Quand l'assistance de l'état tourne à la gabegie

Publié le 3 Septembre 2012

 Lycéen revend PC portable offert par la Région : de qui se moque-t-on ?

Source

Des étudiants ont revendu sur le site d'enchères en ligne eBay des ordinateurs offerts par la région Languedoc-Roussillon. Une situation qui montre comment l'argent public est parfois dépensé sans contrôle.

Des lycéens ont revendu des ordinateurs qui leur avaient été offerts par la Région Languedoc-Roussillon.  Crédit Reuters

L’assistanat dans ses effets pervers ne connait pas de limites. Quelles que soient les bonnes intentions qui ont pu pousser le conseil régional du Languedoc-Roussillon à offrir des ordinateurs portables aux lycéens sous prétexte que la majorité d’entre eux n’utilisaient pas les manuels, cet exemple en est la parfaite illustration.

L’anecdote est plutôt drôle et ne mérite pas que l’on porte au pilori les jeunes concernés. Après tout, la mode n’est-elle pas de revendre ses cadeaux de Noël sur eBay ? Pourquoi aurait-on plus de respect pour l’ordinateur (« pas terrible », d’après les jeunes) offert par le conseil régional ? Certes, ils s’étaient engagés à ne pas « s'en séparer » (la formule est curieuse… devaient-ils dormir avec ?). C'est bien en tous les cas la seule chose à leur reprocher que de ne pas respecter leur propre engagement.

Mais le triste de l’histoire c’est que la leçon que l’on en tire n’est pas la bonne. Cet incident qui pourrait servir d’exemple à un libéralisme bien compris rencontre la fureur des internautes, mais à mauvais escient : 88% d’entre eux estiment qu’il faut poursuivre les « petits ingrats ». Personne ne réfléchit, ne s’interroge, ni ne s’étonne de l'argent public mal utilisé !

Nous sommes tellement habitués à la redistribution qu’il importe peu que l’argent prélevé sur nos impôts et sur notre travail soit dépensé sans discernement.

Excusez du peu, la Région a "investi" sur cette opération 15,8 millions d’euros cette année et ne compte pas s’arrêter là. Qui profite de cette manne ? Des enfants qui ne disposent pas d'ordinateurs, ou bien tous au nom de l’égalité ? Quelle méthode pédagogique ? Quel matériel ? A propos, est-il français ? Quels bénéfices attendus ? N’y a-t-il pas de meilleure utilisation pour une pédagogie efficace ? Ne doit-on pas s’indigner plutôt que les livres ne soient pas utilisés par les professeurs et les élèves... Ces ordinateurs non plus, semble-t-il.

Après tout, revendre un PC 275 euros (qui en vaut 490) ne doit-il pas être considéré par les bénéficiaires comme une allocation de rentrée scolaire ? Et finalement, il y a toujours un bénéficiaire au bout du compte !

Tout cela ne fait que confirmer que ce qui est gratuit n’a pas de valeur et que notre pays, encore riche de ses dettes, distribue sans discernement et sans aucune reconnaissance à des heureux bénéficiaires. On a droit à tout, même à le revendre !

Des lycéens ont revendu des ordinateurs qui leur avaient été offerts par la Région Languedoc-Roussillon.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

LMarie-claire Muller 03/09/2012 18:24


C est dans les régions ,les fiefs de gauche ,qu'il faut piocher pour trouver l'argent et non chez les contribuables!La gabegie dure depuis des années avec la complicité de la fausse droite!les
copinages sont grassement payés.L'argent du contribuable est gaspillé avec la création de centaines d'assoc bidon qui abritent des nuls bien payés.Le peuple est soi disant souverain il faudra
qu'il le montre et se réveille.

LMarie-claire Muller 03/09/2012 18:14


Ça… c’est vraiment lui.




Ce que je pense de sa “normalitude”.




Bienvenue à monopolis,



Quand j’ai entendu ça, de la bouche du journaliste, François Hollande se qualifiant tout seul, comme un grand, de “normal”, j’ai cru que c’était une blague. Je me suis dit c’est pas possible il
y en a bien un qui va relever ? Non, j’ai attendu la fin du journal pour rien. Il n’y a pas plus intolérant que ce terme “normal”,  c’est tout le contraire de la diversité si chère au PS.


Pourtant le printemps de Prague, a été réprimé par ce qui a été appelé une normalisation par l’URSS elle-même, les nazis ont utilisé l’anthropomorphisme pour définir la véritable normalité,
tout ce qui a été qualifié de normal dans l’histoire c’était l’inquisition qui offrait des bûchers inhumains pour les anormaux, l’intégrisme et le fanatisme dans tous leurs états… Qui a t’on
brulé dans les fours crématoires ? Des gens anormaux, selon les tenants de la normalité à ce moment là évidemment. Et là, tout seul, il dit qu’il est normal. Ca passe tranquille. Merde les gens
pas normaux ont du mouron à se faire. Les anormaux, circulez ! Il n’y a rien à voir (désolé monsieur Montana mais moi aussi, comme Xyr, j’aime Coluche, j’espère que ca vous fait bien chier).
Les ambitieux à la poubelle, les anarchistes aux chiotes. Qu’on me dise vite ce qui est normal que je me conforme rapidement au modèle. Car être normal c’est se conformer à une norme, oui mais
voilà, laquelle ? Feutre et écharpe rouge pour tout le monde ? Dites-nous Mr Hollande, en quoi être normal est une fin en soi ? Votre argument a été avancé pour faire face à un Sarkozy
exhubérant, mais vous n’êtes que son miroir. L’ambition de Nicolas Sarkozy est aussi caricaturale que votre normalité, si ce n’est que l’ambition a l’avantage d’avoir un effet positif sur la
vie. La normalité ça peut vraiment se discuter. Il y a des tas de gens qui n’ont pas envie d’être normaux, sans parler de ceux qui n’ont pas le choix.


Surtout que votre critère de normalité c’est quoi au juste ? Un truc qui va de soi ?!
Front national = pas normal et multiculturalisme = normal, C’est bien ça ?
Et communisme ? normal ou pas normal ?
Chrétien ? Musulman ? Juif ? Athée ? Ca s’arrête où exactement ?


Mais rassurez-vous je ne veux pas dire que vous avez l’intention d’ouvrir de nouveaux camps de concentration… non. Je sais bien que ce n’est pas possible. Heureusement.


Ce que je veux dire c’est que ça illustre bien le mal qui ronge notre société. Déjà être un électeur FN, d’un point de vue social c’est plutôt suicidaire. Mais maintenant c’est carrément devenu
pas normal. Vous incarnez l’intolérance monsieur Hollande, vous êtes le Dark Vador de France tenant du coté obscur. L’idole est dressée sur le brasier du multiculturalisme. A peine le temps de
se retourner, et paf, un mohamed merah en pleine tronche, et puis là un souleymane, et ça continue…
Rien à foutre, on fait quand même passer de 20 à 25% le taux de logement sociaux, on prévoit 200 000 régularisations, Valls inaugure une mosquée. Tout va bien c’est normal. Tout est normal on
vous dit ! Punaise !


“Normal” c’est une verrue de “raciste”, vous êtes contre moi vous êtes raciste, vous êtes avec moi, vous êtes normal. Votre vocabulaire est boursoufflé de ces verrues, égalité des chances,
chance pour la France, facho, multicolore, métissage… Tous tranchés, anatèmes indiscutables ou quintescences du bien, ils régissent tous une vie sociale, celle qui est rêvée par les
socialistes, mais aussi toute une partie de l’assemblée. Un monde sans nuance. Monopolis. Un monde où l’on peut organiser un jour une manifestion contre le racisme et la xénophobie et le
lendemain ne rien faire quand on apprend qu’il s’appelle mohamed, un monde dans lequel un père de famille se fait massacrer devant sa famille par 3 noirs le jour même où un arabe et un noir
cachés dans un transformateur haute tension meurent électrocutés ce qui embrasera toutes les banlieues, les émeutes de 2005, pour la seule et unique cause des 2 jeunes de Clichy-Sous-Bois. Pour
le père de Famille, une petite marche discrète de 200 personnes et 1 mn de silence. La veuve et la fille de la victime, de crainte de représailles, malgré l’arrestation des meurtriers présumés,
seront reçues quasiment en secret,  par le ministre de l’Intérieur, un certain Nicolas Sarkozy.


Un monde sans pitié pour les anormaux, les patriotes. Votre monde, celui de l’UMPS, pas le mien. Le mien ne sera jamais normal. Votre “normal” sent la répression à plein nez, le fanatisme, la
mort de toute nouveauté, l’anthropomorphisme du français de souche pas assez métissé.


PS : Je sais que ça date pas d’hier, mais je pensais pas être obligé de l’écrire.