Première bavure de Taubira. Par Christine Tasin

Publié le 15 Novembre 2012

Par Christine Tasin

 Ri7 Radio Christine 2 jpeg

Elle n'a pas tardé, la bougresse ! Il faut dire que Hollande s'y était engagé, les mineurs récidivistes de 16 à 18 ans qui étaient jugés par des tribunaux correctionnels instaurés par la loi d'août 2011, parce que leurs cas étaient lourds, vont pouvoir danser de joie. Le couple fou de l'indépendantiste et de Oui-Oui a décidé qu'il était cruel de traiter des mineurs comme des majeurs et qu'on allait abroger cette loi. Peu importe aux deux irresponsables que les mineurs en question  agissent, comme des majeurs, avec cruauté et violence, ils vont pouvoir retrouver l'irresponsabilité pénale de la tendre jeunesse...

Tant pis pour vous, tant pis pour nous qui devrons continuer à subir agressions, vols, viols, avec ou sans armes.

Et ce n'est que le début d'un quinquennat qui s'annonce comme un paradis pour les délinquants en puissance...

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Yves IMBERT 17/11/2012 20:10


Et pendant ce temps le journaleux barbier de l'Express cite une pseudo étude de l'université Aubry pour prétendre que l'immigration dégage un résultat opsitif annuel de 4 milliards alors que
l'étude sérieuse en 3 chapitres de l'institut de géopollitique des populations le chiffre au 16.02.12 à 73,3 + 4,6 + 18 = 95,9 milliards

Marie-claire Muller 16/11/2012 16:26


Les “faits divers” de Taubira – par Xavier Raufer, criminologue



Par France Presse Infos



 





Les chrétiens d’Orient, notamment les orthodoxes, sont très attachés à la notion de générosité divine. Voilà
pourquoi les prénoms Théodore ou Théodora (“cadeau de Dieu”) sont chez eux si populaires. Tournerais-je théologien ?


Non : j’ouvre le lecteur à l’idée que, pour les criminologues, Mme Taubira est un merveilleux cadeau de Dieu. Impavide
catéchumène de la “culture de l’excuse”, notre garde des Sceaux va – involontairement bien sûr – susciter un maelström criminel et ainsi ruiner pour de bon cette idéologie pernicieuse.


Ce catéchisme de la “culture de l’excuse” débute par un rituel de conjuration (“pratique de magie consistant à frapper de
nullité un fait qui dérange, en le proclamant mineur ou dérisoire”). Ce qu’il s’agit ici d’annuler, c’est le réel criminel, si impitoyablement contraire aux songes creux idéologiques.


 






Et de fait, quand le Monde l’interroge ce 20 septembre, Mme Taubira balaie d’une phrase primesautière la (timide)
évocation de l’effervescence criminelle de cette rentrée 2012 : « On ne peut imaginer un monde sans faits divers. »


“Faits divers”, vous avez
bien lu.





Plus loin, la garde des Sceaux enfonce joyeusement le clou : « Bien sûr qu’il y aura encore des faits divers. »





Mais à quelles broutilles, incidents ou anicroches Mme Taubira fait-elle ici allusion ? Quelle menue poussière la garde
des Sceaux balaie-t-elle ainsi sous le tapis ? Voilà donc ce que sont, ces derniers temps, les “faits divers” de Mme Taubira :





À Échirolles (Isère), Kevin et Sofiane sont lynchés par une horde sauvage, massacrés de dizaines de coups de couteau et de
marteau. Le ministre de l’Intérieur, lui, parle d’« actes barbares ».





Ailleurs en France, les fusillades mortelles se multiplient (à Mougins, Nice, Marseille, Vénissieux, en Corse, à Paris et en
banlieue), avec, au choix, kalachnikov, revolvers, fusils à pompe. Et ça prolifère : Amiens a ainsi ses “règlements de comptes à la marseillaise”. Dans un jardin de Stains, un “détenu en fuite”
s’entraîne paisiblement à la kalachnikov, avec l’aire de jeu pour stand de tir.





Au rayon braquages, on a l’embarras du choix : fourgons blindés, bijouteries, grandes surfaces… Sept hold-up en six mois à
Limoges ! Une bijouterie deux fois braquée en trois semaines à Coudekerque-Branche.





Qui dit mieux ? À Marseille, entre deux flingages on braque même l’aéroport – des avions sur la piste, une première
mondiale. Des Lituaniens attaquent une bijouterie à Monaco ; dans l’Est, des nomades balkaniques séquestrent des commerçants. À Carrières-sous- Poissy (Yvelines), la Poste refuse de livrer les
colis dans un quartier dangereux.





Les cambrioleurs ne chôment pas non plus : les cambriolages sont en augmentation de 20 % à Manosque, des broutilles à côté
de Concarneau (+ 70 %). Flairant l’enivrant parfum du laxisme, les cambrioleurs affluent de partout. Récemment, on a démantelé à Rennes une “filière de voleurs mongols” qui opéraient également à
Tours.





Et la justice ? À Perpignan, le palais de justice est assiégé par une bande de racailles, tandis qu’à Grenoble un homme
comparaît pour avoir violé son avocate. Une “malheureuse victime de l’exclusion et du racisme”, sans doute, ce violeur ? Non. Selon le psy, c’est plutôt une inquiétante « personnalité
psychopathique, avec une absence d’empathie, une impulsivité et une violence sans limites ».





Et n’oublions pas les policiers et gendarmes rossés, voire écrasés volontairement, leurs voitures percutées par celles des
bandits, ou incendiées, etc.





La criminalité en col blanc ? Pas terrible non plus : côté infractions à la carte de paiement, la France est la mauvaise
élève de l’Europe. On signale en outre une explosion des cas de fraude identitaire et une prolifération des fausses plaques d’immatriculation.





Comment réagissent les Français à tout cela ? Ils sont “sous le choc”, expression qui revient quotidiennement dans les
médias.




LA GAULOISE 16/11/2012 08:34


Bien à l'abri et tres bien protégée , la dame se fiche bien de savoir si les citoyens français sont en danger permanent. Et dire " qu'on " a voté pur ça!!!!!!