Quand les barbus prétendent financer des puits au Sénégal, par Philippe Jallade

Publié le 24 Mai 2013

Outre l’action « Gaza » (« aide à des familles de Gaza »), Qassama prétend, sur son site internet, faire construire des puits dans des villages au Sénégal.

Par Philippe Jallade sur le blog de Christine Tasin 

 

Pour motiver de généreux donateurs, Qassama rapporte le « témoignage » de l’un de ses fondateurs qui a fait un voyage un an auparavant au Sénégal, son pays d’origine. Ce « témoignage » -qui semble plutôt cousu de fil blanc pour quelqu’un qui connaît le Sénégal (c’est mon cas)-, revient à la construction d’un petit puits on ne sait où, ni son coût, d’ailleurs toujours pas construit un an plus tard. http://www.qassama.org/#!senegal/cre0

 

A noter dans l’argumentaire du Sénégalais réel ou supposé : « Nos frères et sœurs accomplissent des distances inconsidérables pour récupérer une eau à peine potable…Alors que nous, par une grâce immense jouissons de l’abondance la plus absolue » et « moi… venant de France, habitué à ne fournir aucun effort pour profiter de cette miséricorde d’Allah Swt qu’est l’eau, si ce n’est de tourner le robinet pour que le bienfait d’Allah Swt soit abondamment à disposition ! » (Comme si Allah avait une quelconque responsabilité dans l'eau qui coule de nos robinets occidentaux ou dans les hôtels de luxe des riches arabo-musulmans !
Alors là, ce connard fait hurler un professionnel de l’eau (c’est mon cas); ce déchet ultime de l’islam s’imagine que s’il a de l’eau en abondance au robinet, en France, c’est « une grâce immense », une « miséricorde d’Allah »… ? aucune idée de la complexité technique, de la lourdeur des installations nécessaires pour en arriver là: de l’eau au robinet.

Ce « témoignage » se termine par « un point important si ce n’est primordial ».
« j’ai appris que les seuls organismes qui venaient en « aide » à ces populations oubliées sont les ONG soit disant chrétiennes, mais en réalité “sataniques”, largement implantées dans la région qui, à travers leurs actions humanitaires en profitent pour répandre leur da’wah et convertir (l’on pourrait même dire contraindre) sournoisement et par n’importe quels procédés les Autochtones musulmans…
… les vampires non satisfaits d’avoir et de continuer à piller les richesses des terres musulmanes et ce depuis des siècles, se parent désormais de l’habit humanitaire pour tenter de corrompre la seule vraie et unique richesse que le muslim possède : SA FOI !
Vous voilà informés de la situation des musulmans dans certaines contrées, notamment au Sénégal. Mesurant la gravité de ce qui se passe là-bas, Qassama souhaite investir plus d’énergie et déployer plus de moyens afin de venir en aide à la communauté musulmane sénégalaise bihidnillah.
 

La construction de puits à plusieurs bienfaits pour nos frères et soeurs :
…- La préservation de l’identité islamique de ces terres, car en investissant ces terres de notre faible empreinte, nous contribuons, à notre échelle, à la ré-vivification de l’islam dans ces villages, créant ainsi un poids face à l’invasion coloniale qu’elles subissent. »

A la suite de ces propos hallucinants du Sénégalais est reproduite une très longue « MISE EN GARDE CONTRE LES MÉTHODES DE CHRISTIANISATION, COMMUNIQUE DE LA COMMISSION PERMANENTE DES RECHERCHES ACADEMIQUES ET DES AVIS RELIGIEUX D’ARABIE SAOUDITE ».

Voila, on en sait plus sur la secte Qassama.
 

Au fait, ce Sénégalais, il fait quoi en France ? (et moi, ducon, j’ai fait quoi au Sénégal, deux ans, usine d’eau de Keur Momar Sarr ?) (Une réponse possible: il profite des aides sociales françaises et pense que c'est Allah qui lui donne à travers le ventre de sa femme et la CAF. ndlr Gérard Brazon)

 

Philippe Jallade

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Pivoine 25/05/2013 16:57


Et s'il y a de l'eau, ça n'est pas grâce à un dieu imaginaire, mais grâce aux arbres !