Prestations familiales : 1,6 milliard d'euros d'erreurs de la Sécu

Publié le 29 Juin 2012

Il serait peut-être temps de se pencher sérieusement sur les finances de la Sécurité Sociale et sans doute réformer son système en  le décentralisant par exemple au niveau des régions voire des département. C'est à longueur de temps que l'on entend que la Sécurité Sociale est l'objet de fraudes et désormais d'erreurs de versements.

Il y a pourtant un moyen simple de simplifier le travail de nos fonctionnaires de la sécurité sociale dont tout le monde se plaint. Qui n'a jamais rouspété et regretté de ne pas être "un venu d'ailleurs" un "si peu intégré" que son affaire est vite réglée pendant que vous, il vous est demandé la virgule absolument nécessaire, pour pouvoir vous rembourser.

Le moyen? Celui de les intéresser à la gestion de leur caisse. Les rendre responsables de "leurs portefeuilles", les remercier sous forme de primes ou les sanctionner s'il le faut.

Solution libérale, contraire à l'idéologie dominante certes, mais efficace pour réduire les pertes. La "carotte ou le bâton"! C'est vieux comme le monde! Personne n'a jamais rien trouvé de mieux pour "responsabiliser" un salarié de quelques niveaux qu'il soit, cadre y compris.

Gérard Brazon

****

euro7.gifLa Cour des comptes a chiffré, jeudi 28 juin, à 1,6 milliard d'euros le montant des erreurs dans les versements des prestations de la branche famille de la Sécurité sociale (allocations familiales, RSA...) et a refusé de ce fait de certifier ses comptes.

"Après deux certifications avec réserves pour les exercices 2009 et 2010, la Cour n'a pas pucertifier les comptes de la branche famille pour l'exercice 2011 en raison de l'augmentation de l'incidence financière des erreurs (principalement des trop-perçus par les allocataires) qui affectent (...) les prestations légales servies par la branche", écrit la Cour dans un communiqué.

"Selon les mesures disponibles établies par la Caisse nationale des allocations familiales à partirde contrôles portant sur des échantillons de prestations, le montant agrégé des erreurs de portée financière est estimé à 1,6 milliard en 2011, contre 1,2 milliard en 2010", poursuit le texte.


 "INADAPTATION DU DISPOSITIF DE CONTRÔLE INTERNE"


La Cour juge que le montant 2010 était "déjà très élevé""L'augmentation du montant des erreurs (...) met en lumière l'inadaptation du dispositif de contrôle interne de la branche", en raison d'"insuffisances de conception et de pilotage par la CNAF", poursuit la Cour des comptes.

Celle-ci pointe en outre "erreurs""omissions" et "imprécisions" dans les comptes et fait donc état de son "refus de certification".

Par ailleurs, la Cour a refusé de certifier les comptes de la branche accident du travail-maladie professionnelle, mais a certifié "avec réserves" ceux des branches vieillesse, maladie et recouvrement (l'Acoss, banque de la Sécu).

Source

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article