Ramadan: en 10 ans, les dégâts de l'islamisme sont clairement établis.

Publié le 25 Juillet 2011

Les dégâts de l'islamisme continue. Cette religion et surtout ses rites se propagent avec la complicité objective, consciente des grandes entreprises.

Le Ramadan a un coût pour les entreprises et surtout pour la sécurité sociale. Le nombre d'arrêts de maladie pour fatigue s'envole lors de ces ramadans qui, en outre, sont une aberration sanitaire. Ne plus rien manger ou boire dans la journée pendant plus de 12h, provoque des difficultés pour la santé. Puis, se goinfrer le soir et tôt le matin n'arrange rien bien au contraire. C'est une stupidité sanitaire. D'où une grande fatigue et des arrêts de maladie à la chaîne en suivant. Le mieux serait que les entreprises demandent aux musulmans s'ils souhaitent faire le ramadan et proposer sinon imposer les congés payés sur cette période. Dans tous les cas, il est anormal que la société, la sécurité sociale paient pour des rites religieux.

L'article que vous allez lire et le point de vue de musulmans! cela va sans dire et vous prouvera que l'islam est le bienvenue sur notre terre de France, notre République laïque. Tout ce que les politiciens pourront vous dire d'autres n'est que fadaises.

Gérard Brazon

******************************

Par un blog musulman: http://www.bladi.net/ramadan-france-2011.html

Le Ramadan, inconnu du grand public auparavant en France, est depuis près d’une décennie l’une des pratiques religieuses musulmanes les plus tolérées et les plus populaires de l’Hexagone, où l’Islam est la deuxième religion du pays après le christianisme. Pendant ce mois, les musulmans de France perpétuent cette pratique, au point que l’on peut parler aujourd’hui d’un Ramadan de France.

 

Les préparatifs vont bon train. Les échos qui nous parviennent de certaines régions de France parlent de rayons entiers de grandes surfaces dédiés aux produits consommés lors de ce mois de jeûne.

Du chebakia en passant par les dattes, mssemen congelés, crêpes et autres recettes précuites, on retrouve de tout dans certains supermarchés, qui déploient de gros moyens pour communiquer autour de ce mois, grande manne financière pour ces commerces.

Le souk de Barbès, dans le dix huitième arrondissement de Paris, se serait déjà préparé à accueillir le Ramadan. Ce marché ne diffère en rien des souks qu’on retrouve un peu partout au Maroc. Des vêtements traditionnels marocains et babouches aux chouafates (voyantes) et fqihs qui vous fabriquent des sortilèges (hjab en dialectal marocain), vendeuses de crêpes, de chebakia, de gâteaux et d’autres recettes marocaines consommées pendant Ramadan, notamment la soupe (hrira), étalent leur marchandise à longueur de journée.

Les cafés et restaurants du quartier affichent déjà en grandes pompes leurs succulents menus d’Iftar (rupture du jeûne).

L’ambiance reproduite dans ces lieux, que l’on retrouve aussi à Clichy, Saint Denis et plusieurs autres quartiers de Paris, comme un peu partout en France, où sont installés des musulmans et notamment marocains, reflète l’attachement de cette communauté à ses valeurs ancestrales, à sa religion et aux questions identitaires, que la première et deuxième génération d’immigrés se fait un devoir d’inculquer à ses enfants.

Paris, Marseille, Lyon et Strasbourg sont les villes de l’Hexagone où la société civile marocaine et musulmane se mobilise le plus pour organiser des cérémonies d’Iftar collectif. Les locaux d’associations et de mosquées se transforment en gigantesques restaurants gérés par des bénévoles, où sont servis des repas gratuits dans une ambiance très sereine. Même les quartiers à risque en France deviennent paisibles durant ce mois.

Des Français habitant les banlieues, dont les habitants sont en majorité musulmans, affirmaient ainsi au quotidien marocain Akhbar Al Yaoum lors d’un reportage tourné pendant le Ramadan 2010, qu’ils auraient bien voulu que ce mois dure plus longtemps, car leurs quartiers deviennent très calmes et les jeunes, souvent violents, deviennent pieux durant ce mois.

Les politiciens français ne sont pas en reste pendant le Ramadan, puisqu’ils en profitent pour se rapprocher de leurs électeurs musulmans. Même le président français Nicolas Sarkozy profite de ces cérémonies d’Iftar pour transmettre des messages séducteurs à la communauté musulmane.

Côté travail, plusieurs entreprises françaises s’adaptent aux contretemps de leurs employés musulmans et font tout pour que ce mois se passe dans les meilleures conditions, allant jusqu’à aménager des horaires spéciaux pour ses salariés musulmans.

Chez Areva, Carrefour, Suez-environnement ou encore EDF, qui a produit un guide intitulé "Repères sur le fait religieux en entreprise" et entrepris des formations internes sur l’islam, une véritable réflexion est engagée autour de cette question.

Pour Dounia Bouzar, anthropologue et auteur de "Allah a-t-il sa place dans l’entreprise ?", citée par l’AFP, Ramadan est "la revendication religieuse qui fait le moins peur" car "les managers n’ont pas le sentiment que cela divise les travailleurs". Pourtant, certains travailleurs musulmans continuent à faire Ramadan en cachette, de peur d’être considérés comme des intégristes !

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

isabelle 26/07/2011 01:30



Moi aussi, cette remarque sur le calme des "jeunes souvent violents" lors du ramadan m'a frappée.


Quel aveu !


Ces jeunes souvent violents deviennent pieux pendant le ramadan ! Et le reste du temps, alors ? Ils ne sont pas pieux ? C'est quoi la piété pour eux ?


Et le gars qui a écrit le texte ne s'émeut pas plus que ça de cette violence. Ahurissant !



rosalie 25/07/2011 19:38



Il serait justement temps que ces valeurs ancestrales évoluent ou bien se fassent ailleurs qu'en entreprise. C'est absolument inadmissible que les entreprises acceptent de se plier à des coutumes
qui ne devraient pas sévir dans notre pays. Combien d'arrêts de maladie, d'absences injustifiées au moment du ramadan, combien d'agressions envers ceux qui ne le respectent pas. C'est une
religion intolérante et avilissante. Quant aux quartiers calmes pendant le ramadan, n'est-ce pas une manière d'avouer que les jeunes qui fichent la pagaille dans nos banlieues sont à majorité
musulmane? Moi je connais des enseignants heureux quand le ramadan a lieu pendant la classe car eux aussi pendant ce mois là, ils ont la paix grâce aux absences et aux célébrations qui les
éloigne de l'école publique.



Francis CLAUDE 25/07/2011 18:39



une abberation de plus de notre république soit-disant laique!.


ils nous imposent le halal


les priéres dans nos rues


les voiles pour leurs femmes(pardon esclaves)


veulent supprimé la viande de porc dans nos cantines publiques


veulent des horaires pour leurs esclaves dans nos piscines municipales (voir aubry/brochen)


interdisent aux Français certains quartiers qu'ils veulent "de non droit"


et voudraient nous imposer la loi coranique...


bien entendu ma liste n'est pas exhaustive, car tous les jours ils en veulent plus et encore, alors le ramadan n'est qu'une preuve de plus de la collaboration de nos politiques envers une
population qui tape du poing sur la table et obtiens ce qu'ils veulent face a des pleutres sans honneur