Quand donc l'église catholique cessera ses compromis avec l'islam totalitaire?

Publié le 9 Novembre 2010

  Baptisé catholique, je ne suis pas pour autant un foudre de cette branche religieuse de la chrétienté. Mon parcours d'homme, d'ouvrier, d'encadrant, de syndicaliste, de politique m'a appris qu'en matière de religion, il fallait se méfier, le plus souvent, des représentants des religions que des Dieux eux-mêmes.

          Par exemple, l'Eglise catholique gagnerait à prendre langue auprès des protestants plutôt que de leur reprocher d'évangéliser l'Algérie, la Tunisie, le Maroc et au delà l'Afrique et l'Asie. Après tout, le message christique originel  le vaut bien.

          Pour ma part, je crois qu'il faut construire le paradis sur terre plutôt que de l'imaginer au delà de la mort. Chercher le bonheur sur terre que d'attendre celui promis. Le pire étant le délire de vouloir mourir en martyr pour l'obtention de 75 vierges et autres fadaises pour attardés mentaux. Avec les islamistes, à défaut de l'islam, on aura dépassé les limites de la bêtise supportable.

          Certes je suis agnostique mais rien ne me dit que sur mes vieux jours peut-être douloureux, tel Louis XIV, je ne trouverai pas un réconfort dans la religion. Qui sait. Mais mon propos n'est pas d'ordre personnel. Il est dans la réaction d'une église catholique qui semble ne plus croire en elle-même tant elle laisse à d'autres et singulièrement à l'islam, la parole religieuse.

          Le Christ n'a-t'il pas dit: "Laissez à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu". Ce message, on ne plus laïque si j'ose dire, est loin tout de même du message de l'église catholique actuelle qui se mêle trop souvent de ce qui ne la regarde pas tout en oubliant son rôle de messagère auprès de ceux qui attentent le message christique du pardon, de l'écoute et de l'amour du prochain. Ce message que l'église catholique oublie de rappeler aux islamiques quand ceux-ci détruisent des églises d'Orient et de France dorénavant. Cette timidité face à une religion conquérante, impitoyable avec les chrétiens est incompréhensible y compris pour des agnostiques comme moi qui ont été éduqués quoi qu'on en dise, dans la culture judéo-chrétienne. Je dis culture judéo-chrétienne que je ne confond pas avec les prêtres et autres curés pédophiles que l'église fait semblant de découvrir aujourd'hui et dont la presse bobos-gauchos se régale à révéler avec un plaisir malsain. Donc, mon propos est: à quand une église qui rende la monnaie de sa  pièce à cet islam destructeur de lieux saints? 

          

 

 

 Gérard Brazon

Voici l'exemple d'une réaction saine. 

Communiqué de presse de Mgr AILLET, Evèque de Bayonne, Lescar et Oloron.

 

"Informé par M. l’abbé François Mata, nouveau curé de la paroisse Sainte Marie de Billère, de la profanation survenue vendredi 22 octobre 2010 dans l’Eglise de Saint-Laurent de Billère, où le tabernacle de l’Eglise a été forcé et des hosties consacrées éparpillées à même le sol, je tiens à faire part aux fidèles du diocèse, de ma profonde stupéfaction et de mon indignation.

 

A l’évidence, aucun lieu de culte n’est aujourd’hui à l’abri de tels agissements. En 2009, la très officielle « Mission Interministérielle de vigilance et de lutte contre les mouvements sectaires » (Miviludes) dénombrait 226 actes de profanation dont 216 actes de profanations antichrétiennes, 6 profanations antimusulmanes et 4 profanations à caractère antisémite.

 
En d’autres termes, plus de 95% des profanations recensées dans notre pays visent des lieux de culte ou des cimetières catholiques, et celles-ci ne font hélas qu’augmenter d’année en année.

 

A cet égard, je ne peux m’empêcher de m’interroger sur la responsabilité morale de certains médias qui entretiennent dans la société française, un climat d’anticatholicisme particulièrement malsain, et passent quasiment sous silence les actes de profanation ou de vandalisme lorsque ceux-ci n’ont pas pour cible nos frères juifs ou musulmans. 

 

Les autorités politiques et les organisations antiracistes ont-elles suffisamment pris la mesure de la gravité de telles profanations, qui sont pour la plupart, la manifestation d’une forme de haine antireligieuse et antichrétienne à propos desquelles nous ne pouvons demeurer silencieux ?"

+ Marc Aillet,
évêque de Bayonne, Lescar et Oloron
le 28 octobre 2010

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Jean-Pierre André 10/11/2010 17:14



Qu’espèrent donc en retour les cathos en annonçant  du halal pour tous … à
l’institut catholique de Lille … Quelle naïveté des autorités ecclésiastiques face à l’islam ; une déconcertante politique de l’autruche … !


http://jeunespourlafrance.nord.over-blog.fr/article-les-jeunes-pour-la-france-du-nord-decouvrent-avec-60629229.html



richa83 09/11/2010 19:50



Il semblerait que cet évêque ait plus de "courage" que sont collègue dont dépend carcassonne


 



muller marie-claire 09/11/2010 16:00



J'ai discuté un jour avec un prêtre ,moi qui ne suis pas catholique et lui est demandé s'il croyait vraiment que l'Eglise Catholique était la continuité de l'Eglise que le Christ avait institué
et que ce qu'il enseignait était la vérité ou une partie de la vérité que les gens aimaient entendre, il m'a avoué que ce qu'il prêchait était ce qu"il avait appris au Séminaire,que c'était son
métier et qu'il ne savait faire que ça!!!!


Dans toutes les églises il y a deux sortes de croyants ceux qui pratiquent parce que c'est la coutume, et les autres, dont c'est la vocation et qui comme les croisés défendent la foi et les
valeurs chrétiennes  sont loyaux, ont des idéaux élevés et n'hésitent pas à défendre ces idéaux.Actuellement c'est la couardise qui prévaut et certains prêtres comme celui que j'ai rencontré
collaborent avec l'ennemi de la civilisation sous prétexte de tolérance,alors que l'islam n'en a rien à faire ,les méprise et se sert d'eux pour accomplir ses desseins de conquête(comme avec les
politiques!!!)



Gérard Brazon 10/11/2010 13:54



Hélas je partage!



henri 09/11/2010 12:16


"La fondation de l’Ordre des Templiers remonte à 1118. C’est l’époque de la création du premier royaume de Franc en Palestine. Après les croisades, Hugues de Payens, Geoffroy de St Omer et sept
autres compagnons d’armes du Roi Baudoin II de Jérusalem, proposent l’institution d’un ordre militaire et religieux chargé de protéger Jérusalem et la route des pèlerins. Les Templiers étaient
organisés comme un ordre monastique, leurs tâches principales, surveiller et défendre les pèlerins et les lieux saints du christianisme, entre l’Europe et la Palestine. L’ordre des Templiers ne
dépendait que du pape, leurs possessions à travers le monde échappaient aux pouvoirs des monarchies locales. Il compta jusqu’à 15.000 membres, revêtus du manteau blanc frappé de la croix rouge
sang." http://www.myparisnet.com/index.php/les-templiers-a-paris.htm à quand leur retour ? Ils auraient du travail!


Gérard Brazon 10/11/2010 13:54



Merci pour le lien.