Quand EDF-GDF court-circuite nos caisses de retraite

Publié le 5 Novembre 2010

Le régime EDF-GDF pioche 1,3 milliards d’euros dans le régime général Cnav et fait financer ses avantages extravagants par le contribuable.

En 2005, EDF-GDF, qui n’avait pas provisionné ses retraites et subissait un rapport démographique catastrophique, a mis à la charge du régime des salariés du privé les généreuses pensions de ses retraités. En contrepartie, l’opérateur public s’était engagé à indemniser la Cnav.
5 ans après, c’est la douche froide : le montant de l’indemnité a été mal calculé et il manque 1,3 milliard d’euros dans les caisses ! C’est ce que révèle la Cour des comptes dans son dernier rapport sur la Sécurité sociale (septembre 2010), donnant ainsi raison à Sauvegarde Retraites qui, à l’époque, avait clamé haut et fort : « Le compte n’y est pas ! »
Et ce n’est pas tout ! Dans le même rapport, on apprend que la « Contribution tarifaire sur les prestations d’acheminement de l’électricité et du gaz » (CTA), taxe spécialement créée en 2005 pour financer les « avantages maison » du régime spécial EDF-GDF, ne suffit plus à les financer. Et pour cause : la Cour souligne que lesdits avantages coûtent de plus en plus cher ! Résultat : la CTA devrait être augmentée.
En résumé, non seulement le régime spécial EDF-GDF parasite le régime des salariés du privé, mais il fait payer l’énorme facture des « avantages maison » au contribuable. En ces temps de réforme et de vaches maigres, commençons, une bonne fois pour toutes, par aligner les pensions d’EDF-GDF sur le droit commun !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Luc AIT AISSA 05/11/2010 13:01



Et c'est un ancien de la RATP qui nous le dit !!



Gérard Brazon 05/11/2010 16:53



Cher Luc. Je me souviens que tu m'avais demandé de ne plus t'envoyer mes articles. La raison invoquée est que mes articles ne correspondaient pas à tes idées. Dont acte. Comme je le fais
d'habitude devant ce type de demandes, je t'ai donc retiré de mon mailing afin de ne plus t'importuner. Tu comprendras donc mon étonnement de te lire de nouveau. Non pas pour m'en plaindre car
les commentaires, même ironiques, sur ce blog sont libres. Cependant, je ne comprends pas trop la démarche...


         Que pourais-je dire d'autres? Ah oui, provincial, fils d'ouvrier, j'ai commencé à travailler comme apprenti à 14 ans loin de ma famille et de ma
ville et j'ai cotisé pendant 43 années. Pourtant, je ne toucherai ma retraite du "privé" qu'à 60 ans et 8 mois. Suis-je un priviliègé d'avoir terminé ma carrière comme encadrant à la
RATP? Si tu veux mais alors c'est le privilège de l'âge car toi, à 14 ans, tu étais encore sur les bancs de l'école et encore chez papa et maman. Je ne t'en fais pas le reproche, tu es si jeune.
C'est sans doute cela qui nous rend différent. Une certaine idée de la vie, une vision d'un monde et des hommes qui cherche à comprendre. Sans ironie aucune. Bien à toi Luc.