Quand le Front national fait les yeux doux aux syndicalistes.

Publié le 27 Décembre 2012

Source le Parisien.fr

Adossé à un fort électorat ouvrier, le parti de Marine Le Pen veut désormais recruter au sein même des organisations syndicales. En ligne de mire : les municipales de 2014.

Le  s’intéresse de très près aux . Dernière illustration en date : les futurs candidats  pour les municipales de 2014 auront à remplir une fiche biographique sur laquelle ils devront préciser leur appartenance à une organisation syndicale. Une simple case à cocher… qui en dit long sur l’intérêt grandissant du parti de Marine Le Pen à l’égard des défenseurs des salariés.  

« De plus en plus de syndiqués, même des élus et des mandatés, prennent leur carte chez nous. Nous n’avions pas ces profils il y a deux ou trois ans », affirme Steeve Briois, le secrétaire général du FN implanté à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) 

Emergence de candidats frontistes syndiqués en 2011  

Certes, le Front n’en est pas à sa première tentative . Déjà dans les années 1990, des syndicats FN (police, pénitentiaire, RATP…) avaient vu le jour, avant d’être interdits par la justice. Aujourd’hui, la stratégie a changé : le Front n’infiltre plus en plaçant des sympathisants du parti au sein des syndicats mais il recrute directement des syndiqués encartés et acquis aux principes frontistes. « Ils prennent contact avec les syndicalistes, essaient de les rencontrer. Et leurs thèses trouvent un écho, décrypte Sylvain Crépon, un sociologue spécialiste du Front. Cela permet au FN de se légitimer auprès du monde du travail, tout en déstabilisant les syndicats. »

En 2011, déjà, l’émergence de candidats frontistes syndiqués lors des élections cantonales avait donné des sueurs froides aux syndicats. « Il y a fort à parier que le Front présentera à nouveau des candidats syndiqués pour les municipales de 2014, anticipe Jean-Paul Ravaux, le président de Visa, un collectif intersyndical de lutte contre l’extrême droite. Car, avec la crise, nous constatons une poussée du Front national dans les syndicats. » 

Et en privé, certains syndicalistes sont alarmistes. « Dans le Nord ou l’Est, certains gars sont devenus ouvertement pro-Front national, du jamais-vu! » s’alarme ainsi ce haut cadre de la CGT. Les syndicats, quant à eux, cherchent déjà à contrer cette offensive.

Le Parisien

 Paris, le 1er mai 2011.Thierry Gourlot (à gauche), membre du bureau du Front national et adhérent à la CFTC, défile avec Fabien Engelmann (à droite) qui a été exclu de la CGT en 2011 pour avoir été candidat aux élections cantonales sous l’étiquette FN. -

 

Le 1er mai 2011.Thierry Gourlot (à gauche), membre du bureau du Front national et adhérent à la CFTC, défile avec

Fabien Engelmann

(à droite) qui a été exclu de la CGT en 2011 pour avoir été candidat aux élections cantonales sous l’étiquette FN.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Mascara83 27/12/2012 16:32


A mon avis le problème est de taille du fait que le FN ne possède que 2 députés et, est en plus, attaqué de toutes part par l' UMPS en plus! d'où l'importance d'informer le
peuple de savoir où passent leurs IMPOTS ???  avec explications sur: l'APA - LE RSA - RMI - CMU - hébergements et aides en tout genre...attribués à toute la mouscaille installée en France
sans compter les nouveaux demandeurs d'asiles de pays comme : l'Afganistan, l'Afrique, la Libye, la Tunisie, l'Egypte et j'en passe dont nos gouvernants ont contribués à évincer leur dictateurs
avec les deniers d nos impôts!!!  Le Peuple de France, devrait demander à SARKO et HOLLANDE de payer et héberger ces exilés politiques à leurs frais personnels et non sur le dos des
contribuables Français...."LA CALEBASSE DEBORDE!!"

mika 27/12/2012 16:23


« Tous les moyens sont bons quand ils sont efficaces. »      


Jean-Paul Sartre l'a écrit ...et moi j'le pense


 

L'EN SAIGNANT 27/12/2012 15:59


OUI et alors .! OÙ EST LE PROBLÈME .? Comprends pas .!

Francis NERI 27/12/2012 15:50


Je ne sais pas si c'est une stratégie payante à court terme pour 2014 en tous cas ! Le processus est long et les syndicats sont en perte d'audience avec les "travailleurs". Le FN devrait faire
comme "l'Aube Dorée" en Grèce et en Italie : s'occuper du peuple être prés de lui, protéger les personnes agées, les femmes, les enfants, démontrer sa SOLIDARITE avec le peuple de France, 
faire du "nettoyage" que nos institutions ne peuvent et ne veulent pas faire dans certains endroits. Si ce n'est lui QUI le fera ?      

Mascara83 27/12/2012 15:36


Si le Front National s'intéresse de près aux membres des syndicats gauchos, comme le souligne "le Parisien" c'est qu'il y a une raison simple dont ce quotidien a fait abstraction, probablement
par amnésie... En effet, il omet de signaler que les syndicats gauchos qui manifestaient dans la capitale et grandes villes de France : " drapeau rouge avec la faucille" et non celui de notre
France: BLEU, BLANC, ROUGE, réclamaient il y a encore qq années de cela en arrière la "disparition des patrons" +++  Nos gouvernants actuels, avec l'aide des syndicalistes sont entrain de
les éliminer et, ou, les asphyxier par des taxes incessantes, il est donc normal que ces travailleurs Français floués par leurs syndicats se portent sur le Front National et, notamment, sur le
programme équilibré et logique de Marine Le Pen!

Mascara83 27/12/2012 15:12


Comment le Parisien, peut-il rédiger un tel article ??  sachant que les syndicats gauchos ont purement et simplement abandonnés leurs ouvriers adhérents? lesquels se retrouvent au chômage
et, ou sur une voie de "garage!" Curieusement, ces syndicats gauchos, ne manifestent plus avec leurs drapeaux rouge et la faucille comme emblème dans la capitale ou grandes villes de la France...
Tiens...tiens...? Ces anti "patrons profiteurs" etc, etc,... devraient nous donner de plus amples explications sur leur mutisme !!