Procès de Villiers le bel: Peut-on tout justifier même l'injustifiable.

Publié le 30 Juillet 2010

           Il y a de tout sur Internet du bon comme du mauvais. Une lectrice m'oriente sur le site Basta qui est un modèle dont je croyais mort depuis longtemps. les accusés de Villiers le bel ne sont plus des assassins en puissance, des tueurs de flics mais des camarades dans la lutte victime de l'ostracisme de la société, de l'injustice qui régne dans ce pays ou il ne fait pas bon d'être "noir et mususlman". Bref, ce journal en ligne nous ressort les bonnes vieilles sucettes et ficelles des camarades victimes de la bourgeoisie sans doute, de l'impérialisme peut-être mais à coup sûr du racisme des blancs. Car au fond, ce n'est pas de leur fauite si les flics visés étaient blanc. Il est vrai qu'ils auraient pu être noir aussi et même musulmans. mais là, evidemment cela devient compliqué sauf à se demander si finalement les flics touchés étaient visés et non tirés au hasard.

Comme je vous le disais, il y a du bon et du mauvais dans internet mais j'espère qu'ayant été vacciné par des années et des années de cette doxa, les lecteurs de ce journal en ligne se sauveront rapidement.

Pour vous faire une idée, je vous laisse à la lecture ce charmant discours ou les graines d'assassins ne sont en fait que des victimes. Ah les pauvres,  je vais verser une larme.

Gérard Brazon

 

Des accusés issus des classes populaires (Rien que le titre est amusant)

 

             Les accusés sont invités à se présenter. Tous sont fils d’immigrés africains et issus de milieux très populaires.(Haut les coeurs camarades) Les frères Kamara – qui vont être les plus « chargés » – sont décrits comme des « leaders » dans la cité.

Adama Kamara a suivi le parcours typique du jeune soucieux d’« intégration » (sans rire): après avoir commis quelques bêtises de jeunesse,(sans rire non plus)  il est désormais père au foyer,(amusant comme définition) a tenté de monter une entreprise de sécurité et s’est un temps lancé en politique aux côtés du PS puis de l’UMP.(Ce qui démontre ses convictions politiques) Il est l’un des organisateurs des marches silencieuses qui ont suivi l’accident de novembre 2007. Ali Soumaré (élu PS au Conseil régional) a témoigné en sa faveur, (on le connaît ce monsieur. Il y a eu prescription depuis) de même que Jean-Marc Lafaye, un policier qui a créé la police de proximité sur Villiers-le-Bel et monté un club de foot avec l’aide d’Adama et d’autres jeunes. Le policier assure ne pas croire en la culpabilité d’Adama.(Il devrait poser la question à ses collègues)

Maka Kanté arrive au tribunal en chemise blanche. Avant son incarcération, il avait entamé une prometteuse carrière footballistique.(ben alors... l'Afrique du sud l'a échappé belle)  Il s’exprime dès le premier jour d’une voix claire sur les raisons de sa présence dans le box : « Je suis Noir, je suis musulman et sans diplôme. Cela ne fait pas de moi un tueur ni un chef de gang ». (Tout est dit! le discours habituel, classique qui justifie l'injustifiable) Ce jeune homme, très fier,(Si c'est ça l'idée de la fierté par Basta, c'est triste)  n’hésite pas à citer Nelson Mandela au moment de demander son acquittement : « Toute personne qui condamne un être humain fait preuve d’une certaine étroitesse d’esprit. »(Sauf, aurait-il du ajouter, si c'est moi qui tient le fusil)  Incarcéré pendant deux ans et demi, dont onze mois en isolement, sans raison,(ben voyons)  il en a profité pour lire, beaucoup. (Ah si il avait pu lire plutôt) La prison s’est soldée par une improbable rencontre : celle de Benjamin Rosoux, l’un des inculpés de Tarnac, avec qui Maka a cosigné une tribune dans Le Monde le 23 novembre 2009. (Brave journal le Monde) « Il s’agira de faire un exemple pour toute la jeunesse révoltée de ce pays : "N’espérez même pas pouvoir vous défendre ! Nous jouissons de l’impunité totale, vous risquez des peines énormes. Vous êtes pieds et poings liés", semblent hurler tous les pouvoirs réunis en une seule et même chorale infernale », écrit-il alors. Prémonitoire. (Oh le bon vieux relent de la lutte finale. Sauf que c'est des policiers qui sont les victimes et certains parmi eux resteront blessés à jamais. Quel importance au fond messieurs les auteurs)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article