Printemps arabes? Moshé Yaalon au CAPE devant la presse française et francophone d’Israël - Par Richard Darmon

Publié le 28 Juin 2011

Le ministre des Affaires stratégiques et Premier ministre suppléant, Moshé (Bouguy) Yaalon, ancien chef d’état-major de Tsahal, fut le 20 juin dernier l’invité du premier forum destiné à la presse française et francophone en Israël. Une conférence organisée par le CAPE-JCPA - à son siège de Jérusalem - en présence d’une trentaine de journalistes de nombreux médias venus entendre et questionner le ministre sur la stratégie de l’Etat hébreu face aux bouleversements en cours dans les pays arabes, notamment en perspective de septembre prochain et d’une proclamation unilatérale d’un Etat palestinien reconnu par l’ONU. 

Voici un résumé des principaux points abordés par Moshé Yaalon.

 

Les révoltes dans le monde arabe

 

- Les aspects politiques, sociétaires, religieux et économiques des soulèvements intervenus depuis six mois au Maghreb et au Proche-Orient sont évidemment suivis de très près en Israël, où le gouvernement fait un double constat : d’une part, ces explosions attestent d’une volonté populaire et des aspirations réelles des peuples concernés à plus de liberté et au respect des droits de l’homme pour en finir avec ces régimes dictatoriaux et despotiques ; d’autre part, le caractère assez flou de ces soulèvements et de leurs revendications, tout comme l’absence de traditions et d’élites démocratiques dans les pays concernés risquent de générer une situation d’instabilité et de confusion qui pourrait  durer longtemps…

 

- Ce processus de déstabilisation pourrait être récupéré par les forces islamistes (les Frères musulmans en Egypte, Syrie et Jordanie) et du Djihad global (Al-Qaïda à Gaza, en Jordanie, au Liban, en Lybie, en Tunisie  et au Yémen), en même temps que par l’Iran des mollahs chiites partout impliqué dans les conflits régionaux : en Afghanistan, au Pakistan, au Liban, en Syrie, à Gaza, au Bahreïn, au sud de l’Arabie Saoudite  et dans la région du Golfe persique.

 

Une autre « grille de lecture » des enjeux du conflit israélo-palestinien 

 

1/ Le fait souvent ignoré qu’avant l’irruption des révoltes dans le monde arabe, le Proche-Orient n’a jamais été une région stable, car il existe non pas un seul conflit, mais bien des  conflits proche-orientaux : l’opposition Chiites-Sunnites ;  la volonté hégémonique de l’Iran notamment face à l’Arabie Saoudite ; l’aspiration des minorités kurdes du Liban, de Syrie, d’Irak, de Turquie et d’Iran à créer leur propre Etat ; l’oppression accrue des minorités chrétiennes dans les pays arabes ; l’entrée en jeu de la Turquie qui veut aussi devenir une puissance régionale - des développements sans nul rapport avec Israël et le conflit avec les Palestiniens !

2/ L’illusion selon laquelle le conflit israélo-palestinien ne serait qu’un conflit territorial susceptible d’être finalement un jour résolu par un simple « compromis territorial »… Alors qu’il s’agit d’un conflit identitaire opposant deux cultures historico-politiques différentes. Pour preuve  le fait que toutes les factions palestiniennes s’entêtent à nier à Israël tout droit d’exister en tant qu’Etat-nation du peuple juif dans cette région ! Et ce, parce qu’elles estiment que les Juifs ne constituent au mieux qu’une religion, mais ni un peuple ni une nation ayant de quelconques droits sur cette terre !

 

Comment sortir de l’impasse avec les Palestiniens ?

 

Israël est prêt à reprendre immédiatement des négociations avec l’AP – mais pas avec le Hamas qui nie à Israël tout droit à l’existence, même dans ses frontières de 1949.  Les Israéliens auront trois questions à poser à leurs interlocuteurs palestiniens :

1/ L’AP est-elle prête à reconnaître Israël en tant qu’Etat-nation du peuple juif ?

2/ Le futur accord marquera-t-il la fin définitive du conflit : pas seulement sur les revendications actuelles « tactiques »  de l’AP, mais aussi sur l’ensemble de ses prétentions « historiques », comme leurs pseudos-droits  sur toutes les terres et villes israéliennes à l’ouest de la ligne verte ?!

3/ L’AP est-elle prête à tenir compte des impératifs sécuritaires d’Israël - d’autant plus incontournables dans le Proche-Orient incertain actuel – comme une démilitarisation de l’Etat palestinien et le maintien d’une présence militaire israélienne dans la Vallée du Jourdain !?   

 

- En septembre à l’ONU,  il est peu probable que les Palestiniens demandent au Conseil de Sécurité (CDS) de reconnaître la proclamation unilatérale d’indépendance de leur Etat parce qu’ils s’y heurteront à un véto américain.  S’ils s’adressent à l’Assemblée générale, ce ne sera qu’une réédition d’un fait intervenu en novembre 1988 à Alger à l’initiative d’Arafat  quand l’ONU a déjà « reconnu »  l’Etat palestinien autoproclamé : une décision à caractère délibératif sans suite concrète…

 

Le rôle grandissant de l’Iran dans les conflits régionaux

 

Depuis trente ans, la République islamiste d’Iran soutient les mouvements islamistes chiites et sunnites de la région luttant contre ce que Téhéran appelle le « petit Satan » (Israël) et le « grand Satan » (les USA). Or nul conflit territorial n’oppose l’Etat hébreu à l’Iran, ce qui n’empêche pas les dirigeants iraniens de répéter vouloir « rayer Israël de la carte du Proche-Orient » !

 

- Parce que l’Iran chiite souhaite devenir une puissance hégémonique régionale puis mondiale, ses dirigeants agissent à deux niveaux :

*1/ Ils tirent les ficelles - en les finançant et en les entraînant - d’entités et de groupes terroristes comme le Hezbollah (maître politico-militaire du Liban), le Hamas de Gaza, les réseaux Al-Qaïda, et aussi les kamikazes du Djihad global.    

* 2/ Pour appuyer leur stratégie hégémonique, ils se sont dotés d’un large arsenal d’armes chimiques et biologiques, ainsi que d’une lourde panoplie de missiles balistiques capables d’atteindre toute la région… Et ce, en poursuivant leur course à la maîtrise de l’arme suprême : la bombe nucléaire, qui est devenue à la fois le but et le moyen ultime du régime de Téhéran.

 

- Face à ce danger menaçant la planète toute entière, Israël développe une politique fondée sur quatre axes : l’élargissement de l’isolement international du régime iranien ; l’aggravation des sanctions économiques ; le soutien aux mouvements de l’opposition iranienne ; la préparation d’une option militaire crédible et réalisable d’Israël et des pays occidentaux contre les installations nucléaires iraniennes.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

Claude Germain V 30/06/2011 08:55



Moshé bonjour .Je viens de regarder les nouvelles ce matin ,et oh !! grand étonnement ;ce que j'avais prévu sur mon message d'hier et qui te concerne se confirme .


Votre "pseudo ami" Obama met en pratique mon avertissement à votre encontre.


Au fait ...tu pourras transmettre aux amis de la communauté juive de France d'être un petit peu moins condescendant et hautains envers les goys, surtout être plus amicals et leur faire
plus confiance en grande majorité .Car peut être que dans le futur "ils" y trouveront très surement des alliés honnêtes.


Bonne journée


International


Egypte: Washington renoue le contact avec les Frères musulmans


10:15 30/06/2011


MOSCOU, 30 juin - RIA Novosti



Sur le même sujet



Egypte: le parti des Frères musulmans légalisé


Les Frères musulmans nient avoir financé les terroristes tchétchènes


Egypte: les Frères musulmans prêts à négocier avec les autorités


Egypte: les Frères musulmans pas intéressés par la présidence
(médias)




Les autorités américaines ont décidé de renouer des contacts directs avec le groupe islamiste égyptien des Frères musulmans, ont annoncé des médias occidentaux, se référant à une source haut
placée ayant requis l'anonymat.


"La situation politique en Egypte a changé et ces modifications se poursuivent. Interagir avec touts les partis qui briguent des mandats législatifs ou présidentiel répond à nos intérêts", a
indiqué la source citée par l'agence Reuters.


Le régime du président Moubarak est tombé le 11 février suite aux manifestations lancées le 25 décembre 2010 pour
protester contre la dégradation de la situation économique et sociale dans le pays.


Début juin, la commission des affaires des partis politiques d'Egypte a légalisé le Parti de la liberté et de la justice, formé par les Frères musulmans, interdits sous le régime de Hosni
Moubarak. Ces derniers peuvent désormais exercer officiellement une activité politique.


Le parti se présentera aux élections législatives prévues en septembre prochain et compte obtenir 45-50% des sièges au Parlement.



Claude Germain V 29/06/2011 21:34



Moshé tu te fous du monde ,tu sais parfaitement qui a déclenché ces grands bordels dans tout le moyen orient ,ce n'est
pas parce que tonton USA est de ton coté ( attention quand même à Obama ) qu'il faut jouer les innocents qui ne savent rien .Du jour au lendemain des peuples passifs qui aboyaient à peine ce
mettent à descendre dans la rue et à tout casser .....allons Moshé ne fais pas l'innocent ,Moshé Dayan (j'espère qu'il est prés de Dieu ) malgré son seul œil était plus réaliste et visionnaire
que toi ,car j'espère Moshé que tu t'es rendu compte que derrière toutes ces pseudos révolution populaires ,ce sont les intégristes et frères musulmans qui attendent patiemment leur tours pour
prendre le pouvoir .Car le seul qui aurait pu permettre cela c'est bien notre ami Obama qui en ce qui nous concerne n' a qu'une idée en tête c'est nous fourguer la Turquie intégriste par tous les
pores de la peau avec la complicité de l'UMPS .


Donc Moshé ,je vais te donner un conseil , pour l'avenir surveille bien ,même très bien tes frontières et tes arriéres
..


Toutes mes amitiés ,salutations respectueuses