Prières autorisées - Soupe de cochons interdites!

Publié le 19 Novembre 2010

        Les politiques laissent les rues occupées tous les vendredi s'alarment de la distribution de soupe aux miséreux. Voici un texte de Post-fr déclamant la honte de cette distribution et puant la bien pensance et le conformisme. Alors donc pendant que des hommes interdisent l'accès des lieux publiques, c'est la soupe de cochon qui choque. Cherchez l'erreur.

          Comme le ridicule ne tue plus depuis longtemps, vous pourrez lire dans le texte suivant la version de la Préfecture et l'idée qu'elle se fait de la voie publique:

 

Que disent les textes juridiques ?
          Sur Le Post, un représentant de la préfecture de police de Paris explique être "en train d'examiner de très près cette distribution".
         En plus de l'arrêté préfectoral de 2006 et de la décision du Conseil d'Etat en 2007, il invoque un autre arrêté pris en 2008 à Paris : "Il interdit cette distribution, dans la mesure où la voie publique est utilisée pour véhiculer d'autres choses qu'une mission caritative", précise la préfecture de police.  (Alors que de boucler une rue pour faire des prières véhicule parfaitement bien les idées religieuses au moins) Elle ajoute : "La distribution de nourriture contenant du porc n'est pas, en soi, attentatoire. En revanche, le faire sur la voie publique l'est". Il faut saisir la nuance.
Pour la préfecture, nous sommes "un peu dans le même cas de figure que l'apéro saucisson-pinard"(Mouvement organisé par Résistance Républicaine interdit par la Préfecture). "Il y a un risque de troubles à l'ordre public"(Ce grand sac ou l'on met dedans tout ce qui gène à l'avance pour faire plaisir à l'autre). Le rassemblement est donc interdit, "sur la base de paramètres factuels, comme le risque de contre-manifestation, les décisons juridiques déjà prises, etc", détaille la préfecture.
              L'association Solidarité des Français réfute cette argumentation. Pour Odile Bonnivard, il y a "un grand vide juridique". Elle s'insurge : "Aucune loi en France n'interdit la distribution de repas à base de porc et nous n'avons jamais causé de troubles à l'ordre public. Nous n'avons jamais eu aucun problème, avec personne.  

 

            Oui mais, une distribution venant de musulmans sans porc qui provoquerait le courroux des demandeurs amateurs de cochonaille on dirait qu'ils peuvent s'en passer après tout! Un homme qui a faim ne regarde pas le contenu de son assiette en principe! On voit toute l'astuce pour nuire à une association qui vise aussi à faire travailler des producteurs de porcs.

de Post-fr

Depuis quand la "soupe au cochon" est-elle de retour ?
Selon la porte-parole de Solidarité des Français, Odile Bonnivard, la distribution de soupe ne s'est jamais arrêtée. Cette association a des idées proches de celles du Bloc identitaire, "sauf que nous ne faisons que du caritatif, pas de politique" précise Odile Bonnivard, jointe lundi par Le Post. Ancienne militante du Mouvement national républicain (MNR, fondé par Bruno Mégret à la suite d'une scission du FN en 1998), elle explique avoir distribué les premières "soupes au cochon" en 2003, sous l'étiquette Bloc identitaire, avant de monter sa propre association avec son mari.

"Depuis 2003 ou 2004, on n'a jamais arrêté nos distributions de nourriture. A l'époque où on nous faisait des misères (en 2006, au moment de l'arrêté préfectoral, ndlr) nous avons loué une salle pour le faire dans un endroit privé. Mais ça n'a duré que quelques semaines. Après nous sommes retournés dehors, devant la gare Montparnasse, et personne ne nous a rien dit", assure-t-elle.

Sur le site Internet de l'association, on peut lire des compte-rendus des soupes populaires, qui sont d'ailleurs rarement des soupes mais toujours des repas à base de porc. Le plus ancien remonte au 27 février 2007.

Contactée par Le Post, la mairie de Paris explique "avoir appris l'existence de cette distribution de nourriture lundi, dans Le Parisien"
.


"Même la SNCF n'était pas au courant, alors que le rassemblement a lieu, d'après ce qu'écrit Le Parisien, devant la gare Montparnasse", s'étonne un représentant de la ville de Paris. "Les travailleurs sociaux de ce quartier ne connaissent pas non plus cette distribution. Si c'est une initiative très locale, qui n'a lieu qu'une fois par mois, elle peut malheureusement passer inaperçue", poursuit-il.

La mairie de Paris indique avoir "écrit au préfet de police pour faire interdire, si ce n'est pas déjà fait, cette distribution".

On vit dans un beau pays non? Terre des droits de l'homme ou quand même distribuer une soupe de cochon déclenche ce tollé indécent.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Chantal MACAIRE 20/11/2010 11:14



La France ou le royaume d'Ubu !!!


S'en prendre à une association caritative, qui a le front de vouloir empêcher de pauvres bougres de crever de faim, il fallait l'oser tout de même ! Je ne sais pas jusqu'où on peut continuer de
tomber toujours plus bas dans la soumission à l'islam ! 


Qu'en sera-t-il si des musulmans lancent une soupe populaire à la viande "halal" ? Aucun problème, bien sûr... On trouvera normal que chaque miséreux non musulman bouffe la viande d'un animal
rituellement  égorgé au nom d'Allah !


Qu'en sera-t-il si des musulmans lancent une soupe populaire uniquement réservée à leurs coréligionnaires ? Aucun problème, non plus !  Vous verrez : pas l'ombre d'un soupçon de
stigmatisation anti-blanc ! SOS-Racisme, le Mrap, la Halde applaudiront à deux mains...


Ce que je trouve inouï, c'est qu'on condamne la présence de porc chez l'association S.D.F. -présence qui discrimine, qui exclut....-  et que les mêmes ne voient pas le problème posé par les
Quick halal, qui pourtant discriminent, excluent la majorité des habitants de ce pays, à savoir les non-musulmans !


Le royaume d'Ubu, je vous dis !


Qui pourra en France ramener Dame Raison ?