Première dame : un statut entre pathétique et ridicule…

Publié le 16 Janvier 2014

Monsieur le Président et madame (favorite, maîtresse, courtisane, etc)

premiere-dame

Par Christian Vanneste pour Bd Voltaire

En moins d’un demi-siècle, l’image politique de la France s’est effondrée.

On pouvait critiquer la politique du Général. On ne peut nier que sa dimension historique donnait à la France dans le monde un poids largement supérieur à sa puissance, notamment économique. Les contours de sa vie privée et de son rôle public étaient clairs et visibles. Les médias ne pénétraient pas le sanctuaire familial de La Boisserie. Charles de Gaulle payait de sa poche le goûter de ses petits-enfants lorsqu’ils lui rendaient visite à l’Élysée. Mais, dans le fond, rien n’était caché, seulement discret, comme l’était la Première dame, qui partageait la vie du Président, mais savait bien qu’elle n’avait aucune légitimité politique. Par la suite, la distance s’est atténuée avec Pompidou, puis chez les successeurs l’écart s’est creusé entre la façade impeccable et des boudoirs qui l’étaient moins.

On ne peut à la fois occuper une responsabilité de premier plan dans le monde et détenir en France un pouvoir que la Constitution a rendu particulièrement éminent sans que les obligations qui en découlent soient aussi exceptionnelles. Au premier rang figure le devoir d’offrir au monde entier une image respectable de la France et des Français que l’on représente. La présence d’une concubine aux côtés du Président créait une situation boiteuse. La tendance de l’intéressée à s’afficher et à revendiquer un droit à la parole était incongrue. La publicité faite autour d’une autre liaison fait dériver le « statut » entre le pathétique et le ridicule.

L’image du « chef de l’État » sur un scooter, casqué allant à ses rendez-vous galants, a fait s’esclaffer la terre entière. Ce n’est pas tolérable. On dira que c’est la vie privée d’un homme normal. Précisément, non. Même un président« normal », qui évite les excès de l’hyperprésidence, n’a pas le droit de se contenter d’être un homme normal. Il doit à tout moment affirmer une dignité exemplaire. Les « c’est du sérieux » ou « casse-toi pov’con » du prédécesseur ont été des entorses à cette règle. La légitimité n’est pas seulement une situation juridique, c’est un sentiment qui repose sur le respect qu’inspire son détenteur. Le locataire actuel de l’Élysée a méconnu cette seconde obligation.

Enfin, pendant le temps de sa présidence, le premier des Français appartient à ceux-ci, matériellement puisque ce sont eux qui lui fournissent les moyens d’existence privilégiés dont il jouit, et psychologiquement aussi. La disponibilité du Président n’est pas limitée aux heures de bureau. Les Français veulent que le chef de l’État soit concentré sur leurs problèmes. Lorsqu’ils apprennent qu’il en a d’autres dont l’importance peut contrarier son action, alors un doute s’installe. Un tel pouvoir exige une ascèse. C’est encore plus vrai lorsque les temps sont durs pour beaucoup de Français et que les résultats ne sont pas au rendez-vous.

Valls veut interdire les paroles qui divisent les Français. L’affichage provoquant d’une morale idéologique à deux vitesses divise bien plus fortement les Français. Qu’une ministre de la Culture se réjouisse d’une interdiction, même justifiée, alors qu’elle applaudit bruyamment à des spectacles qui sont aussi des transgressions, qu’une autre parle de l’avortement comme d’un droit fondamental sont des comportements qui manquent à la prudence, au respect de la diversité des Français. Un exécutif dirige et représente toute la nation. Manifestement, ceux qui occupent ce pouvoir actuellement ne semblent pas en avoir conscience.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Commenter cet article

LA GAULOISE 16/01/2014 15:35


RIEN A AJOUTER AU COMMENTAIRE DE MARIE CLAIRE  : TOUT Y EST DIT . ET SI CE PRESIDENT DE MAUVAISE OPERETTE SE PREND POUR LOUIS XIV  AUTANT LUI RAPPELER QU IL N EN A NI L INTELLIGENCE NI
LA PRESTANCE.

Marie-claire Muller 16/01/2014 15:14


Comment nous français,devons nous supporter que celui qui a été élu par une minorité, en l'occurence, immigrée,bafoue notre dignité et nos droits de citoyens sans réagir????Combien de temps
encore devrons nous, nous "farcir ces guignols", qui ne connaissent  ,ni leur devoir, ni même leur rôle, et mettent en danger le Pays par leur politique laxiste et gauchiste, en pondant des
lois,selon les caprices du moment!     DEHORS!!!