PUSSY RIOT : la Russie et la laïcité piégées par les pornocrates.

Publié le 20 Août 2012

Blog elisseievna

blog féministe anti-totalitaire

 La Russie vient de tomber dans un piège grossier en condamnant trois jeunes femmes, liées à un groupe porno,  à de la prison pour un acte de « blasphème ».  Un  piège très dangereux pour elle et pour nous, un piège dont la pornographie et le sexisme « occidental » ont été les principaux outils.   Sauf autre décision en appel, pendant deux ans, ou jusqu’à leur probable libération par grâce, la Russie sera présentée comme une dictature abominable où l’OTAN devrait intervenir au plus vite, et les militants musulmans pourront clamer que tout acte de blasphème mérite la Déportation.

DES FEMINISTES BIEN SEXISTES
Comme le groupe « Femen », les « Pussy Riot » sont un groupe de femmes russes ayant choisi un nom non pas russe mais « international » et un mode de communication pornographique : « Pussy » en argot anglais signifie « minou », « chatte », vulve, vagin, et « riot » signifie « émeute », soit  « émeute de minou », accompagnée de «  Femen » toutes au physique de mannequin,  et constamment les seins en l’air, qui ont les moyens de voyager en Europe pour manifester ... 

Pour soit-disant soutenir les trois jeunes femmes de Pussy Riot, le matin du jour où devait être rendu le verdict, le groupe Femen a jugé bon d’abattre un monument à la mémoire  des victimes du NKVD de 1930 à 1950, la Croix du Souvenir à Kiev, autrement dit, de s’attaquer à deux éléments des plus « sacrés » en Russie d’aujourd’hui : la mémoire des victimes du stalinisme, dont les croyants, et la croix(ICI) (On peut facilement imaginer qu'elles ne s'attaqueraient pas à Mahomet qui lui n'avait aucun respect pour la femme libre et égale en droit! C'est à cela que l'on peut juger in fine de l'état d'une nation: l'attaque de ses fondations par ses citoyens. Ndlr Gérard Brazon)
Les Pussy Riot sont liées au groupe d’étudiant nommé d’un nom russe lui « Voina », « Guerre », dont deux des faits d’armes sont les suivants . Au Musée d’histoire naturelle ( http://plucer.livejournal.com/55710.html ) :
 avoir pratiqué une orgie dans un musée, avec photos montrant uniquement des positions sexuelles où les femmes, dont une femme enceinte, subissent des actes sexuels dans la position des femelles animales ou mises au service du plaisir masculin uniquement, devant réceptacle de ce qui n’est plus que déjection, autrement dit, uniquement dans des positions dégradantes et pouvant être physiquement écoeurantes. Dans un magasin public, avoir montré une des jeunes femmes de Pussy Riot, faisant entrer un poulet dans son sexe, devant des petits enfants, puis ressortant du magasin, en tenant le poulet toujours dans le vagin. (http://nataly-lenskaya.livejournal.com/348825.html).
Et d’autres : « se montrer en public nu et couvert de cafards, l’attaque à l’urine sur des policiers ou encore de tenter d’embrasser sur la bouche des représentants de l’ordre du même sexe. Dessiner à la peinture des penis géants sur les routes ou encore la destruction de véhicules de  police. « http://fr.rian.ru/tribune/20120808/195607508.html.
Ces groupes sont présentés comme féministes et laiques. En réalité ils ont un message très sexiste.  Curieusement les « militantes » ont toutes un corps de rêve.
Cette beauté est un bonheur pour les femmes qui l’ont naturellement, mais l’imposition de cette norme à toutes les femmes a des effets  néfastes pour la santé des femmes. Que font les Femen des militantes moins belles : elles les excluent ?
Elles ont le temps et l’argent de voyager un peu partout. Elles se prêtent à la pornographie la plus sexiste qui soit …
J’appelle pornographie sexiste, les représentations montrant des femmes uniquement dans les positions dégradantes ci-dessus,  ce qui aboutit à présenter la dégradation des femmes au rang de femelle animale ou de servante du plaisir masculin malgré leur dégout éventuel, comme une NORME valable, comme un bien. Le sexisme consiste à présenter l’infériorité des femmes comme normale et naturelle. La pornographie consiste à présenter des actes sexuels où contrairement à l’érotisme, l’un des partenaires, au lieu d’être mis en valeur car aimé, est dévalorisé. La pornographie est sexiste quand c’est la femme, le féminin qui est ainsi rabaissé. La pornographie est du proxénétisme quand elle emploie des actrices et acteurs réels pour sa production, ces acteurs vendant l’exhibition d’un acte sexuel aux acheteurs. 
Les Femen sont présentées comme solidaires des Pussy Riot, alors que la destruction de la  Croix du Souvenir qu’elles ont commise à Kiev ne pouvait qu’inciter les juges à plus de sévérité et non à la clémence.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

christophe 15/10/2012 20:39


Ce n'est pas qu'un problème interne à la Russie. Cela touche aussi la France.


J'ai essayé de faire un dossier assez complet sur le sujet :


http://www.fn78-1.fr/article-le-dossier-pussy-riot-femen-111282113.html

Claude Germain V 20/08/2012 22:32


Il existe un petit proverbe ,pas tres joli j'en convient ,meme un peu trivial qui convient tres bien a ces barjots , mais tant pis je le donne :


TROPS DE C.. CA SENT LA ME...E !!!


C'est un probleme interne a la Russie ,ça commence a bien faire .......