Quid de la vie musulmane quotidienne dans une armée française - par Gérard Brazon

Publié le 5 Avril 2011

          La vie musulmane quotidienne dans une armée française. Un musulman ne peut tuer un autre musulman disent les textes religieux. Quid d'une guerre face à une armée d'un pays à majorité musulmane.

      La question qui tue, celle que l'on ne pose jamais. Il y a combien de soldat français musulmans sur les théâtres d'opérations aujourd'hui ? La même en creux: Evite-t-on de mettre des soldats français musulmans en Afghanistan au contact avec l'ennemi?

   Certes, la question est dure. Elle oppose deux fidélités. La Française, celle que tous les citoyens doivent à leur pays et que l'on appelle le patriotisme ou l'amour de son pays. La religieuse celle d’un croyant et sa fidélité à sa religion.

Lorsqu'en France, certains demandent que soit reconnue la nationalité musulmane, la question mérite d'être posée sur ces priorités.

Un musulman est-il prêt à tuer au nom de son pays y compris un autre musulman ? Tout le reste n'est que balivernes. Qu'il y ait des aumôniers, du halal, des mosquées, etc. Tout le reste n’est qu’organisation et respect de l’autre à égalité de traitement. Mais… une armée en campagne a le devoir de savoir avec certitude que la première des fidélités de ses soldats soit celle qu'ils doivent à leur pays, leur drapeau. Est-ce le cas?

Vous pouvez être sûr que jamais cette question ne sera posée. Sans doute pour ne pas "stigmatiser". Pour autant, je suis certains que des sous officiers et officiers ont des éléments de réponses. Simplement en observant les réactions de ses soldats français musulmans. Dans le cas d’un doute sur la confusion des fidélités que se passera-t-il ? 

Le débat est ouvert, si des soldats connaissent la réponse ou ont un avis, qu'ils laissent leurs commentaires.

Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Jacques COUTELA 06/04/2011 07:14



Ce que je ne comprends pas ce sont les article que vous véhiculez et malgrés ça vous vous dite encore ump???? En pleine contradiction un peu comme la nouvelle droite populaire de Lucas qui a le
même programe que le FN et qui est encore ump??? Pour encore combien de temps???


Jacques COUTELA


http://la-valise-ou-le-cercueil.over-blog.com/



Francis CLAUDE 05/04/2011 15:06



pendant la guerre d'algérie nous distribuions aux militaires musulmans des rations FSNA,(Français de souche nord africaine)sans alcool et sans porc ce qui est trés normal nous nous avions des
rations normales avec alcool et porc....



Francis CLAUDE 05/04/2011 14:57



encore un faux probléme soulevé par notre angélisme bobo.pendant la guerre d'algérie(oui le premiére celle que nous avons faite en algérie) nos Harkis ont bien tuer et plutot deux fois qu'une
leurs fréres de sang qui plus est, non la encore il y a provocation seulement la elle risque si cela est vrais couté la vie de bien de nos fils "sou-chiens" un souchien averti en vaut deux!!!!



Esther 05/04/2011 12:47



Personnellement si l'on sert des repas "hallal" en ration...cela me paraît dans le vivre ensemble et le respect de chacun...!


Ou je m'insurge c'est l'obligation de servir à tous...du hallal ou plus de porc, sous prétexte qu'il y a des musulmans dans les groupes...!


Quant à connaître leur positions s'ils doivent s'impliquer face à d'autres musulmans ennemis....Je vous laisse "JUGE"...!


 



Claude Germain V 05/04/2011 11:48



Tout est dit : qui à peur de l'Islam en
France.???



L’armée française organise le pèlerinage à la Mecque de ses soldats musulmans


Par Yann le 17 septembre 2009



C’est par la presse anglophone que nous l’apprenons, les médias français n’ayant manifestement encore rien publié sur le sujet : foulant aux pieds la loi de 1905 sur la laïcité, l’armée
française organise cette année le pèlerinage à la Mecque de ses soldats musulmans. Gageons que cette scandaleuse initative doit faire grincer quelques dents au sein de la Grande Muette. Du
moins, espérons-le.






Les musulmans de l’armée française qui se rendent en pèlerinage à la Mecque cette année n’auront pas besoin de prendre de vols commerciaux pour s’y rendre ni
de loger avec le commun des mortels. Rompant la tradition, le ministère de la défense va affréter un avion pour les envoyer en Arabie Saoudite, et organisera également leur
séjour.


Pour tout gouvernement occidental, il serait inhabituel d’organiser un pèlerinage à la Mecque. Ce l’est d’autant plus ici, dans un pays qui tient tant à sa laïcité qu’il légifère sur ce que les
jeunes musulmanes peuvent porter à l’école, et envisage de bannir le voile qui couvre le visage.


Mais pour Mohamed-Ali Bouharb, capitaine de gendarmerie tiré à quatre épingles qui a organisé la semaine dernière les derniers préparatifs pour le pèlerinage, cela constitue un pas de plus vers
la « banalisation » de l’islam à l’instar des autres religions.


« L’armée est toujours en avance sur la société », explique le capitaine Bouharb, l’un des 30 aumoniers musulmans récemment recrutés par l’armée. « Et elle est imperméable à toutes
les questions sociales et au débat de l’extérieur. »


Alors que dans le reste de la société française, religion et État sont séparés, l’armée a commencé à satisfaire son personnel musulman d’une manière qui serait inconcevable hors des casernes.


Elle sert désormais des repas halal, et met à disposition lorsque c’est possible, des salles de prières. La semaine dernière, l’aumônerie musulmane a publié la première édition de son magazine,
pleine de photos de mosquées, de recettes pour le repas de fin de Ramadan, et un article qui ne ferait pas sourciller dans un magazine français. Son sujet : comment dit-on “je t’aime” ?.


« Ce qui est vraiment intéressant, c’est que tout en respectant complètement l’esprit laïque de la France, nous n’en sommes pas pour autant si loin de la vision anglo-saxonne » dit le
capitaine Bouharb. « Une photo de mosquée dans un magazine d’un service public laïc, voilà qui est nouveau. »


La France a la plus importante population musulmane en Europe, estimée entre cinq et sept millions d’individus, en d’autres termes entre 7 à 10% de la population française.


Il n’existe pas de statistiques car, officiellement, l’État ne recueille pas de données à caractères ethnique, religieux ou racial. Mais le ratio de militaires dans l’armée, y compris la
gendarmerie ou la police nationale, est du même ordre que celle de la population générale, selon le capitaine Bouharb et d’autres officiers.


Les soldats et officiers de police qui se rendront à la Mecque grâce à l’armée devront débourser 3 000 euros, soit moins que ce qu’ils auraient à payer en voyageant avec la plupart des agences de
tourisme privées. Hébergement et guides seront organisés par le ministère de la défense saoudien.


Source : The Globe and Mail
Traduction d’extraits Bivouac-ID