Présidentielle : la course aux parrainages. Faites comme nous, écrivez à vos élus...!!!

Publié le 25 Février 2012

24/02/2012

Présidentielle : la course aux parrainages.

Le Conseil Constitutionnel a dit non au changement des règles à l’élection présidentielle. Pas d’anonymat pour ceux qui n’osent pas s’engager, en particulier pour Marine Le Pen, selon la candidate.

Il y a 43 000 parrains potentiels : 36 635 maire, 4042 conseillers généraux, 1880 conseillers régionaux, 343 sénateurs, 577 députés, 73 députés européens, 2599 présidents d’intercommunalités. La date limite pour le retour des formulaires de parrainage des candidats est au 16 mars à 18 h. Il est temps d’agir !

Le Collectif 2012 Alsace, qui s’inscrit au delà du clivage des grands partis, invite chaque électeur à adresser la lettre ouverte ci-jointe à un ou plusieurs élus de leur connaissance afin de mettre ceux-ci devant leurs responsabilités.

Il faudra le faire, pour des raisons de cohérence et respect envers les élus, sans rien changer à ce courrier que chacun signera précédé de la mention « Collectif 2012 Alsace ».

D’autres amis, d’autres régions de France peuvent se l’approprier en changeant simplement le nom de leur région. Nous souhaitons partager cette initiative avec eux.

Il nous faut impérativement faire comprendre à nos élus que nous ne sommes pas d’accord pour qu’un « complot » empêche » Marine le Pen, et tout autre candidat crédible, à avoir accès à l’élection et que nous conserverons en mémoire leur attitude au cours des prochains scrutins.

Il nous faut aussi démontrer que nous sommes en capacité, en particulier grâce à nos réseaux sociaux, de rassembler pour faire connaitre nos intentions à ceux qui affirment nous représenter et que nous entendons faire respecter nos volontés.

Commençons par le leur faire savoir !

A titre d’exemple, voici le mien !

Francis NERI

Collectif 2012 Alsace

PS: Charte du collectif sur demande

§

Strasbourg le 23 février 2012 

Monsieur  Roland RIES

Maire de Strasbourg et Sénateur  

Objet : Présidentielle : la course aux parrainages 

Monsieur le maire, 

Je viens vers vous pour vous faire part de ma réprobation à l’idée que vous participeriez à un « complot » qui aurait pour objectif d’empêcher Marine le Pen de se présenter à l’élection présidentielle.

Si c’est le cas, il est de mon devoir de citoyen de vous rappeler que le mécanisme des 500 signatures n’a pas été imaginé pour permettre d’écarter un parti que l’on n’aime pas.

Je fais partie de ces 47 % d’indécis qui scrutent et décryptent les programmes des candidats dans l’idée d’y trouver des raisons d’espérer des réponses crédibles aux enjeux économiques, sociaux, culturels qui sont posés aux Français et qui remettent profondément en cause nos valeurs, nos libertés, nos identités et l’avenir de nos enfants.       

Nous autres indécis ne sommes convaincus ni par les remèdes proposés par la droite ni par ceux de la gauche, et le seul argument qui nous semble décisif c’est celui de l’injustice que nous rejetons avec force. Nous considérons qu’il ne serait pas normal que Marine Le Pen ne puisse se présenter compte tenu de son audience dans les enquêtes d’opinion.

Comme vous le savez, signer en faveur de tel ou tel n’est pas l’expression d’un choix politique, mais la condition du pluralisme.

Je vous prie donc de bien vouloir ne pas oublier la règle du scrutin présidentiel : « Pour que les voix se reportent au second tour, il faut qu’elles soient portées au premier »

Vous voudrez bien réfléchir également aux conditions d’exercices des élections suivantes qui vous concernent directement : les législatives et les municipales.

Je puis vous assurer que des misérables calculs à courte vue ne trouveraient aucune indulgence en votre encontre  et que mon bulletin de vote et ceux de mes amis iraient résolument vers un de vos opposants. 

Je vous serais donc reconnaissant de bien vouloir me confirmer que, si l’on vous le demandait, et que vous n’ayez pas signé pour un autre candidat, vous seriez disposé à parrainer la candidature de Marine Le Pen ou de tout autre candidat (e) en souffrance de parrainage.

Une prompte réponse m’obligerait et en tout état de cause avant le 16 mars date limite du dépôt des candidatures. 

Dans cette attente, je vous prie d’agréer Monsieur le Maire mes salutations respectueuses    

Francis NERI

Collectif Alsace pour 2012

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

la gauloise 25/02/2012 08:14


Si je ne savais pas depuis des années pour qui je dois voter, j'irais, immediatement, donner ma voix à celle à qui ,à cause des préssions subies ( ce qui n'est pas une excuse !) on refuse les
signatures. Allons messieurs nos maires, que diable : un peu de courage !