Rapport du Haut Conseil à l’Intégration par Résistance Républicaine.

Publié le 4 Mars 2011

               Nous avons vu à travers les articles de Bonapartine combien notre école est malade. Combien le communautarisme progressait. Combien le fait religieux islamique devenait prégnant devant l'insouciance ou l'inconscience de ceux qui nous gouvernent depuis 35 ans.

            Il ne suffit plus désormais aujourd'hui de parler de la laïcité, de nos racines chrétiennes, de la nation, pour oublier que cette défaite de l'éducation nationale n'est pas une défaite mais bien un abandon, une fuite devant l'ennemi, une retraite si ce n'est un exode des valeurs de la république. Cet état de déliquescence de l'enseignement dans nos écoles est patent et devient évident pour la plupart des français. Ce n'est pas de simples promesses qui suffiront à renverser la vapeur mais de véritables engagements.

      Lire l’extrait de ce rapport sur Résistance Républicaine ainsi que les Chapitres de ce rapport en fin d’article.

Gérard Brazon

 

Il faut lire ce rapport officiel, paru sur le site de la Documentation française, qui dit les horreurs du communautarisme et d’une soi-disant religion, l’islam, qu’on n’a pas obligée à respecter les lois et les valeurs de notre pays.

Quelques extraits, au hasard…tirés du chapitre 3, l’école aux prises avec des difficultés d’ordre culturel.

l’école est fortement exposée, dans certains quartiers populaires, aux tensions ethnoculturelles. Le communautarisme progresse avec des demandes aménagements de différentes natures pour tenir compte de pratiques religieuses ou supposées telles. En outre, la fracture culturelle qui peut exister entre certains immigrés et la grande majorité de la population crée de profonds malentendus sur la mission de l’école en termes d’intégration sociale et culturelle à la nation française.

3.1.2 Le bien commun en danger

A tous les niveaux de la scolarité, les témoignages recueillis par le HCI font état d’obstacles croissants.

Ainsi, il n’est plus rare que, dès l’école primaire, des parties du programme soient refusées : alors que le programme d’histoire en CM1 prévoit expressément « les Gaulois, la romanisation de la Gaule et la christianisation du monde gallo-romain », au même titre que l’étude « des conflits et échanges en méditerranée au Moyen Âge : les Croisades, la découverte d’une autre civilisation, l’islam », des enseignants se voient systématiquement opposés un refus de parents musulmans à l’étude, par leurs enfants, de la christianisation. Les

mouvements migratoires, conséquences des Croisades sont remis en cause au prétexte que les Chevaliers n’ont pas existé ou que dans le meilleur des cas, ils n’ont jamais atteint le Proche- Orient ! Qui imaginerait que l’éducation musicale soit contestée ? Pourtant, des enfants refusent de chanter dans une chorale ou de jouer de la flûte à bec au prétexte d’une interdiction religieuse.

Ainsi, la pression religieuse s’invite au sein des cours et dans la contestation ou l’évitement de certains contenus d’enseignement. Ainsi, les cours de gymnastique et de piscine sont-ils évités par des jeunes filles qui ne peuvent être en mixité avec les garçons. Ces dispenses d’enseignement, parfois justifiées par des dérogations médicales « de complaisance », pose le problème du vivre ensemble entre filles et garçons. Il arrive que des enseignants, désemparés devant le peu d’élèves à la piscine lors du ramadan, cherchent auprès de l’imam le plus proche la justification religieuse à pouvoir suivre les cours dispensés. Par une volonté de bien faire, ces enseignants contreviennent alors au principe de laïcité et inscrivent de fait la religion comme ayant force de loi. (...) Lire la suite sur Résistance Républicaine

Les Chapitres. Vous trouverez en fin le lien pour lire le rapport en entier.

Avant-propos 

I. Relever les défis de l’intégration à l’école,  

L’école, espace d’intégration sociale et culturelle 

Introduction............................................................................................ 

1 - Qui sont les élèves immigrés ou issus de l'immigration ? ..................................................... 

2. Une surreprésentation géographique des jeunes de l'immigration ........................................ 

3.  Des élèves  de famille ouvrière, habitant souvent en ZUS.................................................... 

1 L’évolution de la politique scolaire d’intégration ............................... 

1.1 Généalogie des textes officiels et des orientations .............................................................. 

1.1.1 La loi énonce des principes ....................................................................................... 

1.1.2 La réglementation témoigne progressivement de l’existence d’une problématique 

qui dépasse les seuls élèves nouvellement arrivés............................................................ 

1.2. Accueillir dans l’école les ENAF..........................................................................................

1.2.1- De la classe ordinaire à un catalogue de structures ou dispositifs........................... 

1.2.2 La multiplicité des structures ne constitue pas une politique de scolarisation 

cohérente............................................................................................................................ 

1.2.3 Un système peu compréhensible par des parents qui ne maîtrisent ni la langue ni 

les codes de l'école ............................................................................................................

1.2.4  Des données statistiques trop globales qui rendent difficiles les analyses .............. 

1.2.5 Quelle est la valeur ajoutée par cet ensemble de structures ou de dispositifs ?....... 

1.3 Les ELCO : transmission d’un héritage ou frein à l’intégration ? ......................................... 

1.3.1 Des activités d’enseignement à part entière au fonctionnement aux marges du 

système. ............................................................................................................................. 

1.3.2 Des effectifs qui ne cessent de croître …… .............................................................. 

1.3.3 …..mais de façon différenciée selon l’origine géographique..................................... 

1.3.4  Les objectifs ont changé faisant éclater l’apparente cohérence d’une politique....... 

1.3.5 Un contrôle insuffisant............................................................................................... 

1.4. Le CASNAV : l'outil des politiques académiques d’accueil souffre d’un déficit de pilotage. 

1.5 L’apport du monde associatif à l’école ................................................................................. 

1.5.1 Parallèlement à l’éducation prioritaire, un empilement de politiques en mal de 

cohérence........................................................................................................................... 1.5.2  Le programme de réussite éducative au secours de l’éducation prioritaire ? .......... 

1.5.3 Des limites repérées.................................................................................................. 

1.6 L’accompagnement éducatif et les dispositifs d’aide personnalisée: l’école est son propre 

recours et marque un pas vers l’égalité des chances ................................................................ 

1.6.1 L’accompagnement éducatif correspond à un véritable besoin ................................ 

1.6.2 L’aide individualisée à l’école primaire ...................................................................... 

1.6.3. Des dispositifs scolaires qui ont modifié l’environnement éducatif de l’école........... 

2 - Les defis sociaux de l’integration scolaire............................................................................. 

2.1 -. Des parcours scolaires socialement marqués .................................................................. 

2.2 La place des parents ............................................................................................................ 

2.2.1 Un dialogue difficile avec l'école................................................................................ 

2.2.2. Des questions qui n’ont pas encore trouvé les bonnes réponses ............................ 

2.2.3 Les parents immigrés doivent surmonter de nombreuses difficultés......................... 

2.3. Les aides financières versées aux familles ont-elles encore un sens éducatif ? ................ 

2.4 Un fonctionnement qui vise l'égalité mais qui n'a toujours pas atteint son but..................... 

2.4.1 Les modalités d’évaluation peuvent être constitutives d’échecs scolaires................ 

2.4.2 La hiérarchie des élèves issue de l’évaluation entretient la hiérarchie des filières ... 

2.4.3 Redoubler ou pas ? ................................................................................................... 

2.4.4 Le socle commun de connaissances et de compétences : une réponse au collège 

unique ?.............................................................................................................................. 

2.4.5 Le pilier "compétences civiques et sociales" du socle commun ne doit pas réduire 

la place de l’éducation aux valeurs civiques dans l’école du XXIème siècle...................... 

2.4.6 Des obstacles à la mission intégratrice de l’école que l’introduction du Socle 

commun de connaissances et de compétences ne peut pas régler................................... 

3. L’école aux prises avec des difficultes d’ordre culturel ................... 

3.1 Des programmes qui font l’objet de contestations ............................................................... 

3.1.1 Des programmes nationaux : le bien commun .......................................................... 

3.1.2 Le bien commun en danger....................................................................................... 

3.2 L’enseignement de l’histoire : le « roman national » contesté.............................................. 

3.3. La religion s’invite à l’école laïque....................................................................................... 

3.3.1. Les demandes de repas spécifiques ........................................................................ 

3.3.2. La pression communautariste .................................................................................. 

3.4 Un enseignement laïque ......................................................................................................  

3.5 La langue française à la peine .............................................................................................

3.5.1 La maîtrise du français, incontournable, nécessaire mais parfois rejetée................. 3.5.2. Une exposition renforcée à l'illettrisme..................................................................... 

3.5.3 L’école maternelle aux avant-postes de la socialisation............................................ 

3.6  Des établissements scolaires fragilisés............................................................................... 

3.6.1 La sectorisation aux prises avec l'évolution des caractéristiques économiques et 

sociales de populations concentrées sur des territoires urbains nouveaux ....................... 

3.6.2 En écho à la difficulté économique et sociale, l’école s’enlise .................................. 

3.6.3 Des contournements individuels de la sectorisation à l’assouplissement de la carte 

scolaire, si les procédures ont gagné en transparence, localement, leurs effets ont 

renforcé le phénomène d’enfermement des quartiers........................................................ 

3.6.4 Des pistes à explorer.................................................................................................

Pour en savoir plus lisez le compte rendu sur ce lien en PDF:

http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/114000053/0000.pdf

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article