POURQUOI VALLS N'EST PAS CREDIBLE par Minurne

Publié le 16 Avril 2014

Le lendemain des résultats des municipales de 2008 qui donnaient la droite perdante de 90 communes, le premier secrétaire du PS de l'époque avait déclaré "La seule décision que j'attends, c'est la démission du président de la République" (Les Echos). Un autre jour il avait déclaré "Moi président, si je subissais un grave revers électoral, je démissionnerais aussitôt", ce qui démontre une certaine cohérence dans la pensée.

Par Minurne

Mais cet homme souffre de nombreux trous de mémoire. Il est aujourd'hui président, il vient de subir un grave revers électoral en perdant 157 villes de plus de 9 000 habitants, et tout ce qu'il a trouvé à faire, c'est de changer le bocal gouvernemental en reprenant les mêmes cornichons dans le gouvernement.

Le Journal du Dimanche rappelait récemment qu'avant les municipales la côte de popularité du président était "au plus bas à 20 % d'opinions favorables". Le Figarovient de publier un nouveau sondage Ifop d'après les municipales qui annonce : "Le président perd cinq points, il est à 18 % d'opinions favorables". Je n'ai jamais été très fort en maths, mais je vois qu'il y a chez les journalistes plus nuls que moi !

01.jpg


Les Corréziens sont majoritairement favorables au président, pourtant ce sont eux qui lui ont trouvé le surnom le plus méchant : "Granulé" (gras-nul-laid).

C'est la politique de Granulé que Valls va mettre en œuvre, après avoir critiqué celle de Ayrault dans son discours d'investiture.

Entre autres choses, qu'a-t-il reproché à son prédécesseur à Matignon ? De ne pas avoir su mener une politique de sécurité conforme aux attentes des Français. Il fallait oser ! Pour en finir avec les multiples "couacs" qui ont émaillé la vie gouvernementale ces deux dernières années, "je vais acheter un logiciel anti-couacs" a-t-il déclaré sur le site Thalès. C'est sans doute ce que l'on appelle l'humour corrézien !

Valls serait plus convaincant s'il avait dit aux Français : En France, 13 % du PIB sont consacrés à la rémunération des fonctionnaires et 7% en Allemagne, moi, premier ministre, je vais m'attacher à réduire cet écart pour rendre la France plus compétitive et réduire du même coup le déficit de l'Etat, la dette nationale et le niveau des impôts qui en découlent.

S'il avait dit, à l'instar de son collègue hollandais Piet Hein-Donner en juin 2013 : moi premier ministre, je partage l'insatisfaction du peuple français face au modèle de société multiculturelle développé en France depuis 33 ans et je vous fais part de mon intention de centrer maintenant nos priorités vers les valeurs fondamentales du peuple Français. Dans le nouveau système d'intégration, les valeurs françaises vont jouer un rôle central et de ce fait mon gouvernement n'adhère plus au modèle de société multiculturelle.

S'il avait ajouté : Une intégration encore plus rigoureuse est parfaitement justifiée du fait que c'est ce que demande tout le peuple. Cette orientation est absolument devenue nécessaire parce que la société française est en train de se désagréger en terme d'identité et plus personne ne se sent chez-lui en France. 
La nouvelle politique d'intégration sera beaucoup plus exigeante envers les immigrants. Par exemple les immigrants devront obligatoirement apprendre le français et le gouvernement va prendre des mesures plus coercitives à l'endroit des immigrants qui ignoreront les valeurs du pays et désobéiront aux lois françaises. 

Le Gouvernement va aussi cesser de donner des subsides spéciaux aux musulmans pour s'intégrer (alors que la plupart ne le font pas de toute façon) car il n'appartient pas au gouvernement et aux fonds publics d'intégrer les immigrants, c'est à ceux qui sont demandeurs de faire cet effort.

Nous allons renforcer la législation interdisant les mariages forcés, l'excision et le voile et mettre en place une législation imposant des mesures sévères pour les immigrants musulmans qui diminuent volontairement leurs chances d'emploi simplement par la manière dont ils se vêtent et leur refus d'apprendre le français.

Nous avons pris conscience que l'ultra-libéralisme multiculturel est en train de faire du pays un territoire de tribus du désert qui, somme toute, est en train de tuer notre nation d'origine ainsi que son identité propre.

S'il avait dit : je désavoue Jean-Jacques Urvoas, député et président de la Commission des lois à l'Assemblée nationale pour sa déclaration dans le journalLibération, du 7 avril à propos de la réforme pénale : "L'objectif est très clair : profiter des vacances pour voter la réforme pénale", d'abord parce que le procédé qui consiste à faire voter des réformes importantes pendant les vacances est malhonnête, surtout car j'ai compris que c'est la plus dangereuse réforme des quarante dernières années. Elle aboutira à la relaxe de milliers de délinquants condamnés et parfois multi-condamnés pour des vols, des rackets, des agressions physiques, des viols et des meurtres, ce qui en aucun cas ne saurait et ne pourrait améliorer l'état de la sécurité en France.

Et je désavoue les déclarations de Christiane Taubira ces derniers jours, qui veut que les peines de deux ans de prison ferme restent inexécutées et que la contrainte pénale (nouvelle fausse sanction prévue dans la loi) concerne tous les délits qui peuvent être punis de 10 ans de prison. Et que ne soient punis que de 5 à 10 ans de prison : les vols ultraviolents, le proxénétisme, les agressions armées en bande organisée contre des policiers ou les agressions sexuelles aggravées. J'ai compris que ces peines n'auraient rien de dissuasif  et ne feraient qu'encourager les racailles à récidiver.

S'il avait dit : j'ai compris que les Français dans leur immense majorité veulent des enfants qui leur ressemblent, qui deviendront des hommes et des femmes dignes, responsables et bien dans leur peau, pas des choses a priori asexuées dont sa sexualité serait artificiellement construite par les ayatollahs du genre appartenant à des lobbies plus ou moins louches. J'ai demandé à Hamon de retirer les ABCD égalité, les Moby Dick, Tomboy et toute la panoplie LGBT des écoles, d'en interdire l'accès aux représentants des lobbies homosexuels, pédérastes et gouines en tous genres qui font l'apologie de la polygamie et de la pédophilie face à des enfants mineurs dont la capacité de jugement n'est pas encore formée. 

Je désavoue en conséquence Julie Sommaruga, député PS qui a déclaré en séance :"Je ne vois aucun inconvénient ni pour les unions à plusieurs, ni pour les unions polygames, ni pour l’inceste" en rappelant que ces pratiques sont interdites par la loi et que la députée aurait du être poursuivie en justice. Et ce d'autant plus que dans les pays comme la Finlande et la Suède, pays qui servaient de modèle aux politiques mises en place par le ministère de monsieur Peillon et celui de Najat Vallaud-Belkacem, les inégalités entre filles et garçons se creusent. Preuve de l’inefficacité de ces politiques du genre.

S'il avait dit tout cela et bien d'autres choses encore, Valls aurait été crédible aux yeux des Français, mais il n'en a rien dit. 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Commenter cet article

Pivoine 17/04/2014 13:22


Elle aboutira à la relaxe de milliers de délinquants condamnés et parfois multi-condamnés pour des vols, des rackets, des agressions
physiques, des viols et des meurtres, ce qui en aucun cas ne saurait et ne pourrait améliorer l'état de la sécurité en France.



 


C'est exactement le but recherché  !!!