Quitter l'UMP: C'est seulement retrouver sa liberté et ses valeurs....

Publié le 27 Décembre 2012

Je ne suis pas le premier a avoir quitté l'UMP et ne serai pas le dernier.Mais là il s'agit du frère de Roselyne Bachelot. La même qui doit considérer son frère comme une peau d'antilope sur un tam tam. Elle qui se permet de cracher sur Nicolas Sarkozy et fait des déclarations incendiaires contre l'UMP après les Présidentielles se permet trop souvent de donner un avis ou faire des leçons de fidélité alors qu'elle ferait mieux de se taire.

Gérard Brazon

*****

Quand il s’agit d’évoquer la candidature de son frère cadet, Jean-Yves Narquin, dans la 3e circonscription du Loir-et-Cher,  ne semble guère à l’aise. « Je ne veux pas en parler, c’est totalement exclu », répond sèchement l’ex-ministre de , avant de mettre fin immédiatement à la conversation. 

La raison? Le fait qu’il soit en campagne… soutenu par le de Marine Le Pen. « Je ne mélange jamais les choses politiques et la famille », se justifie-t-elle, oubliant de préciser qu’il a été son assistant parlementaire pendant dix ans.

Lui ne voit pas où est le problème. « Je suis juste un ex-RPR qui ne se reconnaît pas dans l’UMP », explique Jean-Yves Narquin, 62 ans, maire de Villedieu-le-Château et candidat divers droite en 2007 dans cette même circonscription où il a affronté le sortant Maurice Leroy (NC-UMP). (...)

Le rapprochement avec la patronne du FN est récent. « J’ai apporté ma signature au moment des parrainages à la présidentielle par souci démocratique », explique celui qui se définit comme un « gaulliste par filiation ».

Jean Narquin, son père, ayant été résistant puis député du Maine-et-Loire pendant vingt ans. « Marine Le Pen est entrée en contact avec moi pour me remercier. Nous nous sommes rencontrés à Paris et c’est là qu’elle m’a proposé d’apporter son soutien à ma campagne. » Il précise qu’il n’a pas pris de carte au FN. Mais selon lui, sa candidature a valeur de test. « On va voir la capacité du FN à s’élargir au-delà de son propre nom, insiste Jean-Yves Narquin. Et je suis convaincu d’une chose : la reconfiguration de la droite est en marche, et elle doit se faire avec le Front national. »

Quant à la ligne politique du parti frontiste, il ne semble pas trouver à y redire. « Avant de dire oui, j’ai pris le temps de lire les vingt pages du programme présidentiel de Marine Le Pen, en me demandant à quel moment ça allait coincer, se souvient le candidat. Et finalement, j’ai tout lu sans jamais m’arrêter. Je n’ai rien trouvé d’inacceptable. » (C'est exactement la même démarche que j'ai faite par la suite! ndlr Gérard Brazon)

Et qu’en pensent les gens dans sa circonscription? « Je n’ai pas reçu le moindre commentaire négatif », jure-t-il, tout en faisant fi de l’embarras que peut causer sa candidature pour sa sœur. « J’ai toujours eu des relations franches et cordiales avec Roselyne, confie-t-il. Elle n’a pas cherché à m’en dissuader. Et de toute façon, son influence sur moi est quasi nulle. »
Le Parisien

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

yves IMBERT 28/12/2012 08:44


Vous fondez beaucoup d'espoir sur le RBM, pour ma part je suis comme la fosse, sceptique,  au regard des déclarations à géométrie variable de  Philipppot, aussi enarsque qu'incompétent,
et de Marine


 

DURADUPIF 27/12/2012 11:27


Bon sang ne saurait mentir. Si ce n'est pas toi c'est donc ton frère !

L'EN SAIGNANT 27/12/2012 10:49


À L'ATTENTION des RESPONSABLES d'ÉMISSION:


Y Aurait-il moyen qu'un "CORRECTEUR" nous évite ces trop courant TRONQUAGES de TEXTE à DROITE.?  C'est plus que pénible et ça le rend très souvent TOTALEMENT INCOMPRÉHENSIBLE . ! Merci d'y
penser (signalé pour la Nième fois .!)