais entendue de manière large : toute entorse à la théorie tombera sous ce chef. Si l’enfant dit que le roi est nu alors que la loi a dit qu’il était habillé, malheur à l’enfant. Les livres de littérature, d’histoire, de sciences naturelles (pour ces derniers, on a déjà commencé sous Sarkozy !) devront être réexaminés.


Le dictionnaire lui-même sera révisé en fonction des nouvelles théories. Puis la grammaire : le masculin et le féminin ne structurent pas seulement la famille, mais la langue : aujourd’hui le Dalloz, demain le Bled ! La novlangue, selon l’expression prémonitoire de George Orwell, n’est pas loin.


L’administration jouera aussi son rôle : depuis l’institution du Pacs, les documents administratifs portent la mention Mariés/Pacsés pour bien affirmer la normalité du Pacs. Les mêmes documents ne porteront non plus M. et Mme, mais, pour inculquer la nouvelle vérité officielle, des catégories neutres, tels parent 1 et parent 2. Les maires à qui François Hollande a laissé croire qu’ils pourraient pratiquer l’objection de conscience déchanteront : l’admettre serait remettre en cause tout l’édifice idéologique.


De fil en aiguille, à partir de cette donnée apparemment circonscrite que constitue le droit du mariage, c’est toute la société qui se trouvera infectée par l’esprit de mensonge, l’idéologie et la langue de bois. C’est toute tout la société qui s’habituera à obéir, contrainte et forcée, au mensonge idéologique officiel, aujourd’hui dans ce domaine, demain dans d’autres, après-demain dans tous.
C’est pourquoi nous pensons que dès lors que le projet de loi Taubira s’en prend à la langue, à la nature, et à une histoire multimillénaire, elle porte en germe un nouveau totalitarisme. Cette dérive, c’est ce que nous voulons à tout prix éviter. Le combat que nous menons, ce n’est pas d’abord un combat pour la religion, ni pour la morale, même pas pour le respect de tous les enfants, c’est d’abord un combat pour la liberté.

Cette dérive au nom de l’égalité est en place et elle n’a que 5 ans pour s’imposer, aussi de toutes parts les attaques contre les ‘têtes qui dépassent la hauteur fixée’ vont-elles devenirent de plus en plus âpre, Monsieur Askolovitch veut être de la première charge, après tout c’est son droit, mais qu’il se souvienne du sort de Zinoviev (Ovseï-Gerchen Aronovitch Radomyslski-Apfelbaum), de Kamenev (Lev Borissovitch Rosenfeld) et tant d’autres qui appartinrent à la première charge du changement révolutionnaire.
À travers le petit billet paru dans « le grand journal républicain, Marianne » Monsieur Askolovitch nous prévient que chaque petit morceau de notre loi, de notre pays, de notre intimité, sera désormais pesé au gramme près de l’idéologie, antiraciste, antihomophobe, antiféministe, etc.

Et comme il le dit si bien dans la fin de sa dissertation qui doit lui servir de certificat de bonne conduite socialiste.


« Dans les commentaires qui suivront ce blog, je m’attends aux imbécillités traditionnelles sur ma dhimmitude, ou à des explications bienveillantes sur l’impératif laïque, et ce qu’il convient de défendre de notre République, quitte à être un peu dur… Je connais par coeur et termine un livre sur cette passion française, et ce qui arrive à nous, la France, et à son Islam. On le lira si on veut ».

« Disons ceci, en attendant. Les nounous que cette gauche entend régenter sont généralement des femmes pauvres et dévouées, dont il ne m’appartient pas de juger les convictions (solide laïque que je suis). On les met en demeure, maintenant, si cette loi passe, de choisir entre leurs croyances et leur survie sociale, au coeur d’une crise ignoble, et en leur expliquant, sans doute, qu’elles doivent payer pour nos valeurs. Certains peuvent appeler ça de la laïcité. Je dirai plus simplement que c’est une saloperie. »


Monsieur Askolovitch appelle la laïcité « une saloperie » moi avec cet article, je pense qu’Askolovitch se place pour être le premier membre de la police juive du ghetto.

Lazare Zylbergleitt

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

mika 18/03/2013 11:51


Claude Askolovitch


Racisme ou laïcité
? https://www.youtube.com/watch?v=j6pLRiCs7JQ


 


Le peuple suisse est un salaud
 https://www.youtube.com/watch?v=ifCgWf0recI


 

Epicure 18/03/2013 09:43


PAR CONTRE, je suis sûr qu'Asko;  en bon trotzko-socialo-bobo, est Contre la perruque chez les Juives Orthodoxes mariées.....comme son arrière arrière grand mère qui avait le
bonheur de ne pas avoir lu, ni même connu, Karl  Marx.


Pov'con