Quel est donc ce pays qui autorise le rapt des jeunes filles? par Gérard Brazon

Publié le 19 Octobre 2011

Quel est donc ce pays qui autorise le rapt des jeunes filles?

Quel est donc ce pays qui estime qu'un mariage forcé n'est pas bien méchant ou du moins, guère plus qu'un chapardage dans un magasin!

Quel est donc ce pays? C'est mon pays, c'est la FRANCE !

C'est la France qui vient de condamner à six mois de prison avec  sursis bien sûr, des frères qui ont séquestré et frappé leur soeur de 18 ans! La presse dit: soupçonnés!

Soupçonnés mais condamnés! Alors la presse française commet une double peine vis à vis de cette jeune fille!

Comment une jeune fille de Tunisie ou d'ailleurs pourra-t-elle faire confiance à la justice de son pays, à la presse de ce pays, la France devenue méconnaissable ?

La justice aurait-elle condamné sur de simples soupçons mesdames et messieurs de la Presse?  Non seulement elle condamne faiblement, trop faiblement mais encore, la presse parle de condamnations sur de simples soupçons malgré le cas de la grande soeur! Quelle prudence linguistique! Est-ce que  la langue française n'a plus de sens au point où, pour ne pas choquer ou "stigmatiser" une communauté ON préfère dire que cette condamnation est basée sur des soupçons ??  Encore heureux que cette presse n'estime pas la condamnation trop lourde par dessus le marché! 

Que penseront les jeunes filles issues de la Tunisie, d'Algérie, du Maroc et d'Afrique si le fait d'être enlevées, battues et mariées de force n'a pas le mérite d'obtenir une sanction lourde, très lourde ? De la prison ferme au minimum, des dommages et intérêts conséquents  en faveur de la victime! payés par les auteurs des méfaits, prélevés sur leur revenus ou leurs biens et que tous le sachent jusqu'au fin fond du bled de ces pays aux moeurs des plus attardées concernant les femmes !

Le respect passe par l'exemplarité de la peine! Sinon, comme le disait Richelieu, il ne sert à rien de faire des lois si on ne les applique pas: cela revient à autoriser ce que l'on veut interdire! Qu'en pensez-vous messieurs les juges?

Plus le temps passe, plus j'ai honte de cette justice, de ce pays qui parle d' intégration et ne sanctionne pas ces méthodes de barbares des sables du désert! Le printemps arabe n'est jamais passé, encore moins dans les têtes de ces débiles de frangins!

 Aujourd'hui, je pense à ces jeunes filles à qui l'on reproche de porter le voile dans les cités! Moi le premier tant ce voile symbolise le déni des libertés de la femme ! Mais au fond, ce sont les élites au pouvoir en accord avec  la justice qui autorisent cet emprisonnement des femmes, c'est la justice qui enferme à l'envers !

Oui j'ai honte! Je suis écoeuré, éreinté par ces nouvelles qui s'additionnent chaque jour sur l'abandon des droits de la femme pour peu qu'elle soit musulmane! La femme est l'avenir de l'homme surtout musulman et c'est bien cela qui gêne ces abrutis de frangins et ces familles lobotomisées.

Gérard Brazon

************

Trois frères de 19, 25 et 26 ans, originaires de Tunisie et habitant en banlieue de Lyon, soupçonnés d'avoir voulu marier de force leur soeur de 18 ans, ont été condamnés mardi soir à six mois de prison avec sursis et deux ans de mise à l'épreuve pour l'avoir enlevée, séquestrée et frappée.

«Je l'ai vue par hasard dans le bus, elle avait l'air amaigrie», a déclaré le plus jeune des frères, le seul à avoir la double nationalité. «On a donné un coup de main pour essayer de la ramener à la famille», a-t-il ajouté, les bras croisés comme ses frères. Selon une de leurs avocates, Ingrid Poulet, ils leur fallait choisir entre «être un bon frère en respectant le désir d'indépendance de Mouna», ou «être un bon fils en faisant plaisir aux parents», qui maintenaient sur eux «une pression morale permanente». 

Ce matin-là, le 16 septembre, dans le quartier Grange Blanche à Lyon, Mouna avait été contrainte par ses aînés de monter dans la voiture paternelle qu'ils conduisaient, alors qu'elle se rendait à son travail. La jeune femme d'1,50 m et 45 kg s'était débattue et plusieurs témoins de cette scène violente avaient pu alerter les secours. Grâce à la plaque d'immatriculation, la police l'avait retrouvée une heure et quarante minutes après chez ses parents. Elle avait alors expliqué aux enquêteurs qu'elle tentait d'échapper à un mariage forcé en Tunisie.

A la barre, Salaheddine, Badreddine et Hassein, qui comparaissaient libres sous contrôle judiciaire, ont d'une seule voix expliqué avoir voulu ramener Mouna, qui ne donnait plus de nouvelles, à ses parents pour une fête religieuse.
«On l'a un peu poussée», a admis Salaheddine, alors que la victime déclarait avoir reçu un coup de poing et bénéficié d'un jour d'interruption temporaire de travail (ITT). 

Terrorisée, la victime ne s'est pas présentée à la barre

Trois mois auparavant, la jeune fille avait quitté le domicile familial à Vaulx-en-Velin pour habiter à Villeurbanne, chez sa soeur Safa de 21 ans, elle-même mariée de force depuis un an à un «membre de la famille», en Tunisie, d'après Chrystelle Panzani, qui défend les deux soeurs. L'aînée, qui vit aujourd'hui séparée de son époux, souhaite faire annuler son mariage. «Mouna ne va avoir d'autre choix que de rompre avec sa famille», a déploré leur avocate, saluant le courage de cette jeune fille qui «veut vivre sa vie comme elle la choisit».


Terrorisées, les deux soeurs ne sont pas venues témoigner devant le tribunal mais la procureur, Anne Lacombe, qui avait demandé cette peine «significative, dissuasive et protectrice», a dénoncé les actes de ces trois frères «bras armés du père, de la famille au sens élargi, de la tradition». Outre la peine de prison avec sursis, les frères auront l'interdiction de rencontrer la jeune fille durant deux ans et devront lui verser 2.000 euros de dommages et intérêts. En revanche, le tribunal a relaxé le frère accusé du vol du passeport de l'ainée de Mouna.

La famille, arrivée en France en 1994, compte dix enfants dont quatre filles. (Bonjour les aides sociales pour un tel résultat d'intégration! ndlr Gérard Brazon)  Aucun des garçons prévenus n'avait d'antécédent judiciaire et les trois ont une activité professionnelle.

LeParisien.fr

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

jpb 19/10/2011 13:57



il est temps de faire le ménage en France,avocat,juge,etc...il va être temps de remettre les pendules à l'heure ,on est pas au Maghreb,tous aux urnes pour 2012 voté massivement pour le FN ,pour
mettre un frein à ses débordements,