Koweït: un an de prison pour les femmes en maillot de bain

Publié le 7 Décembre 2010

 
Koweït: un an de prison pour les femmes en maillot de bain
Koweït: un an de prison pour les femmes en maillot de bain afp
            Cinq députés islamistes koweïtiens ont présenté lundi une proposition prévoyant un an de prison et une amende de 3.500 dollars pour les femmes se présentant en maillot de bain sur les plages.

Ils suggèrent d'amender le code pénal pour infliger les mêmes peines aux femmes qui portent des décolletés et à celles qui se comportent d'une manière "indécente" sur les plages, les îles ou dans les piscines, selon la proposition des députés dont l'AFP a obtenu une copie.

Pour être effective, cette proposition doit être approuvée en commissions parlementaires, puis par la Chambre et enfin par le chef de l'Etat.

Les auteurs de cette proposition ont fait état de scènes "indécentes" sur les plages et les îles koweïtiennes, fréquentées majoritairement par des hommes. Les rares femmes qui s'y baignent portent vêtements et voile.

Dans les piscines ou plages privées, les femmes portent plus volontiers des maillots de bain.

La députée libérale Acil al-Awadhi a dénoncé la proposition comme "une violation de la Constitution" et une mesure discriminatoire, se demandant pourquoi elle ne s'appliquerait pas aux hommes en maillot de bain.

Le Koweït est un pays islamique conservateur mais, contrairement à son voisin saoudien, n'impose aucune restriction vestimentaire aux femmes.
La dépêche

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Celia 07/12/2010 18:04



Je propose que Gérard Brazon nous repasse, en hommage aux femmes, la vidéo des chinoises nues qui a fait sa célébrité !



rosalie 07/12/2010 16:27



Lamentable...les femmes partout dans le monde, celles qui se voilent alors qu'elles vivent chez nous, ne comprennent pas encore que ces lois sont uniquement dans le but de les museler et
d'affirmer encore une fois leur soumission à l'homme. Il serait temps que des actions mondiales soient prises pour dénoncer cette aliénation et cette assimilation de la femme à un objet, une
machine à produire et à satisfaire des besoins bestiaux de certains. Obama aurait d'aillkeurs dû s'en faire le porte parole au lieu de dire que chacune était libre...comme s'il s'agissait de
liberté!