pour Madame mère de Monsieur Valls, la réponse est rapide! Pour les autres, voir Madame Taubira! Circulez il n'y a rien à voir....

Publié le 28 Juin 2012

Si votre père ou votre fils ou fille est Ministre, les choses peuvent tout de suite devenir différentes! C'est le cas pour madame Valls mère du petit manuel ministre de l'interieur aujourd'hui.

Sans le savoir, ils se sont attaqués à la mère du patron de la police française… Quatre Roumains ont été condamnés lundi soir à Paris à des peines de prison ferme pour avoir volé et utilisé frauduleusement, en mai, la carte de crédit de la mère du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls

 
Tout commence le 14 mai. Madame Valls, 68 ans, fait ses courses dans un Monoprix du 4ème arrondissement. Elle ne repère pas le manège de deux Roumaines de 20 et 25 ans, qui lorgnent par dessus son épaule quand elle règle ses achats et mémorisent son code secret. Peu après, Gabi-Ionel Petcu, 24 ans, entre en action : compagnon de l’une des deux jeunes femmes, il glisse discrètement la main dans le sac à main de Madame Valls et s’empare, sans alerter sa victime, de sa carte de crédit

Ils vont être arrêtés dans une affaire similaire

Immédiatement, les retraits d’argent liquide et les achats frauduleux commencent. Au total, près de trois mille euros. Les quatre jeunes gens utilisent notamment la carte de crédit pour régler la location de vélos Vélib’. C’est ce qui les perdra. Alertée par sa banque, qui a repéré les retraits suspects, Madame Valls, à la veille de la nomination de son fils place Beauvau, fait opposition. La carte devient inutile. 
Comment les voleurs sont-ils arrêtés ? Quatre jours plus tard, le vigile d’un grand magasin d’habillement dans le quartier de l’Opéra est intrigué par le manège suspect des mêmes quatre Roumains : cette fois, ils s’intéressent d’un peu trop près à une cliente hollandaise au moment où elle compose son code secret. Pris en filature, les deux couples sont interpellés alors que l’une des jeunes femmes glisse la carte, qui vient d’être volée, dans un distributeur de billets. 

Repérés sur la borne téléphonique… du Palais de Justice

Parallèlement, dans la première affaire, les enquêteurs croisent les listings téléphoniques des bornes cellulaires correspondant au Monoprix et aux deux stations Vélib’ : quatre numéros identiques sortent du lot. Le 19 mai, l’un des numéros apparaît soudain sur la borne correspondant au palais de Justice : ils en concluent que son propriétaire a été placé en garde à vue pour une autre affaire. Dans les photos des personnes gardées à vue ce jour-là, ils reconnaissent sans peine les quatre Roumains, filmés par les caméras de surveillance du Monoprix. 
Les jeunes gens ont reconnu avoir volé et utilisé la carte de crédit de Madame Valls, mais nié, contre l’évidence, le second vol. Gabi-Ionel Petcu, déjà condamné pour vol à six reprises, écope de quinze mois de prison ferme. Les trois autres d’un an, dont quatre mois assortis du sursis.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

Claude Germain V 28/06/2012 19:24


Selon que vous soyez puissant ou miserable...................nous connaissons ..... mais elle n'est pas pauvre mémé Valls .....3000 euros débités ....et on ne connait pas le reste ......il y en a
des millions qui n'ont que 30 euros........