Puisse 2012 être une année de pacification des religions. Par Pierre Régnier

Publié le 31 Décembre 2011

A la suite de mes commentaires à son article du 24 décembre sur l'actuelle barbarie islamique, Gérard Brazon me propose "d'écrire un article sur ce blog pour développer ma pensée".

C'est pour moi une illustration des deux principales qualités que je vois dans le blog de Gérard : ferme condamnation de l'intolérable ET débat pacifique et ouvert avec ceux qui le souhaitent.

Militant publiquement depuis maintenant presque 20 ans pour "la désacralisation de la violence religieuse" je saisis évidemment cette occasion pour exprimer une fois de plus ma propre DOUBLE conviction :

- la barbarie islamique pratiquée encore au vingt-et-unième siècle (et dont Gérard a reproduit l'une des nombreuses illustrations) est UNE SIMPLE APPLICATION des consignes données par le prophète Mohamed et par les rédacteurs du Coran

- ces consignes sont le résultat d'une conception de Dieu ANTERIEURE à l'islam. 

Je ne vais pas développer longuement mais seulement résumer le principal article auquel je renvoie constamment et dans lequel, je crois, je fais à peu près le tour de la question :

http://www.centpapiers.com/benoit-xvi-premier-responsable-de-la-violence-religieuse-1/38279

Ce texte, publié sur Centpapiers en une seule fois l'a été aussi, en deux fois, sur Agoravox. Mais de mauvaises manipulations m'ont fait supprimer les introductions, que j'ai republiées plus tard… Bref c'est sur Centpapiers que la lecture est la plus aisée. Mais c'est long et je résume ici.

TOUTES les religions se réclamant de la filiation spirituelle d'Abraham enseignent encore aujourd'hui que Dieu a commandé des meurtres individuels et des massacres de populations entières, dont UN trés explicite génocide au moins, celui des cananéens par les hébreux de l'Ancien Testament.

Le judaïsme, le christianisme et le "bahaïsme" (ou, comme préfèrent le nommer ses adeptes, la Foi bahaïe) enseignent que Dieu ne commande plus de tels crimes mais, hormis la Foi bahaïe qui ne semble pas caractériser de cette façon les prétendues volontés criminelles de Dieu, ces religions enseignent clairement que, en leur temps - c'est-à-dire à l'époque de l'Ancien Testament - les meurtres et autres violences prétendument voulues par Dieu L'ETAIENT AVEC RAISON, il s'agissait DE JUSTES ET BONNES VIOLENCES, ordonnées par Dieu POUR LE BIEN de l'humanité.

L'islam, qui leur attribue la même valeur et donc la même justification, enseigne EN PLUS qu'elles sont toujours valables ET QU'ELLES LE RESTERONT jusqu'à ce que la totalité du monde soit soumise à son Dieu Allah. C'est évidemment ce qui fait que l'islam est maintenant la plus manifestement dangereuse des religions.

Et c'est ce qui fait de la résistance à l'islamisation un devoir des citoyens dans les pays ayant accédé à la démocratie et à la laïcité, ayant adhéré aux droits humains, à l'égalité des femmes et des hommes, à la liberté de conscience et d'expression, au droit de changer de religion ou de ne pas en avoir…

C'est ce qui rend particulièrement grave la décision des gouvernants, en pays démocratiques, "pour permettre à l'islam de bénéficier des mêmes acquis que le judaïsme et le christianisme", de NE PAS APPLIQUER leurs lois sur la laïcité, lesquelles suffiraient normalement à empêcher le développement de l'islam et, avec le temps, à en assurer soit une progressive disparition, soit une radicale réforme pacifiante qui ferait disparaître sa dangerosité.

C'est ce qui rend aussi particulièrement révoltante, pour moi, la décision de "la Gauche", ma famille politique de toujours (et si toutefois les classifications traditionnelles en la matière ont toujours un sens) de se faire complice du viol des lois laïques et de l'aide à l'islamisation.

Mais pourquoi le prophète Mahomet et ses adeptes ont-ils pu, il y a treize siècles, REVIVIFIER et RE-SACRALISER la prétendue violence de Dieu en un lieu et un contexte différents de ceux où se pratiquait la violence vétérotestamentaire ?

La réponse est pour moi très claire : c'est parce que les Pères de l'église chrétienne, dans les siècles immédiatement précédents, n'ont pas seulement fondé (ou consolidé en la dogmatisant) la nouvelle religion SUR LA RADICALE REFORME DE JESUS mais aussi, EN LE TRAHISSANT, sur la croyance renouvelée en la prétendue "bonne et juste violence ANCIENNE de Dieu".

Le christianisme est alors devenu la croyance dans les commandements de Dieu selon Jésus (Si vous êtes de bonne volonté, faites la paix sur la terre et aimez-vous les uns les autres, indépendamment de votre origine et de votre position sociale…) ET la croyance maintenue dans une possible volonté de violence de Dieu qui ne dépendrait QUE DU CONTEXTE.

L'islam n'a fait - mais c'est épouvantable pour l'histoire future de l'humanité – que décider que le contexte où cette religion se créait, nécessitait de relancer et resacraliser la prétendue bonne violence de Dieu.

Ce qui me fait titrer mon article de Centpapiers "Benoît XVI, premier responsable de la violence religieuse" c'est qu'il a lui-même réanimé, RE-JUSTIFIE et RE-SACRALISE cette conception violente de Dieu, laquelle, depuis Vatican II, commençait à tomber en désuétude même si elle n'était pas explicitement rejetée.

Le devoir du pape, du Magistère et de toute la hiérarchie de l'Eglise était et reste précisément de rejeter très clairement et très publiquement la conception violente, indirectement CRIMINOGENE de Dieu. Ne pas le faire c'est se rendre complice de la conception toujours DIRECTEMENT criminogène de l'islam.

Je souhaite vivement que ce problème soit enfin sérieusement reconnu et traité comme tel en 2012, ce qui permettrait d'en faire une année de BASCULEMENT des religions monothéistes vers leur définitive pacification.

Je ne crois pas du tout à une possible pacification du monde où vivront nos enfants, petits-enfants et suivants, sans cette préalable pacification religieuse.

Pierre Régnier

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

DUBONTON 31/12/2011 13:19


Trés belle analyse, avec références anciennes écrites et transcrites, sur la criminologité de la violence de Dieu. Une vie (humaine puis animale) doit constamment racheter les péchés du Monde.
L'Homme et lui seul à l'image de Dieu doit racheter INCESSAMENT, son impureté originelle. L'islam seule politico-religion ou toutes les voies son pénétrables ne peut et ne pourra jamais se mettre
à la hauteur du Génie du Christianisme. Piéta et amour de l'autre l'islam connaît pas. Seul le dogme de l'amour de Dieu (???) mèneraient ses adeptes au seul bonheur possible sur les corps des
partisans d'une autre Dieu. L'islam ne se réformera pas et la seule issue est de le combattre.

Gérard Brazon 31/12/2011 15:05



Je partage! Mercie à Pierre et à vous pour cette éclairage d' un Dieu que l'on passe souvent sous silence.



Vanpyperzele 31/12/2011 12:47


@ Pierre Régnier,


Entierement d'accord avec vous,je suis d'ailleurs quelques peu de votre avis au sujet des musulmans qui veulent s'émanciper de l'obscurantisme;Il y en a beaucoup,mais certainement moins que l'on
puisse penser.Il faut se mettre en tete,que dans toutes les communautés qu'elles soit humaine ou animale,il suffit d'un boute en train pour motiver le groupe ou la meute.D'ou je crois que la
prudence est plus que jamais de rigueur,et d'autant plus qu'ils ont tout un éventail d'haddits pour parer a toutes especes de rebellions de la part des menbres de cette communauté.

Pierre Régnier 31/12/2011 12:26


@ Vanpyperzele


En ce domaine il ne faut pas rêver. Surtout vis à vis de l'islam.


Il faut lutter fermement contre l'islamisation là où c'est encore possible.


Personnellement je n'oublie jamais de le faire EN PENSANT A CEUX DES MUSULMANS qui aimeraient bien trouver un moyen de sortir de leur soumission à la barbarie islamique. Et je suis convaincu
qu'ils sont nombreux.


Et ceux qui me dégoûtent le plus, dans une démocratie comme la nôtre, ce sont les politiciens, les journalistes, les sociologues et autres intellectuels divers QUI LES CONDAMNENT à y rester.

Vanpyperzele 31/12/2011 11:44


On peut toujours rever,surtout vis a vis de l'islam.