Pour les logements sociaux, les municipalités britanniques privilégient les gens qui travaillent.

Publié le 30 Septembre 2011

Et si cela se passait en France? Si à la suite des émeutes de 2005, les parents avaient pris conscience d'une manière ou d'une autre? Si la réalité de la responsabilité était le corollaire de la liberté ? Les anglais comme à leur habitude n'y vont pas avec le dos de la cuillère. Si, si... avec des "si" on mettrait Londres en bouteille! Certainement pas Paris.

Gérard Brazon 

**************

Par Florentin Collomp

Après les délinquants (et leurs familles), les chômeurs anglais risquent à leur tour de perdre leurs logements sociaux. La municipalité de Westminster, l'arrondissement au cœur de Londres, vient d'adopter de nouvelles règles dans l'attribution des appartements à loyers subventionnés. Les candidats qui travaillent depuis au moins deux ans seront favorisés par rapport aux chômeurs, «dans le cadre d'un programme visant à décourager la culture des avantages sociaux», précise le conseil municipal.

Les travailleurs précaires sont eux aussi sur la sellette: «Les personnes en contrat à durée déterminée devront prouver qu'elles ont été employées de façon continue sans interruption supérieure à un mois», selon les nouvelles règles qui entrent en vigueur en janvier 2012. La municipalité reconnaît toutefois des droits équivalents à ceux qui recherchent «activement» un emploi. Seront privilégiés les résidents vivant à Westminster «de façon continue» depuis au moins dix ans.

Cette chasse aux supposés chômeurs profiteurs n'est pas l'initiative isolée d'une municipalité huppée et conservatrice. Sur le point d'être imitée par d'autres communes à travers le Royaume-Uni, cette démarche ne choque pas plus la Mairie de Londres que le gouvernement. «Les autorités locales de tous bords prennent des mesures pour s'assurer que les gens qui travaillent dur, respectent les règles et se montrent responsables obtiennent un accès juste au logement dans ce pays», a commenté Grant Shapps, ministre du Logement du gouvernement Cameron.

Figaro.fr

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

Robert le Miro 01/10/2011 11:45



Et en France, on en est encore à discutailler sur le bien-fondé de réserver en priorité les places dans les cantines scolaires pour les enfants dont les Parents travaillent !


 


Rappelons à toutes fins utiles que c'est dès l'origine, la vocation des cantines scolaires !


 



Claude Germain V 30/09/2011 20:00



Il faut reconnaitre en France  un point unique au monde : un cultivateur du poil à la main ( et il y en a quelques centaines de milliers ,voire le million bien passé ) un cultivateur du poil
a la main ,c'est un des mystére de L'ANPE ,peut vivre sans travailler toute une vie en percevant diverses allocations et aides dont le nombre est incommensurable .Nous sommes nombreux dans le
beau pays de France ,surnommé le pays des poires ,a avoir une connaissance que nous n'avons jamais vu mettre la main sur un outil .Pire ! , cette situation perdure pour certain le temps légal ou
le nombre d'années requises pour toucher la retraite soit 42 ans ou plus .Et ces gens là partent un beau jour à la retraite en beneficiant du minimum vieillesse et autres allocations santé et
habitat .Vient se greffer la dessus le scandale de centaines de milliers d'immigrés ayant fait un passage de quelques mois ou années en France ,quelquefois meme un mois ou deux et qui beneficient
en afrique ou afrique du nord de prestations perpetuelles ainsi que leurs descendants .


Elle n'est pas belle la France ??? doux pays de mon enfance et douyyx pays des "poires" .


Mon plus gros regrets c 'est d'avoir cotisé 45 ans réels .


Bonne soirée