Reconnaître l'islamophobie comme délit relèverait de l'introduction du blasphème! De la charia.

Publié le 27 Octobre 2011

Voici un cours article, un extrait qui va vous démontrer que la France va bientôt subir une pression forte de la charia! A savoir l'intégration du mot islamophobie et les peines juridiques allant avec!

C'est ni plus ni moins la demande sous-jacente qui est faite par le site Ajib (islamiste) qui considère que si l'on condamne l'antisémitisme par des peines de prison, il y aurait lieu de faire pareil avec l'islamophobie! Le crime de blasphème n'est pas loin!

Qu'est-ce que l'antisémitisme? Ce n'est pas la critique d'un livre religieux, d'une attitude conquérante des juifs, d'une volonté d'imposer Jehovah et Moïse comme prophète tout puissant et jaloux de ses prérogatives!

L'antisémitisme c'est la haine du juif pour le juif essentiellement, de l'éternel étranger même si cet "étranger" fut souvent soldat et faisait aussi partie des morts aux combats! Cette haine remonte aux religieux certes, mais elle est surtout le résultat d'un ostracisme violent. Ce ne sont pas les juifs qui ont décidé d'être cantonnés à des métiers considérés vils par les chrétiens à l'époque de leur obscurantisme! Cantonnés à des métiers ayant trait à l'argent par exemple, jugé diabolique par les religieux ! Nul ne peut oublier l'Île aux juifs située en face du Pont Neuf à Paris qui servait à brûler les juifs quand les Rois avaient besoin d'argent frais (Louis IX dit Saint Louis par exemple) comme ils l'ont fait d'ailleurs pour les Templiers! 

Que vient faire l'islamophobie ? Ce mot inventé par Khomeiny dont on connait la douceur et la gentillesse envers les femmes, dont on sait les préceptes, ! Ce fasciste religieux, ce nazislamiste, au delà de la mort, viendrait encore nous narguer en imposant non seulement ce mot dans les dictionnaires mais encore, en en faisant un délit en attendant d'être un crime, dans nos sociétés laïques? 

Faire un parallèle entre l'islamophobie et l'antisémitisme est une escroquerie historique. L'antisémitisme est un véritable racisme venu du fond des âges chrétiens en relation directe avec la mort du Christ, juif lui-même, de la secte des esséniens. Faire ce parallèle revient à mettre hors la loi, à exclure de la loi républicaine, le nécessaire combat contre le virus de l'islam. L'Islam qui est avant tout un système totalitaire, une dictature religieuse pour laquelle Hitler n'est qu'un enfant de choeur - à côtés des religieux intégristes si nous les laissions faire - l'islam disais-je doit être combattu!

Le Coran et son corollaire la charia ne sont que des programmes de destruction des Chrétiens, des Juifs et des incroyants! Ils ne prendront même pas la peine de construire des camps! Alors faire de l'islamophobie un délit serait une véritable trahison de la raison et de nos lumières.

Gérard Brazon

************

Islamophobie. 

Peut on considérer que cette introduction du terme « Islamophobie » dans un dico spécifique à la violence, représente en quelque sorte un premier pas vers sa reconnaissance ? Pour certains intellectuels qui se sont intéressés à l’origine du mot, l’Islamophobie ne possède pas de définition spécifique, selon le contexte du discours dans lequel il est introduit. Tantôt il visera à critiquer de manière plus ou moins virulente les principes de l’Islam, tantôt il désignera un comportement discriminatoire à l’égard des musulmans, et par amalgame, à l’égard des arabes. Tandis que pour les fervents défenseurs de la laïcité, officialiser ce terme dans le dictionnaire reviendrait à reconnaître « le délit de blasphème », incompatible avec la liberté d’expression selon eux.

Quoi qu’il en soit, il est vrai que voir ce terme « Islamophobie » sortir de l’ombre même si il est déjà présent dans les discours mais de manière subjective (on en donne la définition selon l’interprétation qui en est faite), ne peut que nous réjouir, car finalement il parvient petit à petit à être considéré comme une réalité à part entière. Pourtant, si on le comparait au terme « Antisémitisme », qui lui est depuis bien longtemps à la page de la quasi totalité des dictionnaires français (et même européens), on s’aperçoit que d’un point de vue juridique, ce qui est considéré comme un délit pour l’un, ne l’est pas pour l’Islamophobie. De nos jours, un citoyen français se déclarant antisémite risque une peine de prison, tandis qu’un autre citoyen affirmant publiquement être islamophobe et fier de l’être, ne risque pas d’être inquiété.

Alors, si on devait parler d’un pas vers la reconnaissance de ce phénomène d’Islamophobie qui sévit encore beaucoup en France, et qui fait de nombreuses victimes dans la communauté, (On se demande ou sont ces victimes! De quelle victime ce site parle? De nos jours, en France ou ailleurs, il y a bien plus d'égises détruites, pillées que de mosquées! De même, pour les cimetières! On est là dans la victimisation permanente, la taquiya! Ndlr Gérard Brazon)  on parlerait d’un pas relatif, mais tout de même révélateur d’une volonté de mettre des mots sur ce qui apparaît comme abstrait, et de pouvoir l’identifier concrètement pour pouvoir mieux l’étudier.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Claude Germain V 27/10/2011 21:27



Effectivement une bonne liste de quelques centaines de milliers ou millions de " REVOLTES " signant UNE VERITABLE DECLARATION D'INTENTION sur des problemes bien precis ,qui ne
plairait pas a certains politiques ,du coup les tribunaux debordés et saturés ...................quelles riiiggoooollaaaadddeeessss



Epicure 27/10/2011 19:53



Au cas où une telle mesure viendrait à être discutée ou passée, même!...Nous pourrions faire une déclaration commune comme les "Avorteuses" dans les années 70 et laisser l'Etat et ses Procureurs
à la botte (nazie?) nous poursuivre collectivement...Cela a leur donnera enfin du travail sérieux plutôt que de faire semblant d'instruire des dossiers de voyous qu'ils relâchent quasi le jour
même (quand ils les attrappent!)