Réactions des internautes à l'accident de Villiers-Le-Bel.

Publié le 11 Juin 2012

Affaire Villiers-le-Bel // Commentaires lus sur internet.


Le passager dit que le scooter s’était garé sur le trottoir, puis qu’il s’est lancé sur la chaussée. Il dit qu’ils n’ont pas entendu la voiture de police venir parce qu’elle n’avait pas de sirène « et que nous, sur le scooter, on n’entend rien ».

Cette déclaration est donc parfaitement compatible avec celle des autorités, qui pour l’instant, si l’on comprend bien, disent qu’il s’agit d’un accident de la circulation dont le conducteur du scooter est responsable : roulant d’abord sur le trottoir, puis caché entre deux voitures, il aurait surgi sur la chaussée sans s’assurer auparavant que la voie était libre, et a par conséquent heurté la voiture de police qui arrivait.


Tout cela manque de clarté et demande à être précisé, mais il semble bien que la réalité soit celle-ci.


- Une fois de plus, des "jeunes" issus de l'immigration, (de la minorité visible, des cités défavorisées, de la misère sociale, des exclus de la société française raciste et islamophobe, mais aussi... de la richesse de la France permettant de soustraire ce peuple de Franchouillards gavés de pinard et de saucissons non halal, de cette crasse moisie et rance, et pardon les biens pensants si j'en ai oublié. ndlr Gérard Brazon), ayant commis un vol avec violence peu auparavant roulent sans casque, et tentent de se soustraire à un contrôle de police (ici, déjà trois infractions au moins).

- Une fois de plus, les délinquants violent les règles du code de la route et mettent les autres usagers de la route en danger au cours de leur fuite (roulage sur le trottoir, par exemple ; encore une infraction supplémentaire, au moins).

- Une fois de plus, les délinquants refusent la priorité à une voiture qui se trouve être une voiture de police (encore une infraction).

- Une fois de plus, les délinquants rejettent leurs fautes et leurs imprudences sur la police : ils accusent cette dernière de n’avoir pas fait fonctionner sa sirène, alors qu’il n’y a aucune obligation pour des policiers de le faire. C’est une possibilité, ce n’est pas un devoir ! Et c’est à eux seuls de le décider. Evidemment, ce serait tellement plus commode si les flics pouvaient annoncer leur arrivée aux délinquants à des centaines de mètres de distance, en actionnant leur sirène…

Autrement dit, la faute des policiers, ici, est de ne pas avoir donné la possibilité aux délinquants de s’échapper en les alertant à l’avance : ce n’est pas juste. Tout ce qui permet à la police et au droit d’avoir le dessus n’est pas juste, selon ces personnages.

On remarque aussi que ce pseudo-témoignage implique, logiquement, que toutes les voitures croisant la route d’un jeune musulman devraient disposer d’une sirène et l’actionner, arfin de permettre à ces derniers d’éviter l’accident.

Un musulman est dispensé des règles de prudence qui s’imposent à tous sur la route. Il passe, et c’est aux autres de s’écarter. Le musulman n’a pas à regarder à droite et à gauche avant de s’engager sur la chaussée comme le prescrit le code de la route. Il n’a pas à faire attention. Faire attention, c’est raciste. Le code de la route, c’est de la discrimination anti-musulmans. (Il est à noter que l'auteur de l'article ne signale pas qu'en fait, le code de la route ne peut s'appliquer à un croyant musulman car il ne doit respecter que le droit islamique, la Charia! Il n'a pas été prévu dans ce code islamique, malgré qu'Allah, l'auteur prestigieux du dit droit, était pourtant bien placé pour le prévoir, que des voitures remplaceraient les caravanes de chameaux. A moins, que ce ne soit Mahomet qui est zappé l'info tombé du ciel, trop occupé qu'il était à faire la cour à des mineures ou piller ses voisins.ndlr Gérard Brazon)

Et puis cette remarque, ahurissante de culot et de stupidité : « sur notre scooter, on n’entend rien». Le mensonge élevé au rang d’habitude. C’est très probablement faux, d’autant qu’ils n’avaient pas de casque. Peut-être avaient-ils de la musique de sauvages dans les oreilles ? Dans ce cas, c’est leur faute. C’est à eux de ne pas se boucher les oreilles avec des écouteurs si ça les empêche de conduire. C’est à eux de ne pas débrider illégalement leur scooter si cela fait trop de bruit.

Les gens normaux arrivent parfaitement à entendre les autres voitures arriver, sans qu’elles klaxonnent à tout bout de champ.

En tout état de cause, un conducteur normal, prend les dispositions nécessaires pour pouvoir localiser les véhicules qui l’entourent et qui sont susceptibles de couper sa route. Que ce soit par l’ouïe, la vue ou les deux, c’est à lui de s’assurer qu’il ne cause pas de danger aux autres conducteurs ni à lui-même.

Ce que dit ce témoignage, c’est que les musulmans bénéficient d’un statut d’irresponsabilité, qu’ils ont le droit de conduire n’importe comment n’importe où, et que c’est à la police de faire le nécessaire pour les éviter.

F o u t a g e -d e -g u e u l e.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

DURADUPIF 12/06/2012 11:13


Oui il faudra faire attention au vocabulaire arabe qui risque de rentrer dans le langage dit "populaire". A banir kouffars, dhimmis, halal, ramadan, hidjab, djihad, burqa, toubib, kawa,
etc...etc...et n'utiliser que les mots français correspondants car nous n'avons pas à utiliser leur vocabulaire anti français.

isabelle 12/06/2012 05:34


En rapport avec le commentaire de Marie-Claire : l'une de nos premières résistances devrait consister dans le refus d'intégrer leur vocabulaire (koufar, par exemple) et remplacer toutes ces
notions par des mots français.


Ainsi, par exemple, ne plus parler de "ramadan", mais de "carême des musulmans". 


Résistons aussi par les mots.

island girl 12/06/2012 03:13


Le laxisme ... fléau du siècle

Marie-claire Muller 11/06/2012 21:30


Hé bin oui!!!c'est aux kouffars de s'adapter devant les nouveaux maitres et ils ont raison d'y croire puisque tous contribuent à leur rendre la vie belle et fructueuse mdr!!


AUX ARMES CITOYENS?FORMONS NOS BATAILLONS!!!!