"Printemps arabes", Révolutions, politiques et journalistes prennent les français pour des imbéciles!

Publié le 5 Mars 2012

Cet article nous confirment que la France mène une guerre secrète contre la Syrie au profit des frères musulmans et des salafistes (le groupe le plus attardé de musulmans en lutte contre la modernité. En France nous avions Forsane Alizza interdit depuis peu). Il est à noter qu'aucun média ne trouve naturel d'informer le citoyen français qui, in fine paiera cette guerre secrète. Nous ne savons même pas pourquoi nous menons ces guerres comme celle contre la Libye où nous avons servi de mercenaires pour le Qatar! A moins que la réponse soit dans la question! 

Gérard Brazon

*****

Le Réseau Voltaire a appris de source sure qu’un agent français a été fait prisonnier par l’Armée nationale syrienne, lundi 27 février 2012, à Azouz (district d’Idlib, à proximité de la frontière turque).

Cette arrestation porte à 19 (dix-neuf) le nombre de prisonniers français détenus par Damas.

Des négociations pour leur restitution sont en cours via la Fédération de Russie, les Emirats arabes unis et le Sultanat d’Oman.

Durant cette période, les Émirats arabes unis ont pris leur distance avec la position commune du Conseil de Coopération du Golfe, et ont décidé d’adopter une attitude de stricte neutralité. Ils ont donc interdit toute manifestation pro ou anti-syrienne sur leur territoire.

 

 

L’ambassadeur de France à Beyrouth, Denis Pietton, a officiellement visité la semaine dernière la région de Baalbeck, à l’Est du Liban. En réalité, il a voyagé avec une équipe sécuritaire française dans le Nord de la Békaa, région frontalière limitrophe de la province syrienne de Homs.

 

Côté syrien de la frontière, des officiers et des experts des services de renseignement militaires français, certains sous couvert du statut de journaliste, encadrent les combattants de l’Armée « syrienne » libre. Tous se sont infiltrés illégalement en Syrie.

 

L’ambassadeur Denis Pietton et ses hôtes ont récupéré à un point de passage illégal des agents des services de renseignement français fuyant l’Émirat islamique de Baba Amr où ils dispensaient leur savoir-faire en matière de combat urbain.

En vertu de la Convention de Vienne, les voitures diplomatiques ne peuvent être perquisitionnées. Le convoi a donc pu ramener les agents français à l’ambassade sans que la police libanaise puisse intervenir.

Avec toute l’arrogance de l’ancienne puissance mandataire, l’ambassadeur de France s’était, une fois de plus, publiquement ingéré dans les affaires libanaises en déclarant le 23 février dernier à nos confrères du Daily Star : « Le Liban devrait rester à l’écart des troubles en Syrie »

source

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

isabelle 05/03/2012 22:13


Je croyais que la France n'avait plus un rond ...