Que les associations s’occupent plutôt des esclaves d’aujourd’hui !Par Patrick Martins

Publié le 19 Mai 2014

Louis-Georges Tin. En fait, j’adore ce gars ! S’il y en avait davantage comme lui, Marine Le Pen n’aurait plus besoin de faire campagne. Comme ses acolytes, monsieur Tin, président du CRAN (Conseil représentatif des associations noires), est une victime. Victime de tout, victime tout court. Lui, si la victimisation se mesurait, il serait à Sèvres. Sans même s’en douter, il gonfle les urnes de bulletins de vote Front national chaque fois qu’il ouvre la bouche
.

Pour Boulevard Voltaire
 
Samedi, alors que nous célébrions l’abolition de l’esclavage, il a avoué « négocier » des contreparties financières avec des familles françaises de Bordeaux, au prétexte que leurs ancêtres auraient contribué à la traite négrière. Madame Le Pen devrait penser à lui organiser un grand meeting. Car monsieur Tin, Français de Martinique, mérite le titre de champion toutes catégories dans la discipline très moderne de l’insulte envers sa propre patrie.



Lui, et ceux qui bêlent à ses côtés, semblent avoir oublié que :
 


-  Si le Danemark a été le premier pays à abolir totalement l’esclavage dès 1792, la France affranchissait par décret royal tous les esclaves qui posaient le pied sur son sol dès 1315, avant de voter une première loi d’abolition en 1794 ;



-  Les abolitionnistes les plus actifs ont été deux Français : Léger-Félicité Sonthonax et Victor Schœlcher, ce dernier ayant consacré l’essentiel de sa vie à libérer les aïeux de monsieur Tin ;


 
- L’esclavage, dont certains voudraient commémorer l’abolition chaque matin, et pour lequel ils voudraient que nous nous repentions à jamais, est aujourd’hui encore une scandaleuse réalité en Afrique – notamment en Mauritanie –, mais aussi dans les pays arabes, où l’emploi de certains immigrés s’apparente à de l’esclavage moderne. Ce valeureux Louis-Georges ferait preuve de bien du panache s’il s’en préoccupait. Mais il est vrai que cela risquerait d’être moins confortable.

Sans jamais se lasser de cracher sur la moquette du salon de leur hôte, toute honte bue, nombre d’associations « communautaires » pullulent dans notre pays : MRAP, LICRA, CRIF, UOIF, LDH, CRAN, etc. Toutes prétendent lutter contre le racisme et les discriminations. Bravo ! Mais il est permis de douter de leur efficacité. L’objectif de ces officines gavées de subventions semble être plutôt d’affaiblir notre République par la culpabilisation.
 


Alors, Monsieur Tin, sachez que je propose le dépôt d’une plainte contre votre« sortie » de samedi pour tentative d’extorsion de fonds. Nous verrons si le tribunal la reçoit.

 Parce que, voyez-vous, Monsieur Tin, je vous donne tout de même raison sur un point. Il ne suffit pas de lutter contre ceux que l’on estime être des salauds uniquement par le biais d’articles de presse. Non, on les combat devant les tribunaux, comme vous avez pris l’habitude de le faire. À bon entendeur, salut.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

mika 19/05/2014 12:10


Zemmour répond au Cran



https://www.youtube.com/watch?v=TR7f-zNGQyQ

mika 19/05/2014 12:03


Elisabeth Levy vs Grorges Tin (3mn40)



https://www.youtube.com/watch?v=5uY7hDuSFPA