Pour moi, être né ici est une chance - par Niels

Publié le 20 Janvier 2011

Que cette braise devienne flamme !  

           Il est des gens pour qui être Français, c’est être né par hasard sur une terre sur laquelle a été collée une étiquette « France ». Il en est d’autres pour qui la France est une assistante sociale géante, un laboratoire pour des expériences ethno-sociologiques à grande échelle, ou alors un pays magique où l’argent tombe du ciel comme par miracle.

Pour moi, être né ici est une chance. Je remercie le ciel chaque jour de m’avoir fait naître dans ce pays qui figure parmi ceux dans lesquels on vit le mieux au monde, et qui est depuis longtemps une des grandes puissances politiques, militaires et culturelles du monde occidental, et du monde tout court.

Je suis dans la lignée d’hommes et de femmes qui ont fait prospérer ce pays pour qu’il devienne ce qu’il est aujourd’hui. Je suis le dernier maillon d’une histoire qui se raconte en milliers d’années, une histoire magnifique et que le monde entier nous envie. J’essaie, tant bien que mal, d’en être fier à défaut d’en être digne.

La France pour moi c’est l’abbaye de Fontenay, les châteaux de la Loire, les villes fortifiées par Vauban, le pont du Gard, la cathédrale d’Amiens, les Sacres à Reims, l’Arc de Triomphe, le Panthéon, Paris ville immortelle et intemporelle. La France, c’est l’invention du cinéma en 1895 à Lyon par les frères Lumière. La France, c’est depuis le Moyen Âge un foyer de connaissances et de découvertes majeures. C’est l’université de Paris, créée en 1200, qui reste depuis son origine l’une des plus importantes d’Occident. La France, c’est aussi le « repas gastronomique des Français » qui a été inscrit le 16 novembre 2010 à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Pas de quoi être fiers ?

Je pense à tous ces hommes et ces femmes qui sont morts pour défendre ce pays, ses valeurs, sa culture, sa langue, cet idéal de vie, à ceux qui ne se sont pas laissés faire et pour qui aucune concession n’était possible.

La France, c’est des Rois et des Empereurs : Clovis, Louis XIV, Napoléon Bonaparte, Henri IV,… des guerriers : Charles Martel, Joffre, Leclerc,… , des résistants : Jean Moulin, De Gaulle, Jeanne d’Arc, Vercingétorix,… et bien sûr le peuple Français sans lequel rien n’aurait été possible.

Alors quand je vois nos dirigeants depuis 30 ans qui, au lieu de faire prospérer ce patrimoine exceptionnel comme l’ont fait tous leurs prédécesseurs, de protéger ce peuple (parce qu’il le vaut bien !), préfèrent tout détruire, tout vendre, et sacrifier ce qui restera sur l’autel sacré du libre échange outrancier et du multiculturalisme qui mène, et les exemples ne manquent pas, à des conflits insolubles plus fréquents et plus violents qu’ailleurs, jusqu’à la guerre civile, je sens la colère m’envahir.

Ces dirigeants qui ignorent les enfants de la France et protègent ceux qui la battent. Ces dirigeants qui ne voient pas la beauté de ce pays, ne saisissent pas la valeur de sa langue qui restera à jamais celle de la liberté, de l’émancipation et de la raison.

Ce peuple que vous avez voulu bâillonner, culpabiliser à tout va, ce peuple Français à qui vous vouliez supprimer sa fierté, à qui vous vouliez faire accepter l’inacceptable, tolérer l’intolérable, n’a pas dit son dernier mot, non ! Il commence à se lever, et, ivre de vengeance, il va reprendre ce qui lui appartient : la France, qui n’est ni le pays par lequel doit passer la rédemption du genre humain, ni un jeu coffret « Le Petit Chimiste ».

La France a été violée plus qu’il n’est possible de le tolérer, les limites ont été plus que franchies, et ces milles traitres qui ont voulu la faire disparaître subiront une vengeance sans précédent, d’autant plus violente que nous aurons supporté trop longtemps de baisser les yeux, de nous taire, de nous interdire d’être fiers. Toutes ces frustrations et cette colère accumulée donneront naissance à cette vengeance qui résonnera dans l’Histoire comme un avertissement solennel à tous ceux qui auraient l’idée de réitérer un tel projet.

Ce peuple en a marre d’être mis sans cesse sur le banc des criminels et des repentants parce qu’il est, avec les autres peuples d’Occident, l’un des seuls à avoir regardé son histoire en face, à avoir appris à ses enfants (et à ceux des autres) ses erreurs et ses égarements, et à avoir montré la volonté de s’en excuser et de devenir meilleur afin de ne jamais les reproduire, alors que tant d’autres peuples ont commis des génocides, des guerres injustes, causé des famines abominables, et ni ne l’enseignent à leurs enfants, ni ne montrent aucune culpabilité. Quand Mme Taubira limite l’esclavage à la traite européenne des Noirs, ne daigne pas parler de la collaboration des ethnies africaines à la traite atlantique et déclare par dessus le marché qu’il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les « jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes », on croit rêver ! En effet, cela ne gène pas Mme Taubira que les petits blancs soient les seuls à revenir de l’école l’âme en peine, portant le poids de la Shoah et de la traite des Noirs sur leurs petites épaules. Ils sont bourreaux à vie, les autres sont victimes de génération en génération. Après tout, il faut bien que les petits Blancs expient (à perpétuité, s’entend) les crimes de leurs ancêtres ! « N’importe quel Blanc (…) devra subir comme les autres. », dixit Houria la bien-aimée.

Et bien NON ! Les Blancs, puisque c’est bien d’eux qu’il s’agit, n’en peuvent plus qu’on leur parle jour et nuit (dimanches et jours fériés inclus) de l’esclavage et de la colonisation, qu’ils ont déjà reconnus à peu près deux mille cinq cent fois, ils n’en peuvent plus d’être reconnus internationalement comme les plus grands criminels de toute l’histoire de l’humanité alors que l’esclavage a été pratiqué par tous les peuples du monde, ils ne supportent plus d’être détestés jusque dans la manifestation de leur identité propre. Marre d’apprendre à l’école que la conquête de l’Espagne par les Arabo-musulmans a donné naissance à une période prospère et exceptionnellement riche de bienfaits pour la civilisation (et pour l’architecture, si si) alors que la présence française outre-mer n’a été qu’un concentré de meurtres, de pillages, de destructions et de viols.

Ces Occidentaux qui ne veulent plus entendre que l’Église n’a été qu’une monstrueuse machine à tuer et à torturer à travers les siècles alors que l’Islam est un religion « de paix, de tolérance et d’amour » que l’Occident barbare peut remercier sans fin de l’avoir éclairé à de nombreuses reprises. La médecine, la réfrigération, l’aviation, l’automobile, le tour du monde, avoir posé le pied sur la Lune, l’abolition de l’esclavage, la Déclaration universelle des droits de l’Homme : attention, tout ça, ce n’est rien comparé à la (attention roulements de tambours) GLORIEUSE CIVILISATION ARABO-MUSULMANE, porteuse de bienfaits sur toute la surface de la Terre. Il est vrai que la gueule des pays Moyen-Orientaux aujourd’hui ne nous permet pas d’en douter une seule seconde.

Ces Occidentaux qui envoient de l’aide humanitaire au Pakistan, alors que je ne suis pas tout à fait convaincu que ce pays aurait la moindre compassion pour nous si une météorite s’écrasait sur l’Europe et nous réduisait en poussière. Ces Occidentaux qui aident l’Afrique en y envoyant de la nourriture, en intervenant pour pallier à des situations inacceptables comme en Somalie en 1993, en envoyant des bénévoles, des ONG, des gens de bonnes volonté pour les aider.

J’attends une burqa-Emmanuelle aidant les petits Soudanais chrétiens opprimés, ou un Imam Emmaüs, ou pourquoi pas carrément les deux, soyons fous. Et bien j’attends toujours. Je trouve d’ailleurs très curieux que la fondation Kadhafi, si concernée quand il s’agit de foncer sur Gaza afin de déclencher une tempête médiatique contre le méchant Israël, n’ait pas grassement aidé Haïti après le séisme début 2010. Bon, en même temps, les Haïtiens sont majoritairement catholiques et ne sont occupés par aucun pays à vocation américano-sioniste, aucun intérêt. Ca s’appelle la compassion sélective.
La France et l’Occident en général essaient d’apporter ce qu’ils peuvent à l’humanité. Certains feraient mieux de se demander ce qu’ils pourraient eux aussi apporter au monde au lieu de passer leur temps à réclamer.

J’aimerais dire aux Rokhaya et autres Bouteldja qu’elles ne seront jamais rien comparées à des Martin Luther King, homme d’Église, et des Nelson Mandela, qui a mis un terme pacifique au régime d’Apartheid en Afrique du Sud. Encore faudrait-il qu’il existe une ségrégation raciale et une intolérance marquée en France pour que leur « combat » (ah-ah) puisse être légitime. Or il n’y a pas plus tolérant que le peuple français, qui commence d’ailleurs à se rendre compte que des gens comme vous en abusent largement et depuis trop longtemps pour essayer de nous castrer définitivement. Quand on défend une Algérie algérienne et une Afrique africaine, le tout sans vouloir d’une France française, qu’on passe son temps à rappeler les « heures les plus sombres » (attention marque déposée) de l’histoire des autres sans regarder honnêtement l’histoire de son propre peuple et de sa religion, j’estime qu’on a un seul droit : se taire.

Mais tout ceci - cette mascarade de la tolérance et de la repentance à sens unique -, ce temps là est révolu, mesdemoiselles, depuis que j’ai appris qu’au Maghreb les Noirs étaient carrément, je cite, « invisibles » pour les Maghrébins, que les musulmans non Arabes étaient traités avec une atrocité inimaginable au Moyen Orient, sans oublier le Darfour et bien sûr la tolérance légendaire du monde Arabo-musulman encore une fois prouvée par les légers incidents irakiens d’il y a deux mois…

Je suis donc fier de cette France qui n’a pas plus à se reprocher que les autres nations du monde, contrairement à ce que l’on voudrait bien nous faire croire. Mon pays a reconnu ses erreurs, et les jeunes Français de mon âge ne sont pas des Vichystes, des colons ou des esclavagistes. Je dis haut et fort à ceux qui veulent nous imposer un « devoir de mémoire » et « une dette imprescriptible » que soixante ans après la chute du régime Nazi et du gouvernement de Vichy, ceux qui sont nés dix, vingt, trente, quarante ou cinquante ans après les faits ont « le droit de tourner la page » pour écrire leur propre histoire, notre histoire.

Mes grands-parents vivent dans un petit village drômois aussi ravissant que revivifiant. Ils fêtent Noël, vont à la messe des rameaux, s’occupent de leur jardin et de leurs petits-enfants et ne réclameront jamais rien à personne. C’est ça, ma France à moi. Se promener dans un village un jour de juin, et entendre les cloches sonner les douze coups de midi, aller au marché un samedi matin et voir des gens souriants discuter de tout et de rien, être insouciant, prendre une cuite avec ses potes le jour de son anniversaire, avoir le cœur qui bat à la chamade en apercevant l’inscription gigantesque « A toutes les gloires de la France » sur la devanture du château de Versailles, dévorer une baguette de pain avec du fromage dans un champ un dimanche après-midi, écouter sa grand mère raconter la Seconde Guerre Mondiale un 8 mai. C’est ça, ma France à moi.

Jamais, plus jamais, on ne m’enlèvera ma fierté d’être Français. Pourquoi baisser les yeux parce que je suis Français alors que je croise tous les jours des mecs avec des T shirt « Italia » ou « Algérie, ma patrie jusqu’à la mort » ?

J’aime ce pays et je n’ai plus peur de le dire, et comme Gandhi l’a dit pour l’Inde : « Là où le choix existe seulement entre la lâcheté et la violence, il faut se décider pour la solution violente. J’aimerais mieux que l’Inde défendît son honneur par la force des armes plutôt que de la voir assister lâchement et sans se défendre à sa propre défaite. »

Je ne suis pas le seul à penser la même chose. Ceux qui veulent enterrer la France devront d’abord nous passer sur le corps, et ce ne sera pas une mince affaire.
Car les vrais Français ne choisiront pas la lâcheté.
 
Source : Bivouac-ID 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

Monnier 28/01/2011 19:59



Chez moi aussi la colère monte, je ne suis qu'une petite française ayant une vie bien ordinaire mais je serai là lorsque nous nous battrons pour délivrer notre pays



isabelle 25/01/2011 07:58



Magnifique texte, si revigorant, si vivifiant ! J'applaudis des deux mains tant il correspond à ma propre pensée.


 



roy 21/01/2011 13:38



commentaire magnifique on ne peut qu'être d'accord et même plus. Onest derrière et avec tous ceux qui lèverontla voisx pour dire qu'on veut que la France reste la France et non un satellite de
l'islam


 



Francis CLAUDE 21/01/2011 07:51



bonjour, ce vendredi 21 janvier 2011 sera surement un trés beau jour,merci merci Mr Brazon de m'avoir fait découvrir ce merveilleux texte de Mr NIELS, qui pour moi est un inconnu(hélas) mais qui
a ecris un texte qui devrait etre imprimé a 65 millions d'exemplaires et distribué et distribuer aux Français afin que nul ne puisse ignorer ce qu'est la FRance notre France la Vraie France
ce texte ne transpire d'aucunes idées racistes extrémiste ou xénophobe et ne peut etre rataché a aucun parti politique. c'est la réalite et la verité toute nue!.


c'est surement la meilleure page que j'ai lue depuis bientot 1 an, que j'ai découvert votre blog encore merci et tout mon respect a NIELS qui doit en plus représenter une belle jeunesse de
France(il y en a encore)



Chantal Macaire 20/01/2011 20:04



Superbe texte...que nos "élites" devraient lire et méditer... Mais il est vrai qu'ils ont décidé, eux, l'assassinat pur et simple de cette France-là ! 


Et c'est bien parti, puisqu'on va même jusqu'à trafiquer les programmes scolaires pour prêcher le "politiquement correct", mettre à la trappe les gêneurs (comme Charles Martel), appuyer sur la
culpabilité de l'Occident et couper court aux racines judéo-chrétiennes, bien gênantes quand on entend faire croire que l'islam fait partie de l'histoire européenne -comme l'a asséné je ne sais
plus quel imbécile d'homme politique !-


La France va-t-elle en réchapper ?  Je n'en suis pas sûre du tout ....


Ou alors il faudrait une "véritable lame de fond" provoquée par le peuple, qui fasse échouer ce projet suicidaire d'une France islamisée, arabisée, africanisée (comme le dit la haineuse du P.I.R.
)


 


 


 



Christian 20/01/2011 17:44



Bonjour Gérard je ne sais si nous ne sommes fréres jumeaux mais je suis dans la même posture que toi au mot prés. Bientôt 65 ans fils de résistant j'essaye avec mes modestes moyens d'ouvrir les
yeux des aveuglés de notre pays. Aveuglés ou bien éclairés mais complices. Je redoute aussi la colère des Français et la mienne car arrivera un moment où nous n'aurons plus d'autres alternatives
que de nous battre et d'attaquer ces envahisseurs qui utilisent avec une ruse sournoise nos lois et nos valeurs pour nous démolir. Mais cela ne pourra pas durer car de plus en plus de personnes
se posent cette question : mais que veulent donc ces barbares??


Lorsque le peuple est trahi par ses dirigants c'est le conflis assuré.


Bon courage et continuons sans relache.


Merci à toi Gérard.


Le vigilant du Nord