Québec : viande halal pour TOUS les enfants d'une garderie subventionnée

Publié le 29 Février 2012

Les contribuables financent la propagation de la charia, au détriment des éleveurs de porcs du Québec.

________________________

Tous les enfants d’un CPE de Montréal sont nourris avec de la viande halal et ce, même si seulement une minorité d’entre eux ont des parents musulmans.

Halal-affiche-anti-halal«Ce n’est pas religieux, se défend Gladys Andrée, directrice du centre de la petite enfance (CPE) Bouton éclair, à Anjou. Nous mangeons ce qu’il y a de meilleur pour les enfants. C’est tout. »

Dans le cadre de l’enquête sur la qualité des repas servis en CPE et en centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), publiée hier, le Journal a découvert que cette garderie subventionnée de Montréal ne sert que de la viande halal aux enfants. Et cela, depuis l’ouverture du service de garde, en 1988. Or, seulement 16 des 53 enfants qui fréquentent ce CPE ont des parents de confession musulmane.

La philosophie reliée à la viande halal veut que l’animal soit tué d’une certaine façon, et comprend aussi la récitation d’une prière. Par ailleurs, les enfants de ce CPE ne mangent pas de porc non plus, une viande interdite dans la religion musulmane. La direction fait toutefois quelques exceptions durant l’année, comme à Pâques ou à Noël.

Malgré tout, Gladys Andrée refuse d’y voir un lien avec la religion islamique. «Ce n’est pas religieux, répète la femme. Il y avait certains parents plus réticents, mais nous leur avons expliqué qu’on choisit cette viande parce qu’elle est bonne. Par exemple, le poulet halal est meilleur que le poulet de grain, et il coûte moins cher. » Cette dernière assure aussi que cette décision n’est pas liée à une demande des parents musulmans. «On ferait ce choix même s’il n’y avait pas de musulmans, dit-elle. On est satisfaits et on accommode tout le monde. »

Propriétaire du marché Michelet, le fournisseur du CPE Bouton éclair, Mohammed Jabrane aimerait avoir plus de contrats avec des garderies. «Nous avons fait de la publicité, mais ça n’a pas fonctionné jusqu’ici, raconte-t-il. Rien n’empêche les Québécois qui ne sont pas musulmans de manger halal, c’est de la viande du Québec. »

Questionné à ce sujet, le Mouvement laïque québécois s’oppose au fait qu’un CPE serve de la nourriture halal. «On n’est pas du tout d’accord, indique la présidente Lucie Jobin. Si c’est subventionné, ça ne doit pas être en lien avec une religion. »

Source : Journal de Québec, par Héloïse Archambault, 28 février 2012

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

jpb 02/03/2012 09:34


Qu' il va raconter ses conneries à des gens qui on un Qi aussi élevé que le sien,croire à notre époque à toute ses balivernes,la France et un pays qui doit aller de l'avant et non reculer,vous
parler d'une chance pour nous Français de coitoyer dezs gens d'une culture 3000 ans en arriere,pauvre France.

Marie-Claire Muller 01/03/2012 18:40


Abattage halal : L’imam Tareq Oubrou minimise la souffrance animale




 




Publié le 29 février 2012 dans Actualités, Culture, Politique





L’imam de Bordeaux, Tareq Oubrou, a donné une interview cette semaine à nos
confrères de l’hebdomadaire Famille Chrétienne. Pour celui qui est proche des islamistes de l’UOIF (Union des organisations islamiques de France), « il n’est pas prouvé qu’assommer
l’animal (avant de l’égorger) évite de le faire souffrir ».


Celui-ci justifie l’abattage rituel, fait sans l’étourdissement préalable, pourtant obligatoire depuis une règlementation européenne de 2004 : « Si vous égorgez l’animal de
façon rapide, avec un couteau très aiguisé, la mort est très rapide et comme le cerveau n’est plus irrigué, l’animal ne souffre pas. Les soubresauts qui suivent son égorgement sont purement
nerveux, ils ne sont pas synonymes de souffrance ».


Il est vrai que le Coran est difficilement compatible avec nos traditions et usages. La sourate 5, verset 3 précise : « Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair
de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d’Allah, la bête étouffée, la bête assommée ou morte d’une chute ou morte d’un coup de corne, et celle qu’une bête féroce a dévorée – sauf
celle que vous égorgez avant qu’elle ne soit morte ».


La position de l’imam Tareq Oubrou est claire : « Je suis personnellement pour une orthopraxie minimaliste : faire ce qu’il faut, mais ne pas en rajouter ». Et si
l’intégration consistait à respecter et s’adapter aux normes françaises ?


[cc] Infos Bordeaux, 2010-2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://www.infos-bordeaux.fr/].

Polux 01/03/2012 18:19


Quel est le rapport entre le "poulet de grain" et le "poulet halal" ???

jpb 01/03/2012 13:41


pourquoi les parents non musulman,ne manifestent pas leur colere,ils ont peur?