Rapport: les socialistes ont décidé de "déraciner le peuple français"

Publié le 13 Décembre 2013

Une réunion sur le thème de l'intégration rassemblera début janvier une partie du gouvernement autour du premier ministre. Entre leurs mains, les ministres auront un rapport en cinq volets, qui stigmatise «cette injonction à l'intégration». «On veut changer la manière d'aborder l'intégration, explique-t-on à Matignon. On s'oriente vers une politique fortement ancrée sur l'égalité des droits et la lutte contre les discriminations».

Lors de son discours de politique générale, en juillet 2012, Jean-Marc Ayrault avait annoncé son «ambition de renouveler en profondeur l'approche des questions d'intégration en France».

Cet été, cinq groupes de travail thématiques («Faire société commune», «Habitat», «Protection sociale», «Connaissance reconnaissance», «Mobilités sociales») ont été constitués, auxquels ont participé des représentants des services de l'État, des collectivités territoriales, des associations, des partenaires sociaux ainsi que des chercheurs. «Refonder notre politique d'intégration suppose de répondre à l'attente des personnes immigrées et de leurs descendants: être considéré comme n'importe quel Français», était-il précisé dans la lettre de mission des «personnalités qualifiées» choisies pour présider les groupes de travail.

«Une telle démarche ne peut réussir qu'à la condition d'admettre que la richesse de l'héritage légué par les migrants au fil des âges fait partie de l'identité française.»

«Changement de mot»

La lecture des cinq volets de ce rapport, qui viennent d'être publiés sur le site du premier ministre, donne un aperçu de la «feuille de route» dont souhaite s'inspirer le gouvernement. Ne parlons plus d'intégration!, préconisent-ils en substance. «Symboliquement, l'abandon du terme peut constituer un signal fort pour celles et ceux qui sont soumis à cette injonction au quotidien et à tort», analysent les experts missionnés par le gouvernement. Mais le «changement de mot» n'est pas suffisant: il doit «s'accompagner d'une transformation du sens de l'action et de l'intervention publique qui soit visible», exhorte le rapport. Il s'agira donc, désormais, de «faire France en reconnaissant la richesse des identités multiples».

Sommés «d'opérer un déplacement, un pas de côté dans la façon de concevoir ces questions», les experts font carrément demi-tour. Autorisation du voile à l'école, création d'un «délit de harcèlement racial» et d'une «Cour des comptes de l'égalité», ces propositions détonantes vont-elles être reprises par le gouvernement? Le premier ministre, en tout cas, «salue la grande qualité» de ces travaux.

 

«Pour moi, il s'agit de déraciner le peuple français…», s'inquiète Malika Sorel-Sutter, ancien membre du Haut Conseil à l'intégration. Ce Haut Conseil à l'intégration dont les experts critiquent «l'appellation», dénoncent l'opposition «à la promotion d'un Nous inclusif et solidaire» et concluent qu'«il y a donc lieu d'y mettre fin».

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis NERI 15/12/2013 21:13


La dimension “arabo-orientale”


La seule dimension “arabo-orientale” que la France ait à revendiquer selon moi est celle qui se trouve déjà dans sa propre culture,
grâce à l’orientalisme ou à l’exotisme.


Cher Renaud
Camus, pouvez-vous préciser et approfondir ce que vous suggérez dans cette phrase: "La seule dimension “arabo-orientale”
que la France ait à revendiquer selon moi est celle qui se trouve déjà dans sa propre culture, grâce à l’orientalisme ou à l’exotisme."? Puisque vous en appeliez naguère à une attitude réciproque
de respect (ce qui me paraît bien entendu la moindre des choses), il y a là l'occasion d'un dialogue réel.


Renaud Camus Dialogue, certes, curiosité, échange. Mais tout cela est rendu impossible par la fusion. La dimension “arabo-orientale” n’est nullement dans
l’“identité” de la France et ne doit pas l’être. Elle est au contraire dans son sens de l’altérité, de l’aliénation au sens positif du terme. Pour qu’il y ait ouverture à l’autre, il faut que
l’autre reste autre, étranger, différent. S’il est incorporé dans l’identité il n’y a plus que substitution, dilution de soi, Grand Remplacement.

aupied 14/12/2013 19:26


Nous Français , nous n'avons pas a se mettre a genoux devant ce peuple, c'est a tout les immigrès , de nous respectés et de respectés la France , qui les acceuillent , nous n'avons pas a acceptés
que ces gens décide de porter le voile , si cela ne leurs plait pas , et n'ont pas l'intention de respectés la FRANCE qu'ils fichent le camp , on ne les retiens pas , il  a de part le monde
d'autres endroit ou ils peuvent se refugiez , mais voilà la FRANCE LEURS APPORTENT BEAUCOUP SANS RIEN FAIRE , facile pour eux ,et dures pour nous les FRANCAIS , si les gouvernant veulent garder
ce genre de personne rien ne les obligent a rester ici , ils n'ont cas les accompagnez bon débarras 

Marie-claire Muller 13/12/2013 18:31


 








Non, la France n’a pas à assumer sa prétendue dimension « arabe orientale » ! Rejetons le rapport commandé par le Premier ministre !


Pétition,   13 décembre,
publié par Olivier Vial

 



Dès juillet 2012, le premier ministre Jean-Marc Ayrault avait annoncé qu’il souhaitait « renouveler en profondeur l’approche des questions
d’intégration ». Il s’apprête à le faire de la pire des façons.


Les « experts », qu’il avait mandatés pour lui faire des propositions, viennent de lui rendre un rapport dont le contenu est radicalement contraire aux valeurs et aux principes
de la République française.


Ce rapport, comme le révèle le Figaro, appelle les pouvoirs publics à « assumer la dimension « arabe-orientale » de la France, ce qui passe, par exemple, à l’école
par :


- La réécriture des programmes scolaires.


Les auteurs du rapport incitent à une « (re)mise à plat de l’histoire de France » afin de faire changer les figures mises en avant dans les manuels scolaires.
« L’histoire enseignée se réfère à des figures incarnées qui demeurent très largement des « grands hommes » mâles, blancs et hétérosexuels » Sic.


Les auteurs du rapport proposent donc de changer ces « figures » pour les remplacer par d’autres censées être plus représentatives « des dynamiques plurielles de la
société. » Quitte à enseigner une histoire de France totalement réinventée pour l’occasion !


- La valorisation de l’arabe à l’école


Le rapport incite, en effet, sur la prétendue nécessité, de reconnaître à l’école « toutes les langues de manières identiques ». Le français deviendrait ainsi une langue parmi
d’autres. Il propose également qu’à partir du collège, soit enseignée au moins une langue africaine.


- L’autorisation du voile islamique à l’école


Enfin, dernier exemple parmi tant d’autres, le rapport demande que l’on supprime les lois et règlements qui interdisent le port du voile à l’école, au prétexte que cela serait discriminant.


Avec certainement bien des arrière-pensées politiques et électoralistes, le premier ministre a salué la qualité des travaux de ces « experts » et il vient d’annoncer que ceux-ci
serviraient de base à une « refondation » de notre politique d’intégration. Un séminaire gouvernemental est déjà programmé pour le début janvier 2014 sur cette question.


En réalité, ce n’est pas une « refondation » qui est proposée par ce rapport, mais une trahison de notre identité, des principes et valeurs républicaines, et des règles
qui seules permettent la cohésion nationale.


C’est pourquoi, nous vous invitons à signer cette pétition adressée à Jean-Marc Ayrault pour qu’il rejette publiquement et clairement les conclusions de ce rapport et qu’il renonce à mettre en
œuvre les propositions qui en sont issues.

L'EN SAIGNANT 13/12/2013 17:50


Re Film ...  "LES TRAÎTRES SONT PARMI NOUS" (V2 suite sans fin .... ) .!

LA GAULOISE 13/12/2013 14:51


ON DEVRAIT OBLIGER TOUS LES DEPUTES SENATEURS OU MINISTRES A PORTER LE VOILE ( MEME LES HOMMES ) AU MOINS ON NE VERRAIT PLUS LEURS GUEULES DE CRETINS SATISFAITS .....