Pourquoi Harlem Désir joue avec le feu. Par Ivan Rioufol

Publié le 17 Décembre 2012

 Merci à Liberté Chérie

Par Ivan RIOUFOL - Journaliste

 

 

Harlem Désir, premier secrétaire du PS, est devenu la figure emblématique de la gauche doctrinaire, qui colle aux basques des réformistes. L’apparatchik ressemble de plus en plus au gardien-chef du musée du socialisme. Son maniement de la langue de bois et de la dialectique manichéenne a atteint une virtuosité dans la représentation du camp du Bien. Il peut soutenir, sans complexe, que sa pétition lancée lundi pour le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels  est "une pétition de rassemblement des Français autour d’une réforme d’égalité et de progrès, là où la droite ne sait que diviser et jouer sur les peurs". Quand il défend, ce mercredi, le droit de vote des étrangers aux élections locales, c’est au nom "des démocrates et des humanistes" mobilisés contre "les discours extrémistes, l’intolérance et la xénophobie". Bref, ce que Désir défend est habité par la grâce et la bonté, tandis que la pesanteur et la haine caractérisent ses adversaires. Mais qui peut suivre ces gros sabots ?

 

Les deux marqueurs socialistes que le n° 1 du PS veut imposer à son parti sont évidemment des leurres destinés à faire oublier la panique qui gagne la vieille gauche, désarmée face à la crise économique. Ce procédé grossier, ajouté au mépris affiché pour les contradicteurs, sont autant de raisons qui risquent d’aviver la contestation. Désir joue avec le feu, en cherchant à relancer cette semaine ces sujets sociétaux. La réponse du 13 janvier risque d’être cinglante, avec la manifestation nationale contre le mariage homosexuel. Mais le droit de vote des étrangers n’est pas davantage argumenté quand il y voit "une arme pour lutter contre le repli identitaire et la fragmentation de la société comme de la Nation". Si le droit de vote était "une clé de l’intégration", cela se saurait. Or les repliements identitaires s’observent d'abord chez des Français qui, malgré leurs droits civiques, ne se sentent pas français. Les réalités sont plus complexes que le monde plat et interchangeable dont rêve la gauche aux abois.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 17/12/2012 16:46


Au pays de Descartes où la pertinence est reine, qu'en pense l'Académie Française. Outre que je me sens personnellement injurié en tant que "vieux marié de plus de 50 ans" et que nos dirigeants
nous ramènent au niveau des "FORNIQUEURS dans la MERDE" ou "LÈCHES-MINETTES" C'est une grave atteinte à notre langue qui, jusqu'alors, était présentée comme la plus belle et la plus riche de
toutes.! C'est une atteinte à sa pertinence car ce terme MARIAGE , recouvrira un ensemble de pratiques en lesquelles les gens normaux ne peuvent se reconnaître. Cette BANDE de PROFITEURS et
d'ARRIVISTES de BAS NIVEAU SALISSENT TOUT ... Les enfants actuels ont assez de problèmes comme cela avec les décompositions et recompositions de familles sans leur ajouter ce DILEMNE GÉNÉTIQUE
HORS RAISON.!