Refus de la rigueur pour les parlementaires ! Par Gérard Brazon

Publié le 9 Novembre 2011

Le Président Accoyer ne souhaite pas appliquer la rigueur à son porte monnaie! Ce qui ne l'empêche pas de faire voter des lois pour celle qui s'appliquera bientôt au peuple et surtout et encore une fois à la classe moyenne qui n'en finit pas de subir!

Cette Assemblée Nationale de droite comme de gauche a déjà montré par le passé son aversion pour toutes les lois qui remettraient  un tant soi peu en cause, le statut priviliégié des élus. A commencer par les retraites! Il est plus facile de voter la réforme des retraites de gens qui bossent 41 ans et plus, que celle des élus qui n'exercent pas un métier mais une charge au service du peuple.

Je vais encore passer pour un populiste mais je m'en moque! Le premier devoir d'un parlementaire est l'exemplarité de son comportement. Dans ce domaine, cette exemplarité est plutôt rare! Les parlementaires et le premier de tous, le Président de l'Assemblée Nationale, devraient comprendre que le peuple attend autre chose de ses élus, que des lois qui ne s'appliquent pas à eux-mêmes. Très vite, il va finir par penser que les aristocrates sont de retour avec de nouveaux habits. 

Ces parlementaires se grandiraient à montrer l'exemple en se serrant la ceinture eux-aussi ! Mon propos n'est pas de les rendre indigents! De pouvoir leur donner un euro dans le métro, à la sortie de la station Concorde, je sais qu'un élu bien payé est un élu qui sera moins corruptible, mais cette exemplarité aurait eu de la gueule tout de même, et sans doute, aurait-elle pu réconcilier le peuple avec la politique.

Ce refus sera destructeur. Merci Monsieur le Président Accoyer, continuez à bien dormir dans votre palais doré en bord de seine! ! 

J'attends de voir la réaction du nouveau Président du Sénat socialiste! Va-t-il proposer un serrage de ceinture à ses sénateurs qui ne semblent pas trop souffrir non plus de la crise? 

Gérard Brazon

****** 

Le groupe UMP de l'Assemblée a refusé mardi de réduire de 10 % les indemnités des députés français, comme le proposait l'un de ses membres pour faire participer la représentation nationale à l'effort de rigueur auquel sont soumis les Français. 

Lionnel Luca, l'un des chefs de file du collectif de la Droite populaire, l'aile droitière de l'UMP, a proposé un amendement au projet de budget pour 2012 dans le cadre des mesures d'économies supplémentaires présenté lundi par le Premier ministre, François Fillon. Le député des Alpes-Maritimes affirme dans le texte de son amendement signé par 21 de ses collègues UMP (sur 307) (On ne dit pas combien de socialistes et autres auraient acceptés de signer ce texte! Ndlr de Gérard Brazonque cette réduction permettrait une économie de 5 millions d'euros qui s'ajouterait à celles réalisées grâce au gel des salaires du chef de l'État et des membres du gouvernement.

"C'est un sujet qui a été évacué, qui est réglé. Il y a un gel des indemnités des élus depuis deux ans et ensuite des économies très importantes ont été faites à l'Assemblée", a déclaré Christian Jacob, le président du groupe majoritaire, à l'issue de la réunion hebdomadaire des députés UMP.7!

"Il n'y aura jamais de limite"

Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP), est également intervenu. "La proposition de M. Luca aurait un impact de 5 millions d'euros, c'est peu de choses par rapport aux 180 millions d'euros d'économies que l'Assemblée nationale a réalisées en cinq ans en stabilisant son budget et en le diminuant cette année de 3 %", a déclaré Bernard Accoyer à la presse. "L'indemnité parlementaire est strictement calquée sur l'indemnité d'un haut fonctionnaire, et ce lien a un sens. Si, un jour, les salaires de la Fonction publique devaient être baissés, ce qui n'est absolument pas le cas aujourd'hui grâce aux mesures qui ont été prises jusque-là, la question se poserait bien entendu de suivre cette baisse", a expliqué le président de l'Assemblée. "Il faut se garder de rompre ce lien qui est extrêmement important ; sinon, faut-il baisser de 2 %, 5 %, 10 %, 20 %, et il n'y aura jamais de limite ?" a-t-il poursuivi. 

En revanche, a-t-il lancé, "si M. Luca considère qu'un député en situation de cumul des mandats, disposant de moyens dans l'exécutif local où il siège, veut abandonner une part des indemnités qui sont les siennes, il peut le faire, il y a d'ailleurs un certain nombre de parlementaires qui l'ont fait." Lionnel Luca est vice-président du conseil général des Alpes-Maritimes. L'indemnité des parlementaires français, de 5 200 euros net, "est située dans la moyenne basse des indemnités parlementaires des pays comparables aux nôtres", a ajouté Bernard Accoyer. Les députés disposent par ailleurs d'une indemnité pour leurs frais de représentation et de secrétariat de 5 800 euros net, et d'un crédit mensuel de 9 000 euros, géré par l'Assemblée, pour rémunérer leurs assistants. 

Le Point.fr

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Marie-Claire Muller 09/11/2011 19:09



Quant au Sénat passé à gauche il y a d'autres inquiétudes à avoir, celles concernant l'avenir de nos enfants !!!Tous complices pour ruiner et vendre le Pays aux arabes et ce ne sont pas nos
médias qui en parlent, mais ceux d'Algérie!!!tout se complote dans notre dos!La voix du peuple doit se faire entendre:


 


> > VICE-PRESIDENTE 


> > DU SENAT
FRANCAIS 


> >
> > > > > 


> > c’ est une première mais ce ne sera certainement pas la dernière !


> >
> > > > > 


> > Le sénat ayant basculé à gauche, pour la première fois depuis plusieurs décennies, le Parti socialiste, vainqueur, a élu son Président. il
est, comme de bien entendu, socialiste.


> > Mais les autres responsabilités n’ avaient pas encore été attribuées ou, tout au moins, nous les avait-on tues.


> > c’ est le quotidien algérien Liberté Algérie, dans sa rubrique « radar » qui
nous donne la primeur de cette information.


> > "L'Algérienne, Bariza Khiari, proche de Laurent Fabius, a été nommée vice-présidente de la Chambre haute du
Parlement."


> > Qui est Bariza Khiari ?


> > Elle est née le 3 septembre 1946, dans les Aurès (Algérie). Après ses études, elle obtient un diplôme d’ études supérieures (DESS) qui lui
permet d’ être admise à une formation continue à l’ ENA.


> > Jusque là, tout va bien mais…


> > Elle est une militante du MRAP.


> > Et, aussi, fondatrice du Club XXIème
siècle, en 2004, avec Rachida Dati et Rama Yade. [Valoriser l’ atout de la diversité pour l’ égalité des chances. Vous savez, les chances pour la France.]


> > Pour finir et afin de mieux cerner la personnalité de cette toute nouvelle vice-présidente du Sénat Français,nous sommes allés interroger
Wikipédia qui nous livre sa déclaration première :


> > « Je suis musulmane sunnite, de rite malikite et de tradition soufie... »


> > «... Et notre islam est un islam apaisé, ouvert, tolérant, en cohérence avec la tradition laïque française. »


> > Là, on commence à réfléchir.


> > Le sunnisme est le courant
religieux majoritaire chez les musulmans qui représente la ligne de conduite de Mahomet (Coran).


> > Le malikisme est un courant du sunnisme et l’imam Malik appliquait sans restriction le Coran. Courant religieux majoritaire en Afrique
du Nord, en Egypte, au Soudan…


> > Le soufisme  est une quête philosophique  et religieuse
dans l’Islam spirituel, mystique et ascétique de l’islam.


> > Et, tout ça est en cohérence avec la tradition laïque, Madame Bariza Khiari ?


> > On en doute.


> > Mais on s’ affole vraiment,  lorsqu’ on entend cette laïque, sunnite, malikite et soufie,  déclarer que
"sa première tâche" à ce poste prestigieux du Sénat français, sera, on cite le quotidien algérien :


> > « De s’ attaquer à la circulaire de Claude Guéant, durcissant les conditions de séjour des étudiants étrangers après l’ obtention de
leur diplôme. Elle devrait présenter une proposition de résolution favorisant l’ emploi des étudiants étrangers sur le territoire français tout en facilitant les « aller-retour » avec leur pays
d’ origine. »


> > Madame Khiari, en parlant de ces futurs diplômés, qu ’elle nomme pudiquement « étrangers », ne
trompe personne.


> > Ne reprend-elle pas, là, en effet, les exigences de l’Etat algérien qui insiste lourdement auprès de notre pays, pour cette mesure qui
consiste à une libre circulation des algériens vers la France ?


> > Libre circulation à sens unique, comme nous l’ avons dénoncé, à plusieurs reprises, dans les petits échos.


> > Nous avions, pourtant, prévenu nos compatriotes que, si la gauche arrivait au pouvoir, la France algérienne
arriverait, très vite, avec eux.


> > Eh bien ! c’ est fait.


> > Sans avoir attendu l’ élection présidentielle, le Sénat, la deuxième Autorité de la République Française après l’Elysée, vient de nommer une
algérienne qui compte bien - et très vite - imposer la loi algérienne en France.


> > Une question nous tarabuste, néanmoins.


> > Nous savons que selon la Constitution si,  pour une raison X ou Y, le président français venait à ne plus pouvoir exercer sa fonction,
le Président du Sénat est celui qui le remplacera par intérim.


> > Imaginons une seconde que les deux viennent à manquer en même temps. Plus de président de la République, plus de président du
Sénat…….


> > Est-ce le vice-président du Sénat qui prendrait (par intérim) les rênes de la France ?


> > Oh ! Comme on craint que quelqu'un nous la donne, cette réponse !!!


> >



jpb 09/11/2011 13:04



il va de soit qu'il va falloir reconstruire l'échafaud pour ses seigneurs!!!!