Rassemblement pro-hamas palestinien interdit à Paris! Pas de terroristes dans nos rues!

Publié le 31 Décembre 2012

A la suite des signalements  de nombreux correspondants, le BNVCA avait demandé  au Préfet de Police de Paris de faire interdire un assemblement  du collectif « Cheik Yassine » prévu le 29 décembre 2012 ,place St Michel avec l’intervention d’un nommé « KHADER ADNAN » ancien prisonnier soupçonné d’appartenir au mouvement terroriste Jihad Islamique « palestinien. Ce mouvement est connu en France pour avoir troublé l’ordre public à Paris et en Seine Saint Denis et menacé l’imam Chalgoumi de Drancy Président de la Conférence des Imams de France.
Suite à cette demande le rassemblement a été interdit et six manifestants pro-palestiniens ont été arrêtés, quatre relâchés et deux en garde à vue. Ces personnages ont crié : Israël assassin, Hollande complice ».  De plus, les manifestants ont scandé « Hamas résistance »,  crié  » Allahu Akbar » et « Jihad ». 


Comment un tel rassemblement avait-il pu être autorisé dans un premier temps, alors que ces appels à la haine et à l’antisémitisme provoquent des assassinats?

*****

Satisfaction suite à l’interdiction du rassemblement du Collectif Cheikh Yassine prévu aujourd’hui à Saint-Michel  ! 

La Confédération des Juifs de France et Amis d’Israël  se félicite du fait que, vendredi soir à 23h00, la préfecture de Police de Paris ait décidé d’interdire la manifestation prévue Samedi 29 décembre et organisée par le « Collectif Cheikh Yassine ».

Ce mouvement est connu en France pour avoir troublé l’ordre public à Paris et en Seine Saint Denis et d’avoir menacé l’imam Chalgoumi de Drancy, Président de la Conférence des Imams de France.

Le B.N.V.C.A (membre de la Confédération des Juifs de France et Amis d’Israël) est intervenu, dès l’annonce du rassemblement, et avec notre total soutien, afin d’obtenir son interdiction auprès des autorités.

« Le collectif avait procédé à un dépôt de déclaration (de la manifestation), ce qui ne voulait pas dire que la manifestation était autorisée. Les conditions de déroulement de la manifestation (…) et les risques de trouble à l’ordre public ont conduit à l’interdiction du rassemblement par arrêté préfectoral pris vendredi à 23H00″, a précisé  la Préfecture de Police.

C’est à juste titre que cette décision a été prise car il eut été incongru qu’une association « d’obédience terroriste » puisse se rassembler impunément dans les rues d’une de nos villes.

Les citoyens de ce pays se mobiliseront autant de fois qu’il le faudra afin que les valeurs morales et républicaines de ce pays ne soient pas bafouées par des « terroristes » en mal de désordre.

Nous avions dénoncé, dès Vendredi, ces rassemblements et décidé de porter plainte pour « apologie du terrorisme ». Nous remercions le B.N.V.C.A et son Président, Sammy GHOZLAN, pour la célérité et l’efficacité de son action.

Pour notre part, nous resterons vigilants face à ces tentatives d’infiltration des institutions de la République ( universités, mairies, …) par des agents du terrorisme international.

Nous alertons régulièrement nos gouvernants sur le danger que ces mouvements peuvent porter à notre République. Nous nous félicitons donc de la diligence du préfet qui conforte notre conviction sur le fait que les pouvoirs publics sont décidés à agir avec célérité et sévérité contre les atteintes à nos valeurs et aux dérives antisémites qui se multiplient.

Richard C. ABITBOL

Président

****

Infos-Libération

Six militants pro-palestiniens ont été interpellés place Saint-Michel (VIe arrondissement) à Paris samedi après-midi, après avoir voulu organiser un rassemblement en soutien à des prisonniers palestiniens en grève de la faim, a constaté une journaliste de l’AFP.

La préfecture de police, qui avait autorisé le rassemblement, « nous a dit vendredi soir qu’il était interdit », a déploré auprès de l’AFP un des organisateurs, Nassim Tache, membre du collectif Cheikh Yassine. Il a été arrêté et conduit au commissariat, comme cinq autres manifestants dont Abdelhakim Sefrioui, responsable de ce collectif.

« Le collectif avait procédé à un dépôt de déclaration (de la manifestation), ce qui ne voulait pas dire que la manifestation était autorisée. Les conditions de déroulement de la manifestation (…) et les risques de trouble à l’ordre public ont conduit à l’interdiction du rassemblement par arrêté préfectoral pris vendredi à 23H00″, a-t-on précisé à la PP.

Sur les six interpellés, quatre ont été relâchés et deux placés en garde à vue pour participation à un rassemblement non autorisé, a-t-on indiqué de source policière.

« Israël assassin, Hollande complice », « Hamas résistance » ont scandé les manifestants. L’un d’eux a crié  » Allahu Akbar » et « Jihad » lors de son interpellation.

Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) avait demandé au préfet de police de Paris d’interdire ce rassemblement, expliquant que le collectif « est connu en France pour avoir troublé l’ordre public à Paris et en Seine-Saint-Denis » et menacé l’imam de Drancy (Seine-Saint-Denis), Hassen Chalghoumi.

source Libération

© Copyright Europe Israël 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Repost 0
Commenter cet article

DURADUPIF 31/12/2012 19:14


Et les expulsions, c'est pour quand ?