Réflexions sur "YHWH et Merlin" par Jean-Marc Desanti

Publié le 28 Mars 2013

"YHWH et MERLIN"

par Desanti Jean-Marc

« Nous convenons tous que votre théorie est folle, le problème qui nous divise est celui-ci: Est-elle suffisamment folle pour être vraie? » Nathan Borh

 

N’y aurait-il pas déjà dans l’intitulé même de ce texte un blasphème des plus intolérable ? Y a-t-il seulement quelque chose à « voir » entre Odin et Moise, entre la pensée mythique européenne -l’âme éternelle du Paganisme- et le Judaïsme ?…Mais les dieux païens, aussi, croyez-vous qu'on puisse les mépriser ? Le christianisme en porte l'empreinte, par ses saints, ses chapelles et ses miracles... et le christianisme n’est-il pas cette lumière jetée sur les bouleversements ainsi que sur les relations souvent tendues au sein même du monde juif qui permet de voir comment s'est opéré le passage d'une société pluraliste vers une société institutionnelle imposant ses normes et comment se sont constituées progressivement une orthodoxie et une hétérodoxie.

Cela fait pourtant des siècles, que de ce regard tantôt tendre et tantôt cruel entre Merlin et YHWH, l’histoire de l’Europe et del’humanité s’écrie en lettres d’or ou en flots de sang. Nietzsche, le plus grand des incompris peut-être , écrivit en septembre 1886 : « le judaïsme a donné à l'Europe une religion héroico-épique ».

Le rabbin Samson Raphael Hirsch fondateur de l'école Torah im Derech Retz, et qui fut au XX ° siècle l’ardent patriote et porte parole du judaïsme orthodoxe allemand lui fait écho : « l’Europe est un appel au sens du sacrifice. Le judaïsme réveillera la vieille patrie européenne endormie au cœur de nos forêts, où coulent les sources de vie. »

Le Judaïsme est la « constante » de la culture européenne, non comme art, comme dogme, comme rituel mais comme « cri  de la mémoire et du sacré ».

Paganisme européen et Judaïsme ne sont pas une seule et même chose mais ils conçoivent la déité comme un processus , un mouvement, non comme une idée suprême de soumission mais comme la démarche de base de la liberté absolue.

Un individu libre ne demande pas à d’autres hommes la permission de sa liberté, mais par la religion il s’allie aux autres hommes pour mieux la défendre et la perpétuer…D’où le concept exigeant et complexe pour Yeshayahou Leibovitch de« vivre librement sous le joug de la Torah ».

Car la liberté ne vaut que par la qualité de vie qu’elle développe. Il n’y a de vrai respect que dans la souveraine et volontaire affirmation de la vie forte, assez forte pour ne pas haïr, pour estimer même l’adversaire.

Or, depuis des siècles, une méfiance mutuelle s’est instaurée entre juifs (BNe. YISRa’el) et patriotes européens (les fils deMélusine).

Il serait trop facile, dangereux pour tous d’établir une vision manichéenne, de distinguer les bons des gredins, le bien et le mal et à chacun ses dieux pour garantir une bien cruelle vérité …

Certes, il y a des Déroulède qui, par veulerie , laisseraient mourir YHWH et les juifs et qui tranquillement vivraient sans énergie dans la licence de ce crime. Il y a aussi des juifs qui souhaitent le triomphe « du peuple élu » sur la terre entière.

Mais il y a un patriotisme de la terre européenne, de toutes les terres , qui ne tue point le monothéisme, qui reste la « source initiale » de connaissance, et qui refuse le credo de l’aveugle non pour éviter de risquer un jour l’interrogation et le doute, mais pour porter la quête de tous : n’est-ce pas l’exacte signification d’Excalibur et de la sublime épopée du Graal ?

Ainsi, il n’est nullement arbitraire d’affirmer que pour le Paganisme européen ( En Inde, j'ai vu vivre des Païens et j'ai compris que saluer le soleil le matin, disposer des fleurs fraîches sur mes autels comme je le fais quasi journellement, brûler un peu d'encens à Cernunnos ou à Shiva, accomplir une libation de vin ou de thé, méditer sur l'un ou l'autre symbole ne relèvent pasde l'exploit ni du folklore, mais bien d'une discipline joyeusement acceptée. Christopher Gérard ) et le Judaïsme (« comment est il possible de faire résider D. au milieu des hommes ? Tel est le problème auquel se nourrit la pensée des hébreux ». A. Abécassis) le « questionnement » est le véritable Grand Être.

Si la religion est, selon l’étymologie, le lien qui unit l’Être à L’homme, alors pour Merlin comme pour YHWH l’âme s’incorpore à la grande activité humaine dans la construction de l’œuvre commune … Ame immortelle, non comme une chose qui durerait toujours, mais comme est immortelle l'œuvre des hommes qui « réfléchissent », et ne meurt ni avec l’individu, ni avec l’actuelle génération. En définitive il s’agit du destin collectif , de la destinée des peuples.

Le 29 Août 1883 , Freud écrivait à Martha : « seul chez les peuples existe l’idée que la vie de l’un continue la vie de l’autre tandis que, pour chacun d’entre nous, le monde s’éteint à notre mort. »

Merlin et YHWH n’ont d’autre choix que l’ALLIANCE. Nous vivons à l’heure de l’Hollywoodisation croissante, de l’accélération du processus de sécularisation, ... Et si cette tendance venait à se confirmer, elle signifierait l’agonie de l’Europe, de sa civilisation, de ses cultures populaires millénaires, mais aussi comme l’a déclaré le rabbin Mayer Schiller dans une interview à la Jewish review, « l’anéantissement du Judaïsme et du message divin dont il est porteur. »

Aujourd’hui, THANATOS consiste à faire croire que la « fin de l’histoire » est arrivée, que le monde horizontal actuel (typiquede la conception mercantile et superficielle) s’est substitué à la traditionnelle conception mythistorique du monde vertical qui nous relie à nos ancêtres et qui donne toujours tout son sens à l’idée et à la réalité de la communauté de destin dans l’universel.

On a rangé le nazisme au musée des horreurs dont il n'y a plus grand-chose à craindre. Sa mythologie fumeuse, ajoutée à la singularité hitlérienne, nous mettrait à l'abri, définitivement, d'une répétition. Seulement si les politiques et les militaires ont parfois une guerre de retard, les intellectuels, dont la mission exaltante est de baliser le terrain de l’avenir pour éviter aux peuples de succomber, peuvent aussi être en retard d’une pensée.

Aude Lancelin écrit à propos du livre de Cédric Lagandré :  La Société intégrale : "Le philosophe de 36 ans s' intéresse aux dispositifs de pouvoir contemporains, à leurs techniques de séduction et de contrôle singulièrement plus performantes que celles d'hier. Le fantasme d'une suppression des déviances, via des lois comme «la rétention de sûreté», est ici l'objet d'analyses brillantes. L'idéologie du «Connecting people»également, en tant que porteuse d'une familiarité tribale, prélangagière et prépolitique, que Lagandré juge menaçante. Peu de chances que l'auteur se fasse des amis sur Facebook, Twitter et autres sanctuaires d'une débilité fusionnelle qu'il n'est plus permis de critiquer.

"Le noyau même de ce qu'Arendt nomma le «totalitarisme», rappelle-t-il, c'est la fabrique d'un tissu social homogène, intégré, sans coutures ni dissensions, à terme aisément mobilisable pour les menées les plus discutables. On pourra reprocher à l'auteur certains excès argumentatifs. Pas sûr pourtant qu'il se trompe plus que Lacan lorsque ce dernier avertissait : «Hitler, au fond, n'était qu'un précurseur.»"

Dans le célèbre dessin animé intitulé American Pop, Ralph Bakshi met en scène la fin pitoyable d’une famille juive qui pour fuir les pogroms a immigré aux U.S.A. Après avoir pratiqué le jazz, le rock’n’roll, cette famille s’éteint avec le petit fils du modeste immigré russe, qui meurt drogué et sans descendance. Face à une telle perspective YHWH et Merlin ont, ensemble, à lutter pour rétablir les nations - aujourd’hui réduites à un conglomérat économique vassalisé - dans leur origine, leur Histoire sacrée ... Leur enracinement .

 

JMD

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 28/03/2013 19:47


Tout le monde ne sait pas tout et moi j'avoue rester coi ou pétri de conjectures devant: "YHWH" ..!. Est-ce YAHVÉ .? la moindre des corrections serait d'en glisser "mine de rien" une traduction
dans le texte, ne serait-ce qu'une seule tout petite fois ...!


 

Claude Germain V 28/03/2013 15:54


La liberté est en chacun de nous des notre naissance , nous y retrouvons le veritable libre arbitre offert par D.ieu ; D.ieu quel qu'il soit ,sous quelque forme de pensée que nous puissions
l'imaginer . Lorsqu'un semblable a nous nous propose sa liberté , cela ne peut etre qu'une ignominie derriere laquelle se cache le diable et une paire de menottes ...