Islam: Projet d'un groupe scolaire (Maternelle-Lycée) à Chelles.

Publié le 28 Février 2011

            Pour ceux qui connaissent la Taquiya, ils comprendront à demi mot le sens réel de cette information.

           La volonté de faire un groupe scolaire de la maternel au Lycée n'est pas pour les avertis une mince affaire. Certes, il existe des scolarités catholiques, juives et autres mais, ces écoles se sont enracinées depuis des années. Personne ne remettrai en cause aujourd'hui leur enseignement.

           Il se trouve que l'islam n'a pas éclairci ses positions par rapport à nos lois comme par exemple l'apostasie, l'égalité des femmes, la mixité, les crimes d'honneur, la peine de mort, etc. Jusqu'à ce jour, le CFCM n'a pas communiqué là-dessus. Il n'a toujours pas condamné les assassinats commis contre les chrétiens dans le monde. De même, certains passages de ses textes sacrés sont contraires aux droits de l'homme.

           Alors, sur quelles valeurs cet ensemble scolaire va-t-il se baser pour son enseignement.

            - Sur les valeurs de l'islam et la mort des infidèles ?

            - Le refus de l'égalité des sexes ?

          Car contrairement à la religion juive qui a renoncé à ces textes de lois sous Napoléon 1er ou les Chrétiens depuis la révolution, l'islam n'a pas renoncé à la Charia et à son application. Est-cela ces valeurs de l'islam qui doivent être enseignées dans cet ensemble scolaire ?

Gérard Brazon

 

Samedi, 26 Février 2011 Par Médias France-Libre

 

Le « Groupe scolaire privé de Chelles » est l’un des objectifs majeurs de la communauté musulmane de Seine et Marne. Il vise la création d’une structure académique qui couvre l’intégralité du parcours scolaire de nos enfants : maternelle, primaire, collège et lycée. Le programme pédagogique que nous proposons est celui de l’Education Nationale avec en prime la découverte des valeurs musulmanes tout en respectant les libertés de croyance et de pratique de tous.


           La création de ce groupe est le résultat logique de nombreuses années d’efforts et de réflexion sur la problématique de l’éducation et de la transmission de l’Islam à nos enfants. . Malheureusement l’école publique ne répond pas à cette préoccupation, c’est pourquoi nous sommes déterminés à créer une structure parallèle qui concilie les valeurs républicaines et la spiritualité musulmane. Aujourd’hui, nous réunissons nos efforts pour donner naissance à ce projet et nous tendons la main à tous ceux qui veulent créer un espace de vie donnant lieu à l’épanouissement et à la formation d’une jeunesse responsable, ouverte d’esprit et solidaire.

Notre projet pédagogique répond à deux exigences :

* Au souci de valoriser et d'encourager l’identité culturelle et cultuelle des enfants
* Et au devoir de leur apporter les moyens de s’ouvrir sur le monde.

         Les projets proposés aux enfants s’inscriront dans le cadre des Instructions Officielles de l'Etat. L’accent sera porté sur la maîtrise de la langue française et de celle de l'arabe qui est un aspect important du programme scolaire.

                L’harmonie du programme apporte à nos élèves un cadre éducatif solide et leur enseigne tolérance, respect et solidarité. Ces valeurs leur permettront de vivre en accord avec eux-mêmes et les autres. 

            Pour info sur le comportemental de certains. Espérons que ce n'est pas sur ces valeurs de les valeurs de cet Imam que le groupe scolaire se fera.

77: imam coupable de mariages illégaux du  Figaro.fr

             Un imam d'une mosquée de Chelles (Seine-et-Marne) a été condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Meaux pour avoir célébré des mariages illégaux et avoir perçu indûment des allocations chômage, a-t-on appris samedi de source judiciaire. L'imam a été "condamné pour avoir célébré plusieurs mariages religieux avant le mariage civil et pour escroquerie à l'assurance-chômage", a déclaré à l'AFP le procureur adjoint du parquet de Meaux, André Ribes, confirmant une information du Parisien.

         Pour ces délits, il a écopé de "six mois de prison avec sursis et d'une amende de 1.500 euros" et devra verser "11.000 euros d'indemnités à l'assurance chômage", a-t-il précisé, soulignant qu'il aurait célébré "plusieurs mariages" courant 2006 et 2007. A l'audience en décembre, "il a plaidé le fait que le mariage religieux musulman n'existe pas et qu'il ne faisait que bénir les fidèles". En ce qui concerne l'escroquerie, il a prétendu ignorer qu'il était interdit de cumuler un salaire ou des dons de la part des croyants musulmans avec les allocations de chômage, a poursuivi le magistrat. Plusieurs couples auraient été mariés par l'imam sous cette forme en présence de témoins, rapporte Le Parisien.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article