Recevoir des leçons de l'Arabie Saoudite.

Publié le 1 Août 2010

 

          L'Arabie Saoudite qui ne supporte pas une autre religion que l'Islam sur son territoire prétend nous donner une leçon de savoir vivre en religion.

          L'Arabie qui n'est pas, loin de là, un exemple en matière de droits de l'homme et singulièrement des droits de la femme n'est pas contente de la loi laïque de la république française.

          L'Arabie saoudite qui n'existe que par la volonté des américains grâce à son pétrole qu'elle est elle même dans l'impossibilité d'extraire toute seule, nous conteste notre droit public.

         Cette Arabie saoudite qui ne serait qu'un tas de sable sans le pétrole et dont les multi milliardaires ressortissants s'encanaillent en France puis se font soigner dans les hôpitaux chics de la capitale française et à l'hôpital américain de Neuilly nous sert sa soupe nauséabonde (je pèse mes mots).

         Cette Arabie saoudite n'a qu'une logique, l'Islam qu'elle finance partout dans le monde. Un islam étroit, vindicatif, rancunier et barbare. Un islam qui a de l'argent et paie des femmes pour porter le niqab en Europe. Un islam meurtrier par ailleurs. Sous la protection de l'Amérique qui elle, fait tuer ses soldats pour éteindre un feu qu'elle a allumé toute seule. Cela s'appelle de la diplomatie... ou de la connerie, dans tous les cas, une bombe à retardement.

Gérard Brazon

 

 

Lu dans Daoudal Hebdo :

"Le Figaro titrait l’autre jour (le 25 juillet sur son site internet): «Des religieux conseillent aux touristes l'abandon du niqab». Des religieux ? Quels religieux ? Des bénédictins ? Des franciscains ? Non. Les premiers mots de l’article nous renseignent : « Deux éminent religieux saoudiens ». L’un est [...] Aïdh bin Abdullah al Qarni, prédicateur saoudien qui se déplace un peu partout, notamment en Europe, pour répandre la vraie doctrine wahhabite de l’islam pur et dur. Cet imam a donc déclaré au journal Al-Hayat: «Il est préférable que la femme musulmane se dévoile le visage» si elle se trouve dans un pays interdisant le niqab ou si elle y est harcelée. «Nous ne devons pas affronter les gens dans leur propre pays ou d'autres pays, ou nous attirer des ennuis.»

Celà provient d’une dépêche de l’AFP, qui ajoutait : «De nombreux érudits, appartenant à des courants islamiques variés, partagent ce point de vue.» Et Le Figaro a trouvé, dans une dépêche Reuters, un autre propos sur le même sujet, émis par un certain Mohamed al Noudjaïmi, «expert en jurisprudence islamique» (totalement inconnu au bataillon, celui-là) : «Pour une femme résidant de manière permanente en France ou pour une citoyenne française, si cela lui cause du tort de porter le voile [...] il lui est permis de montrer son visage lorsque c'est nécessaire et que la nécessité l'exige.» On remarque que cet expert ne parle pas de touristes, mais des femmes musulmanes résidant en France. Ce qui ne correspond plus au titre de l’article. Mais il se trouve que le cheikh al Qarni ne parle des touristes musulmanes que dans un second temps. Son propos est, d’abord, de s’en prendre à la loi interdisant le niqab. Ce que Le Figaro ne cache pas, mais relègue dans la suite de l’article. Or ici on est loin de ce qu’exprime le titre, et le propos mérite un commentaire dont le journal s’abstient soigneusement. Le cheikh dit en effet : «C'est illogique et déraisonnable que le gouvernement français mette en oeuvre une telle mesure, qui est condamnée par des personnes neutres, pas seulement des musulmans, parce que l'Etat laïque assure la liberté de religion. L'Etat doit respecter les rituels et croyances religieux, y compris ceux des musulmans.» Tel est le propos important. Le seul qui devrait attirer l’attention. Voilà un dignitaire saoudien qui ose venir nous dire que l’Etat doit respecter les croyances religieuses. Dit-il de même dans son pays que « L'Etat doit respecter les rituels et croyances religieux, y compris ceux des chrétiens » ? Non, bien sûr. C’est impensable. Au contraire, pour Aïdh al Qarni, l’Etat saoudien a le devoir d’interdire toute expression religieuse non musulmane, et le devoir de pourchasser et mettre à mort les chrétiens, ou les expulser quand ils sont étrangers. L’

Vu de chez nous, même si Le Figaro fait mine de ne pas le voir (ou ne le voit pas), le propos est d’une extraordinaire impudence. Mais du point de vue musulman il ne l’est pas. Il est simplement dans la logique de l’islam."

Michel Janva

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article