Québec: Le voile et la pureté ... dixit les intégristes. Par Colette Provost

Publié le 10 Janvier 2014

Par Colette Provost

 

Pendant de nombreuses années, j’ai travaillé auprès de nouveaux arrivants, dans les Centres de francisation et d’intégration des immigrants du gouvernement du Québec. J’ai été en contact avec beaucoup de femmes voilées et avec leurs familles. Ce que j’entends et lis aujourd’hui dans les médias ne correspond que rarement aux témoignages des principales intéressées.

 

En général, les femmes voilées ne choisissent pas de porter le voile. Il leur est imposé par le milieu familial. Ces femmes, voilées contre leur gré, on ne les entend pas à la télévision et on ne les entendra jamais, car si elles parlent, elles seront amèrement punies.

 

Le voile n’est pas une obligation inscrite dans la religion musulmane, pourtant, il est incontournable chez les intégristes. Les hommes sont là et surveillent, menacent, sévissent. J’en ai vu faire les cent pas à la porte des classes, donner des coups de poing sur les tables, guetter par les fenêtres. Les jeunes filles sont chaperonnées par les frères, les pères, les oncles ou les cousins, les femmes par les maris. La plupart d’entre elles n’ont même pas choisi leur conjoint ; elles ont été mariées par leur famille, avant leur arrivée au Québec ou après.

 

Il y a loin de la réalité au mythe du voile comme symbole de pureté. En l’absence d’hommes, les langues se délient : les étudiantes en francisation parlent de l’obligation de porter des vêtements sexy à la maison, de la polygamie, de petites filles violées au vu et au su de la famille. Des femmes sont frappées, ébouillantées ou séquestrées si elles ripostent.

 

La pureté des intégristes

 

En public, le voile les identifie comme inaccessibles à certains, réservées à d’autres. Ce n’est pas la femme qui est considérée comme pure, c’est le groupe intégriste qui se considère comme devant rester pur. Un mariage à l’extérieur de ses rangs est impensable. Les intégristes ne sont pas contre l’exclusion : ils sont tout à fait pour.

 

J’ai aussi rencontré dans le cadre de mon travail des musulmans qui ont quitté leur pays d’origine pour donner la chance à leurs filles de vivre dans une société égalitaire, des hommes qui ont fui l’intégrisme et se retrouvent ici surveillés, dénoncés à la communauté pour le simple fait d’avoir bu de l’alcool, mangé durant le ramadan ou laissé les femmes sortir tête nue. Ces hommes seraient bien heureux que la laïcité soit inscrite dans une charte.

 

D’aucuns prétendent que la Charte retournerait les femmes voilées à la maison, leur ferait perdre leur emploi dans la fonction publique. Pourtant, des intégristes exigent actuellement de recevoir des services publics exclusivement d’hommes ou de femmes voilées ; selon eux, le contact avec les femmes serait « impur » : ne briment-ils pas ainsi le droit au travail de la majorité des femmes ?

 

Jamais dans la fonction publique je n’ai eu la permission d’afficher ouvertement mes convictions politiques ; pourquoi cette autorisation serait-elle donnée à ceux et celles qui font la promotion de l’intégrisme ? Rien dans le Coran n’oblige à porter le voile. Si la femme le porte de plein gré et refuse de l’enlever, elle appuie l’intégrisme. Si elle le porte contre son gré, la société n’a pas à soutenir les hommes qui l’y forcent.

 

Partout à travers le monde, des femmes voilées cherchent à se libérer, parfois au péril de leur vie. Ici, certaines femmes voilées se présentent comme libérées et prétendent que la Charte de la laïcité violerait leurs droits : cette perversion de la réalité est scandaleuse, car elle nie l’enfer réel que vivent la majorité des femmes voilées, ici comme ailleurs.

Manif Salafiste sur Paris5

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Pivoine 11/01/2014 15:12


Les responsables de cet état de fait (les femmes obligées de se voiler, et tout le reste) sont les politiques qui prônent le multiculturalisme !