Quitter la France ?

Publié le 1 Janvier 2012

Quitter la France ?

espoir
« Si t’es pas content ici, pourquoi tu vas pas voir ailleurs si c’est mieux ? »
 
« ah, tu pars, tu quittes le navire, et bien il n’y a pas de quoi se vanter »
 
« Partir, c’est trahir la France, c’est être lâche. Mes grands parents se sont battus pour préserver notre liberté, si je pars je suis un fuyard. »
 
« je n’ai plus rien à attendre de la France, j’ai perdu tout espoir. Je ne me sens plus chez moi, la France que j’ai aimé est en train de disparaître »
 
« partir, oui mais où ? »
 
« partir, c’est abandonner la France aux envahisseurs, c’est reconnaître implicitement qu’ils ont gagné »
 
« Est ce que je ne vais pas retrouver ailleurs les mêmes problèmes ? »
 
« à quoi bon lutter, nos élites et nos médias ne nous soutiennent pas, ils ne défendent pas les valeurs auxquelles nous sommes attachés, nous sommes fichus »
 
« rester et critiquer la France, c’est incohérent : ou l’on critique et on part, ou on arrête de se plaindre »
 
« seuls, on ne peux pas lutter »
 
« si on quitte la France, on n’a plus le droit à la parole »
 
Ce sont, tout au long de l’année, quelques unes des remarques que nous lisons.
 
De tous temps les hommes se sont déplacés. Famines, guerres, crises économiques, dictatures, terreur. Massacres et pogroms contre les Juifs en Europe, expulsion des Juifs et massacres des Chrétiens en terre d’islam, corruption et abandon des peuples d’Afrique du Nord et subsaharienne par leurs dirigeants. Rêve d’un mieux être ailleurs. Les raisons ne manquent pas et ne changent pas.
 
Partir demande du courage. C’est la dernière aventure possible dans un monde de touristes, un monde réduit par la facilité de commuter et de s’informer, et c’est une aventure risquée qui demande le courage d’affronter l’inconnu. Prendre des risques, c’est tout ce que l’Etat nous a habitué à ne plus faire.
 
Mais partir et transporter avec soi les causes du mal, c’est exporter le mal au lieu de s’en défaire. Si vous êtes en âge d’avoir des enfants, combien en aurez-vous dans le pays ou vous émigrez ? Continuerez-vous sur la ligne suicidaire européenne ? (en clair, le seuil de renouvellement des générations exige que vous fassiez trois enfants au moins, et c’est non négociable)
 
Partir en espérant que l’Etat d’accueil vous prenne en charge, vous aide, vous assiste et se conduise comme une maman bienveillante, c’est partir vers les mêmes difficultés : les pays qui s’en sortent n’offrent pas ou très peu d’aide, et les pays qui assistent sont tous dans la même impasse. Etes-vous prêt à prendre en mains votre vie de manière adulte et responsable, à vous défaire des réflexes que la société française vous a inculqués ? 
 
Rester aussi demande du courage. Rester, c’est accepter une démocratie confisquée, c’est accepter d’être méprisé, traité comme des êtres inférieurs par les élites et les politiques. C’est accepter de perdre encore plus de notre pouvoir d’achat, accepter l’augmentation de l’insécurité, le renversement des valeurs, et le spectre du chômage, sans pouvoir rien faire, tout en observant nos voisins, ceux qui ne souffrent pas de tous ces maux, rire doucement de nous et s'épanouir.
 
Immobilisé en voiture, nous avons l’habitude de dire que nous sommes bloqué dans un bouchon. En vérité, nous SOMMES une partie du bouchon.
 
Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous : 
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

island girl 02/01/2012 12:11


J'ai quitté une grande et magnifique maison entre le bois de vincennes et les bords de marne pour une petite villa blanche et bleue avec une vue  splendide,pas de pollution,ni de voitures
qui brulent ,ni mosquée....des automobilistes courtois qui ont plaisir à céder le passage,pas de feux tricolores ,saluer les gens dans la rue (meme sans les connaitre),respecter les autres...des
notions qui existaient sans doute en province il y a des années...je n'ai pas envie (meme pour les vacances) de retourner en métropole ,mais je suis encore rattachée à la france !

marco 02/01/2012 09:41


Personnellement je n'ai jamais envisagé de quitter mon pays même sous la pression des envahisseurs,quelqu'ils soient,je ne me soumettrais jamais je lutterais toujours,lutter tout seul on ne peut
y arriver,mais lutter a deux,c'est déjà une armée,et ça entraine...

tiot 02/01/2012 09:16


salut


j'aime bien ce blog pour la liberté d('expression


Je viens de m'inscrire à la newsletter


Je vous mets en lien spécial


Je vous mets BLOG du mois sur ma page d'accueil


Bonne continuation


Bonne journée du lundi

francis Claude 02/01/2012 05:08


et oui mais il faut en bons citoyens que nous sommes attendre la Présidentielle...mais aprés il ne nous restera plus que........................................................................les
armes!!!!!si

23bixente23 01/01/2012 21:42


- mouais, moi à part les armes, je vois pas d'autre solution: l'offensive africano-arabo-musulmane modérée & aliés, y compris les zélites pourries et autres bobos à la con, concernent TOUT
l'Occident, pas un pays ni continent n'est épargné. même les usa et ces pauvres canadiens sont gangrénés...


- alors partir, oui mais où ?! à part Israël, je ne vois pas d'Etat démocratique ayant une politique de "mise au pas" de ses citoyens musulmans genre "tu nous respectes et tu respectes nos
lois, ou tu te casses, c'est non-négociable"... 


et si d'un côté ils les tiennent, restent ces "palestiniens" de m... prêts à tout pour détruire Israël, avec le soutien de tous les pays arabo-musulmans et sympathisants, ce qui fait que je
ne suis pas certain de m'y sentir bcp plus à l'abri de la vérole islamiste modérée... 


sans parler de l'hébreu à apprendre, c'est chaud...


- donc hormis Israël, où aller pour être à l'abris de l'engeance nous faisant la guerre dans nos propres pays en utilisant nos propres "armes" et se servant de notre démocratie (si on peut
appeler ça comme ça, vu que la France et les autres pays européens n'ont jamais connu la vraie démocratie...) pour nous flinguer ??


une île déserte ? bof bof, perso je m'y ferais vite chier, sans oublier que tôt ou tard, le maudit croissant  risquerait d'y venir pointer son groin...


 


- restent donc les armes, et ça ne me réjouis guère.... j'aime souhaiter la bonne année à mes potes en rigolant et en la leur "souhaitant longue et dure"; je crains malheureusement que ce
"souhait" ne se réalise pour tout le monde (sauf les habituels privilégiés...) et que l'année 2012 le soit effectivement, "longue et dure"...

Claude Germain V 01/01/2012 19:08


A mons d'etre multimillionnaires biens sur la solution est de trouver une ile ou de iles gigantesques pour pouvoir y recreer une autre société sur des bases saines ; dont Le PREMIER COMMANDEMANT
TOTALEMENT IMPITOYABLE SERAIT CELUI CI : TOUT CITOYEN  ,MONTRANT UNE FORME OU TENTAVIVE DE PRISE DE POUVOIR QUELCONQUE OU TOUTE TENTATIVE
D'ENRICHISSEMENT SUR LE DOS D' UN AUTRE CITOYEN, SERA IMMEDIATEMENT ELIMINE .


Déja pour commencer aller trouver  une ou des iles gigantesques pour y installer une population TRIEE SUR LE VOLET n'important pas l'islam ,pas facile ,et puis trop de criteres a
prendre  en compte ,armement ,protection gouvernance etc...etc....


Dans quelques temps il ne restera plus qu'aux resistants  : LES ARMES ,...... a moins d'un miracle ???????