Quatre hôtels de luxe, fleurons de notre industrie passent sous contrôle du Qatar.

Publié le 23 Juin 2012

Le Qatar achèterait-il la France au détail? Comment les Qataris peuvent-ils percevoir un pays qui vend ses plus beaux bijoux? Une bourgeoise décadente? Une putain offerte aux mieux disants? Une proie facile? Un pays à vendre, une conquête dépravée! Que peuvent-ils penser de cette France? Sûrement pas du bien.

Gérard Brazon

PARIS - Un investisseur qatari vient de s'offrir quatre grands hôtels français, dont le célèbre Martinez cannois et le Concorde Lafayette de la Porte Maillot à Paris, renforçant encore la présence de l'émirat dans l'hôtellerie de luxe de l'Hexagone.

Les autres établissements repris sont l'Hôtel du Louvre, à Paris, et le Palais de la Méditerranée, à Nice, ont indiqué vendredi des sources proches du dossier.

Ces hôtels appartiennent au fonds américain Starwood Capital. Interrogée à Paris, la société n'a pas souhaité commenter ces informations.

Selon le quotidien Le Figaro de samedi, l'investisseur qatari aurait déboursé entre 700 et 750 millions d'euros.

Un comité central d'entreprise du Groupe du Louvre, que contrôle Starwood Capital, avec pour ordre du jour la vente des quatre hôtels, est prévu jeudi 28 juin, a confirmé à l'AFP Claude Levy, du syndicat CGT des hôtels de prestige et économiques.

"Une promesse de vente a été signée ces jours-ci et ils font une première information à ce sujet jeudi 28 juin. Cela fait un petit moment que la vente était imminente", a ajouté M. Levy. Selon lui, l'ensemble des quatre établissements emploie 1.200 salariés.

La vente porte aussi sur les fonds de commerce d'autres hôtels, dont Starwood ne possédait pas les murs, qui sont le Concorde Opéra (ex-Concorde Saint-Lazare) à Paris, la Villa Massalia à Marseille, le Concorde Berlin et l'Hôtel de la Paix à Genève.

Katara Hospitality

Selon une source proche du dossier, l'acquéreur est Katara Hospitality (ex-Qatar National Hotels), propriétaire et gestionnaire d'un portefeuille hôtelier de luxe dans les Emirats et dans le monde. Le groupe avait annoncé en mai son ambition de passer de 24 hôtels en propriété à plus de 60 à l'horizon 2030.

Le site d'information professionnel Hospitality On cite Katara comme un acquéreur possible mais avance aussi le nom de Precision Capital SA (ex-Al Mirbaq Capital), soulignant que dans les deux cas, il s'agit de membres de la famille régnante du Qatar.

M. Levy de son côté n'a pas plus précisions sur l'acquéreur. "On sait que c'est des Qataris, mais rien de plus", a-t-il indiqué.

La famille régnante "se présente comme le principal investisseur mondial dans l'hôtellerie de luxe", note Hospitality On.

Un autre fonds qatari, Qatari Diar, détient déjà le Royal Monceau (exploité par la chaîne singapourienne Raffles) qui a rouvert en octobre 2011 après plus de deux ans de travaux, et le Peninsula, un hôtel de luxe qui doit être inauguré en 2013, près de l'Etoile à Paris.

Enfin en janvier, un investisseur privé qatari, Ghanim Bin Saad Al Saad, a racheté "sur fonds propres" l'hôtel Carlton de Cannes.

Puissant investisseur, le Qatar est aussi propriétaire des clubs sportifs Paris Saint-Germain et Paris Handball. Il détient des parts dans Lagardère, Veolia, Vinci, Total, ou encore LVMH.

Les hôtels détenus par Starwood Capital avaient été acquis lors du rachat du groupe Taittinger et le fonds d'investissement cherchait à les vendre depuis plusieurs années. A Paris, il avait déjà trouvé acquéreur pour l'Hôtel de Crillon, place de la Concorde, et pour le Lutetia, rive gauche.

L'exploitation des établissements cédés, actuellement assurée par Concorde Hotels, devrait être confiée au groupe Hyatt. L'Américain deviendrait ainsi un opérateur de premier plan à Paris avec les 950 chambres du Concorde Lafayette, et les 170 chambres de l'Hôtel du Louvre, qui s'ajouteraient aux établissements déjà sous enseigne Hyatt, notamment le Park Hyatt Vendôme (labellisé Palace), le 5 étoiles Hyatt Regency Madeleine (180 chambres) et celui de Roissy (388 chambres).

Le Qatar s'offre le Martinez et le Concorde Lafayette

afp.com/Valery Hache


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 23/06/2012 19:42


Il y a cinquante ans, on stigmatisait et ridiculisait l'Espagne qui se vendait à l'étranger ....!. Enfin ....  la FRANCE en est là .... !