Rassemblons toutes les droites, imposons la cohabitation.

Publié le 11 Mai 2012

 

Louis Aliot, vice-président du Front National en charge du projet et porte-parole du Rassemblement Bleu Marine (RBM) pour les élections législatives, est l’invité de France Info après la victoire de François Hollande à présidence de la République.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard de Blotzheim 12/05/2012 07:32


«  Ils se sont tapés sur la tête à grands coups de marteaux et lorsqu’ils ont arrêtés, ils se sont rendu compte que cela
faisait du bien ». C’est à peu près ce qui vient de se passer. Si je ne me trompe c’est une attitude apparentée au sadomasochisme – prendre un
certain plaisir en stoppant une torture….


Voilà ce qui arrive lorsque l’on monte dans un bateau trop petit pour traverser l’océan. En plein milieu des eaux, il coule. Les
naufragés s’agrippent à n’importe quoi qui flotte pour ne pas passer par le fond, corps et espoirs…


Si, ce genre de scénario est le fondement de l’enseignement inculqué aux énarques, de grâce, plus aucun énarque à la barre
politique de notre Pays.


Des élus issus du Peuple de base, de nos campagnes, issus des corps économiques qui sont les reins de la France.


Tous nos « pantins » jusqu’à ce jour, hormis le Général de gaulle, s’en sont mis plein les « fouilles » sans
jamais avoir été inquiétés judiciairement et financièrement des retombées catastrophiques qu’ils ont créées, infligées au peuple de France. C’est toujours les mêmes qui en subissent les
conséquences…


Ce principe, ce système est à changer de fond en comble.


Un chef d’entreprise fait une erreur, il doit vendre sa maison pour couvrir son passif.


Un politique fait une erreur, il est remplacé par un autre sans autre forme de procès. Cela explique certainement la quantité de
candidats aux postes sans responsabilités personnelles et aux avantages et privilèges à ne pas négliger lors des élections de tout genre.


Le Peuple, rien que le Peuple pour le Peuple est lui aussi capable de faire mieux que ce que l’on nous sert matin, midi et
soir.


Gérard de Blotzheim   

carlos 11/05/2012 22:27


C'est exactement ce je pense, mais au FN, au PS, à l'UMP, c'est partout pareil, le combat pour son fond de commerce, car c'est bien d'un de fond de commerce qu'il s'agit, pour avoir une position
dominante, pas forcément en adéquation avec l'interêt des électeurs... c'est un triste constat et réalité... à 68 ans. Le seul véritable homme politique désinteressé était le Gal De
Gaulle.

catherine 11/05/2012 21:33


Ils ont manqué la grande occasion de forcer une alliance avec l'UMP. En demandant, par la voix de leur présidente MLP, aux électeurs FN de voter républicain en faisant barrage contre la gauche
aux présidentielles, ça aurait été une première qui changeait toute la donne de l'échiquier.


Ils n'auraient pas eu ainsi à supporter la responsabilité de la victoire de FH, mais en cas de très mauvais accueil de ce report de voix du FN par l'UMP, l'UMP aurait vu ses propres électeurs se
détourner de lui et l'implosion aurait été encore plus rapide. Si l'UMP avait accueilli le report de voix en faisant la moue tout en l'acceptant quand même, et si NS avait été élu, malgré les
hurlements de la gauche, c'était le début d'une alliance d'abord forcée par le FN, certainement sans gratitude de la part des élites de l'UMP qui n'aurait pas rendu la pareille, mais beaucoup d'
électeurs UMP auraient, eux, choisi d'aider à leur tour le FN. Puis l'habitude se serait prise et un jour pas si lointain, une alliance plus officielle auraient pu voir le jour après que les
électeurs d'eux mêmes, l'aient exprimée. 


Là, c'est tout le contraire. Les électeurs UMP en veulent au FN de la victoire de FH et n'auront pas envie de voter FN si un de ses candidat était en meilleure posture que le leur. Certains
électeurs qui ont voté FN aux présidentielles et NS au second tour vont voter UMP, parce qu'ils en veulent au FN qui a voté blanc, d'avoir un président de gauche mais aussi et surtout parce que
maintenant, par l'urgence et le drame de la situation, ils vont voter utile. Tout cela ne servira qu'à faire élire la gauche. Ce qui aurait pu être un vrai changement, est tout simplement un
retour en arrière d'un scénario qui nourrit la gauche qui l'a créé de toute pièce depuis les années 80. C'est dommage, il y a eu une main tendue de la part de NS même si celle ci était indirecte.
Le FN aurait du la saisir même s'il ne fallait pas être trop naïf car NS était un bon comédien. Il fallait d'abord miser sur l'électorat UMP et FN avant de faire ses règlements de comptes entre
chefs. C'est mon analyse. Qu'en pensez vous et surtout, comment rattrapper ce coup manqué ?

carlos 11/05/2012 17:42


J'aurais préféré qu'il se prononce de suite en faveur de Sarkozy au lieu de ces calculs, " je m'abstient, j'attends que la droite éclate pour me faire un petit trou dedans ". Ca c'est
des calculs pour des politiciens, pas pour l'interet des électeurs, j'avais trouvé pour ma part que Sarko avait pris sacré virage à droirte... et c'étaitdéjà pas si mal ! Après, il y a bien sûr
 les paroles et les actes... mais j'aime bien déjà que les paroles soient annocées clairement.

Marie-claire Muller 11/05/2012 16:21


L’intérêt de la France,


La politique du front national, défendue dans la présidentielle par Marine Le Pen, visait à donner à notre pays une nouvelle direction pour mieux servir les intérêts de tous les français. Qu’il
s’agisse d’économie, d’éducation, d’immigration, de l’islamisation de la France, d’emploi, de conception de l’Europe, ce programme que nous avons défendu et défendons dans la campagne des
élections législatives, nous le faisons nôtre. En matière de politique étrangère, notre sensibilité à tout ce qui touche à l’État d’Israël se comprend, non comme une « extension » juive de notre
conception de la politique, mais, car peut-être plus que d’autres nous voyons en Israël un avant poste du combat pour le devenir de notre civilisation judéo-chrétienne. Plus que d’autres, nous
ressentons l’arrivée ici dans notre pays des répliques au sens tellurique du terme, de ce qui se passe au Moyen-Orient, où l’islam s’impose par le mépris de l’histoire et la force. Ainsi depuis
l’arrivée de l’autorité palestinienne à l’UNESCO cette dernière a à faire a des demandes pressantes de l’autorité palestinienne pour déqualifier des lieux saints du judaïsme, comme le tombeau des
patriarches et le tombeau de Rachel, afin d’en faire des lieux de pèlerinage musulmans, après transformation en lieux saints de l’islam. Il en est de même pour les Arabes chrétiens habitant
Bethléem, qui reçoivent des menaces de mort les uns après les autres. Certains ont été tués. Les islamistes forcent les familles chrétiennes à partir à l’étranger en les harcelant et en les
terrorisant les unes après les autres, maison par maison, rue par rue, les chrétiens sont de plus en plus isolés, et beaucoup ne savent que faire, car, vivant dans les territoires contrôlés par
l’Autorité palestinienne, ils ne peuvent venir vivre en Israël, et selon leurs dirigeants et les nombreux Arabes chrétiens de Bethléem, leur seule alternative, c’est l’exil. Aujourd’hui, personne
ne parle plus des Arabes chrétiens en terre d’Islam, même le Pape n’en dit mot. Et quand une mosquée est revendiquée sur des lieux saints chrétiens en territoire palestinien, c’est Israël qui est
accusé d’être à l’origine de la crise. Peut-être faudrait-il commencer à dire la vérité sur le traitement des chrétiens en terres musulmanes, qu’ils soient cooptes en Égypte ou Chrétien chaldéens
ou orthodoxes grecs ou arméniens dans les autres pays arabes. Mais pour nous, aujourd’hui en France, comme Français juifs ce qu’en premier nous défendons ce sont les intérêts de notre pays et de
notre civilisation, sans pour cela êtres insensibles au sort des minorités chrétiennes dans le monde, au Soudan en Égypte, au Liban au Pakistan, etc…… Qui en dehors de Marine Le Pen et du front
national offre à notre pays une véritable alternative à la politique de la gauche qui va se traduire par une accélération de la crise économique et morale de notre pays ? Économique, car les
mesures annoncées par François Hollande lors de la campagne ont toutes une même orientation ; multiplication des aides sociales, renforcement de la politique immigrationniste, impôts
supplémentaires pour les classes moyennes, mais également charges supplémentaires pour les PME et PMI. Morale, en ce sens que la mise sous le boisseau des valeurs fondamentales de notre
civilisation notamment par une nouvelle vision de l’histoire dans l’enseignement, collant plus à la reconnaissance des apports de la « diversité » à notre civilisation, la négation des racines
chrétiennes de l’Europe et de sa civilisation gréco-latine et judéo-chrétienne, fera perdre tout repère à notre jeunesse. Le rêve utopique et fou de grand remplacement du peuple français sera
devenu en quelques années une monstrueuse réalité. Aussi, le combat d’aujourd’hui est-il celui de la France contre les tenants du mondialisme et de l’immigration, et la ligne de coupure que
dessine ce combat, n’est pas une ligne droite gauche, elle rassemble tout autant des membres ou sympathisants du front national, que des membres ou sympathisants de l’UMP, que des membres ou
sympathisants du Parti socialiste ou du Front de gauche, c’est une coupure transversale qui met le front national au centre de la recomposition, non de la droite, mais de la reconstitution d’un
front des patriotes. C’est aujourd’hui notre combat à tous, celui de tous les membres de notre groupe des Français juifs.


Michel Ciardi


Président de l’Union des Français juifs